• Évasion Sporadique

    Par D'Amico Timothée, Neypatraiky Yannick, Pauvert Grégoire, Rognon Justine, Schroff Mélanie, 13/05/20

                             



  • Parcours Dépliés

    Par D'Amico Timothée, Neypatraiky Yannick, Pauvert Grégoire, Rognon Justine, Schroff Mélanie, 13/05/20


    Image Wed May 13 2020 11:33:12 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




  • PERFORMANCE

    Par D'Amico Timothée, Neypatraiky Yannick, Pauvert Grégoire, Rognon Justine, Schroff Mélanie, 13/05/20

    TIM


    Image Wed May 13 2020 10:34:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    46.221814 6.096931


    PASSAGE DE RELAIS


    Au milieu de l’agitation de l’achat de vêtements, d’aliments ou autres consommations, j’attends mon tour pour payer mes petits pots de fleur. Je parviens à m’extraire du bâtiment emportant mon matériel. Je marche en direction de la route en pensant à ma prochaine mission : deviner dans quelle voiture ont été embarquées les plantes en provenance du jardin botanique. Sur mon chemin plusieurs obstacles dus tout d’abord à la circulation. Entre l’incessant passage de piétons pressés, voitures klaxonnant au feu rouge, trams se créant un chemin au milieu de ce tourbillon de voitures et les bus pleins à craquer. J’observe attentivement les voitures pour deviner leur trajectoire. Laquelle va tourner pour s’arrêter à ma hauteur. La rouge ? non… La noire ? non plus… La bleue ? Oui elle semble s’engager dans ma direction et le conducteur me fait un signe. Le véhicule s’arrête à ma hauteur. J’ouvre la portière arrière et je récupère deux plantes. La troisième restera avec le propriétaire de la voiture. Deux passages piétons me séparent de mon objectif : l’arrêt de tram. Je franchis les obstacles de bitume les uns après les autres pour atteindre l’autre côté de la route. Je me retrouve ainsi sous la route de Meyrin. L’ambiance sonore change, l’écho contre les parois et le bruit de l’axe routier au-dessus de nos têtes se mêlent aux discussions de l’arrêt de bus. Je choisis de prendre l’ascenseur pour rejoindre la vitesse supérieure.  Percer les niveaux de circulation verticalement pour atteindre le flot de voitures et les rails du tram. Je cherche l’endroit exact qui correspond à la dernière porte du deuxième wagon. Le tram 14 arrive. Je pourrais attendre le 18 mais il faut faire au plus vite pour tenir le rythme. La rame s’immobilise. Je n’ai que très peu de temps pour déposer tout le matériel que j’ai collecté avant que les portes ne se referment. Je parviens à me glisser hors du tram. L’objectif est atteint. Mais le temps presse il faut retourner à la case départ pour ne pas rater le prochain convoi de plantes.


    Image Wed May 13 2020 09:12:36 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    Image Wed May 13 2020 09:12:36 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Wed May 13 2020 09:12:36 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    46.218411- 6.110278


    BROUETTE

    • TROUVER DE QUOI EFFECTUER UN TRANSIT

    Potager, potager, maison, jardin. Je devrais bien trouver un objet me permettant de transporter ce que l’on va me transmettre. Je cherche, je fais des rencontres, je discute, j’explique. On me propose une brouette, parfait. Je peux donc me diriger au point de ralliement.

    • ATTENDRE LE CONVOI

    Arrêt de tram Vernier - Balexert, le 14 et le 18 y transitent. Attente. Un tram arrive, les portes s’ouvrent, je monte, je cherche. Pas de convoi dans celui-ci.

    Un second tram arrive, je monte, je cherche, je trouve. Cinq plantes et un pot en terre cuite dans celui-ci. Je ne peux en prendre que trois et le pot. Je redescends aussitôt.

    Je place délicatement le convoi dans ma brouette et salue les pantes alors restée dans le tram, elles sont en chemin pour une nouvelle vie, pleine d’aventures.

    • EFFECTUER LE TRANSIT

    Flux de voitures incessant, il faut que je franchisse cet axe routier. Toujours accompagnée de ma brouette et de son convoi, je traverse, plusieurs passages piétons.

    Je me dirige dans l’épaisseur de l’axe, j’y retrouve le calme, les jardins, les potagers. Il ne faut pas traîner un prochain convoi doit sûrement déjà être en route.

    Mais il ne faut pas que j’oublie de me ravitailler en terre sur le chemin, je m’arrête alors dans un potager et remplis le pot. Je repars.

    Une fois l’axe traversé, je débouche dans une zone industrielle, j’y retrouve le bruit, les voitures. Je me dirige vers le point d’arrivée du convoi, un parking.

    • S’ACQUITTER DU CONVOI

    Je décharge ma brouette, dépose son contenant sur le parking. J’observe, il commence sa métamorphose.

    Vite il faut retourner à l’arrêt de tram le prochain convoi peut arriver à tout moment. Je repars aussitôt.


    Plus les trajets passent, plus ils deviennent une habitude. Je commence à faire abstraction des lieux que je traverse une seule idée m’obstine, effectuer le plus de transits possibles.

    Chaque arrivée au parking est un émerveillement et chaque arrivée au tram, un soulagement.



    Image Wed May 13 2020 10:31:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    Image Wed May 13 2020 10:21:51 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Wed May 13 2020 10:21:51 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)







    Cycliste Végétale : Le tour de Meyrin

    1ère étape : Les plantes du jardin et le vélo, 46.226347, 6.082164
    Des plantes attendent aux pieds du vélo, comment y-sont-elles arrivées ? qui les a placés à cet endroit précis ? Dans le fond, est-ce important ? La réponse est non !!! Un panier sur ce vélo n’attend qu’à être rempli, et les plantes posées ne demandent qu’à s’élever et à commencer leur voyage. C’est comme si on pouvait les entendre crier « ON EN MARRE DE RESTER STATIQUE, ON VEUT FAIRE DU VELO ! »

    2ème étape : Balade dans la ville
    « QUE C’EST BRUYANT ! » disent-elles. Le son des voitures, le nombre de voiture, de beaux bâtiments, beaucoup de routes pour les voitures… oh ! une piste cyclable, pratique pour faire du vélo mais bon, ce n’est pas l’environnement idéal, on ne sent pas dans son élément et on se fatigue vite à force de pédaler. Vivement la prochaine étape !

    3ème étape : L’arrosage, 46.211620, 6.092305
    Que c’est fatiguant le vélo, on mérite bien une pause. Rien de tel que de se reposer au bord d’un cours d’eau. Tant mieux puisque Le Rhône est exactement ça. On ralentit tout pour un moment de détente, après l’effort on se dessèche et il faut s’hydrater. L’eau du Rhône est parfaite, un verre, un seau, un récipient, en soi peu importe, et hop on va chercher l’eau et on arrose. Les plantes se revigorent alors. Prendre beaucoup de soin, de temps lors de cette étape permet de bien se préparer à la suite car le trajet est encore long.
    4ème étape : Communion avec la nature
    Une balade dans la forêt, comme un retour au bercail. Une réserve naturelle qui plus est. Prenons notre temps et apprécions cette partie du trajet. Que c’est vert, que c’est beau, que c’est calme, que c’est agréable. On s’y sent dans son élément, on aurait presque envie de rendre les plantes à dame nature mais un autre destin les attend.
    Ligne d’arrivée : Fin tragique ? 46.214811, 6.101418
    On arrive au parking qui constitue la fin du parcours. C’est le moment des adieux, de la séparation. Les plantes doivent revenir à leur emplacement de départ au pied du vélo. Qui sait ce qui les attend… On se le demande ...


    Image Wed May 13 2020 10:49:38 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    Image Wed May 13 2020 11:21:51 GMT+0200 (Europe de l’Ouest (heure d’été))Image Wed May 13 2020 11:21:51 GMT+0200 (Europe de l’Ouest (heure d’été)) 










    46.214490, 6.103713


    LIVRIVRAISONS CÉLADONS

    Gris.

    Tout est gris, tout est froid. L'odeur, le bruit, l'aura de la tôle froide, du pneu chaud, des effluves d'essences, du stress, du ciel rendu sombre par ce qui lui est reflété. Métal et béton remplacent chair et émotions au détriment de tous.


    Premier cadeau d'un côté. La marche est lente, chargée d'un véhicule à roues, manuel, bien particulier.


    Gris, Vert.

    Le véhicule à roues s'arrête, fatigué, et dépose sur le sol sa cargaison colorée. Une, puis deux, puis trois. Toutes fraiches, toutes souriantes, toutes gorgées de vie. Et de quoi les nourrir pour qu'elles puissent subsister en cette terre affamée. Il y en a d'autres plus froides et qui resteront froides, faites de plastiques et de peintures, qui ne pourront mourir.


    Nouveau cadeau un peu plus loin derrière. Cette fois plus rapide, véhicule à roue de nouveau, silencieux, où la chair et le métal sont complices.


    Gris, Vert, Vert.

    La cargaison est en sécurité. On peut sentir leur souffle ensoleillé. Celles-ci plus fragiles, ont été chouchoutées. De l'eau perle sur les feuilles, elles sont prêtes pour la guerre, et ne rendront pas les armes avant d'être assoiffées.


    Cadeaux sur cadeaux, de nouveau le véhicule à roue, manuel et bien particulier.


    Gris, Vert, Vert, Vert.

    Et le cercle de la vie se met en place. Repoussant les râles de l'industrie. Faite d'allez-retours, la forêt commence à pousser. On entend même le chant des oiseaux, nouvellement installés. D'un côté ça abonde, de l'autre c'est plus frugale mais plus charismatique. Ce microcosme végétal se multiplie telle une cellule, pour former un buisson, puis un arbuste, puis une masse verte sporadique.


    Cadeaux, encore et encore, jusqu'à ce que les trams s’endorment dans la nuit.


    Gris, Vert, Vert, Vert.

    Vert, Vert, Vert, Gris.

    Vert.



    Image Wed May 13 2020 10:49:38 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Image Wed May 13 2020 11:44:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)      Image Wed May 13 2020 11:44:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)









  • PARCOURS DÉPLIÉS

    Par Schroff Mélanie, 30/04/20


    Image Thu Apr 30 2020 19:49:12 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)
    Image Thu Apr 30 2020 19:49:12 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Thu Apr 30 2020 19:49:12 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Thu Apr 30 2020 19:49:12 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)









  • TERRITOIRE DOMESTIQUE

    Par Schroff Mélanie, 22/04/20

    200408_ACTION EN CONFINEMENT

    Image Wed Apr 22 2020 09:49:58 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    BAIN DE SOLEIL


    1. Changement de luminosité

    2. Il est l'heure

    3. Les unes après les autres je les déplace dans l'ordre habituel

    4. Un alignement se crée

    5. Cela dure plusieurs heures

    6. Puis les points 1,2 et 3 se répètent