• Actions Confinées

    Par Angeles Raphaël, Angelozzi Morgane, Ferreira Da Silva Rafael, Hoser Luca, Schopfer Méryl, 13/05/20

    L'exercice se tenait dans la redécouverte de notre espace privé à travers un thème interprété en action.

    L'assemblage de nos actions en confinement à donner lieu à une interprétation plus générale. La lecture de nos chambres selon un certain ordre nous a invoqué l'idée d'un cycle d'une journée. C'est ce thème de la journée qui va nous inspirer plus tard dans notre performance qui fera allusion à notre quotidien. 


    Partant du mot Réveil de Rafaël, en passant par Matinal dans l'action de Luca, Musique par Raphaël, Danse par Méryl et finalement Lumière par Morgane. 


    C'est selon nous, dans cet ordre précis que nos actions peuvent retracer le cours d'une journée :

    Tout d'abord au Réveil, la présence d'un silence, suit Matinal qui évoque l'idée de se se préparer à affronter notre journée, ensuite le thème de la Musique fait allusion au rythme, notamment celui du temps qui nous accompagne durant notre journée et qui organise nos actions, Danse pourrait être interprété comme le mouvement qui nous entoure tout au long de notre journée et celui que notre corps émets, et finalement l'idée de la Lumière comme la nuit qui tombe et qui marque la fin de cette journée.




                             Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)

                              Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)

                              Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)

                              Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)

                             Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)Image Wed May 13 2020 17:59:07 GMT+0200 (CEST)




  • Évasion Sporadique

    Par D'Amico Timothée, Neypatraiky Yannick, Pauvert Grégoire, Rognon Justine, Schroff Mélanie, 13/05/20

                             



  • PERFORMANCE COLLECTIVE - cartes dynamiques

    Par Ferrari Luana, Pilsworth Daniel, Santacroce Nicola, Thévenaz Manon, 12/05/20

    Les performances prennent vie sur la carte du territoire. Les références de nos planches de performances sont localisée dans l'espace-temps et donnent une lecture dynamique de l'action collective.


    Performance : Matérialiser l'épaisseur du vide

    Thème de carte : Réseau routier et couverture du territoire


    Image Tue May 12 2020 21:23:46 GMT+0200 (CEST)



    Performance : Chercher sa place

    Thème de la carte : Ensoleillement


    Image Tue May 12 2020 21:23:46 GMT+0200 (CEST)



    Performance : Respire

    Thème de la carte : Qualité de l'air


    Image Tue May 12 2020 21:23:46 GMT+0200 (CEST)



    Performance : Lire

    Thème de la carte : Accidents


    Image Tue May 12 2020 21:23:46 GMT+0200 (CEST)


    Code couleur

    Rouge : Manon

    Bleu : Nicola

    Vert : Luana

    Jaune : Daniel

    Les numéros sont ceux des références de nos planches de performances

  • DE L'INDIVIDUEL AU COLLECTIF - chercher sa place

    Par Ferrari Luana, Pilsworth Daniel, Santacroce Nicola, Thévenaz Manon, 12/05/20

    Performance individuelle - Chercher sa place - Parcours cyclique




    Image Wed May 13 2020 11:38:52 GMT+0200 (CEST)






    planche expliquant le performance individuelle




    Image Wed May 13 2020 11:38:52 GMT+0200 (CEST)






    Schéma de lecture




    Image Wed May 13 2020 11:38:52 GMT+0200 (CEST)






    planche des références

  • DE L'INDIVIDUEL AU COLLECTIF - PROTOCOLE

    Par Ferrari Luana, Pilsworth Daniel, Santacroce Nicola, Thévenaz Manon, 06/05/20

    46.221968, 6.097331

    Actions en simultané 



    CHERCHER SA PLACE

    Sous le pont, évaluer la luminosité, en déduire sa qualité. Se mettre à la place de la plante que l’on y trouve, chercher le chaud, chercher la lumière, chercher l’énergie. Suivre les escaliers, les monter, un à un, les compter si on veut, arriver sur le pont, sur la “terrasse”. Observer les toits visibles environnants, chercher à se rendre compte du potentiel solaire du lieu. Se promener sur le pont, déceler les zones les plus ensoleillées, les surfaces les plus dégagées, chercher sa place. Une fois trouvée, descendre, prendre la plante en y faisant particulièrement attention, remonter les escaliers. La poser au bon endroit, pause.

    Chercher à perfectionner, se remettre à la place de la plante, avoir chaud, avoir soif. Redescendre “à l’intérieur”, sous le pont. Chercher le frais, chercher de l’eau. Trouver de l’eau, trouver un contenant, le remplir, monter l’eau sans en renverser. Donner à boire à la plante, saturé d’eau la terre sèche, voir l’eau s’échapper par les trous sous le pot, la laisser couler. Reconsidérer l’ensoleillement, la satiété de la plante. Une fois que l’on est convaincu que tout a été bien fait, laisser la plante au soleil, descendre les escaliers



    RESPIRE

    Observer les lieux, marcher vers l’ascenseur, le contourner, prendre le tapis de yoga derrière le pilier. Dérouler le tapis sur le trottoir, rester en recul et observer : prendre conscience de sa respiration, prendre conscience de l’espace, de ses dimensions, de sa matérialité. Ecouter le bruit contenu, résonnant et incessant des voitures, écouter les conversations des personnes autour, leur respiration. Observer la réaction des gens vis-à-vis de ce tapis de yoga déroulé, laissé sur le sol. S’avancer vers le tapis, marcher dessus, s’agenouiller, prendre une inspiration profonde en levant les bras, puis expirer tout en se penchant en avant avec les bras, position pose de l’enfant. Rester ainsi une trentaine de seconde - fermer les yeux, respirer, écouter, sentir, ressentir. 

    Se relever, enrouler le tapis et appuyer sur le bouton de l’ascenseur, attendre que les portes s’ouvrent puis entrer, rester en recul et observer : prendre conscience de sa respiration, prendre conscience de l’espace, écouter le bruit de l’ascenseur, le bruit étouffé de l’extérieur. Observer la réaction des gens vis-à-vis de ce tapis de yoga déroulé, laissé sur le parterre de l’ascenseur. Dérouler le tapis, s'asseoir dessus, lever les bras au ciel en prenant une inspiration profonde, ramener les mains l’une contre l’autre, puis tout en expirant lentement, les descendre vers son torse. Fermer les yeux, inspirer, expirer, inspirer, expirer. Ouvrir les yeux, enrouler le tapis, sortir de l’ascenseur à l’étage supérieur. 

    Observer les lieux, marcher en direction du banc de l’arrêt de bus, dérouler le tapis de yoga sur le banc, rester en recul et observer : prendre conscience de sa respiration, prendre conscience de l’espace, de ses dimensions, de sa matérialité. Ecouter le bruit qui se propage, écouter les conversations des personnes autour, leur respiration. Observer la réaction des gens vis-à-vis de ce tapis de yoga déroulé, posé sur ce banc. S’avancer sur le tapis, s’asseoir dessus puis lever les bras au ciel en prenant une inspiration profonde, ramener les mains l’une contre l’autre, puis tout en expirant lentement, les descendre vers son torse. Fermer les yeux, inspirer, expirer, inspirer, expirer. Ecouter les bruits environnant, les voitures qui passent, le métro, les conversations - se laisser bercer par ses sons, libérer son corps et son esprit au travers de mouvements fluides…  se mouvoir sur le son de ces bruits qui d’habitude ne sont que des bruits de fond, inconsidérés.

    Ouvrir les yeux, se lever, enrouler le tapis, prendre le métro.



    DEAMBULE

    Matérialiser l’épaisseur du vide

    But est de transposer l’épaisseur d’un site situé sur la route de Meyrin dans un espace différent et restreint. Le concept, c’est de prendre conscience de l’épaisseur d’une zone en fonction des différentes articulations qui la composent. Afin de lier cette prise de conscience à l’échelle de corps dans un but final de réappropriation de cet espace, la performance s’inspire de la traverse de cadre en papier de Saburo Murakami . Ce procédé permet de cristalliser un mouvement complexe sur un espace précis et révéler la relation du corps avec cette matérialisation de l’épaisseur. Cette analyse permet une prise de conscience et une réflexion sur la réappropriation du site genevois que nous étudions afin de replacer l’homme au cœur de ce nœud hyper urbain.

    Sélectionner différents espaces qui matérialise l’épaisseur du vide. Des lieux, zone, transition qui rendre l’espace articulé, dense directement sur le site de Genève: 

    - Espaces piétons

    - Passages sur-voie en ponton

    - Passages sur-voie en pont

    -  Espaces sous le pont principale

    Transposer ces espaces à l’échelle de la chambre ou de l’appartement afin d’enrichir la performance d’une circulation plus importante qui symbolise l’analyse du site sous la forme d’une marche circulaire autour de l’épicentre du croisement routiers.

    - Espaces piétons = repose-pied jaune

    - Passage en ponton = première porte

    - Passage sur le pont = deuxième porte

    - Espace central sous le pont principal = baignoire

    Séquençage de la performance :

          1. Arriver dans le champs de la caméra depuis le salon. 
          2. Monter sur le pouf jaune et attendre que le feux passe au vert. 
          3. Descendre du pouf et avancer vers la porte (première épaisseur). 
          4. Traverse frontalement le papier. 
          5. Tourner sur la gauche. 
          6. Entrer dans la salle de bain en traversant le papier en position latérale. 
          7. Ouvrir le rideau de douche. 
          8. Pré ouvrir le papier afin de pas tout déchirer en rentrant.  
          9. Se coucher dans la baignoire en mettant d’abord les deux pieds puis en s’asseyant et enfin en s’y couchant. 
          10.  Attendre quelques secondes on s’y couchant. 

    Positionnement des caméras :

    Premier cameraman fixe qui filme de dos du point 1-5

    Deuxième caméraman fixe qui filme depuis le couloir du point 4-6

    Troisième caméraman, mouvement possible car espace restreint depuis le point 7-10

    Réunifier avec les autres performances du groupe sous la forme d’un montage vidéo commun.



    LIRE

    Comprendre les potentialités du site

    L’espace horizontal sous le pont présente diverse prises pour le passant, pouvant générer des conditions à la fois fugitives et permanentes. De ce fait la performance vise à mettre en exergue les défaut et les qualités caractérisant ce lieu énigmatique. 

    Le corps comme unité de mesure 

    Utilisant son propre corps pour habiter les lieux de sa chambre (ou du site), prenant vite conscience du rapport entre le corps et l’espace, le son du montage vient rendre transparent les pollutions et conditions sonores. 

    Le corps pouvant se faufiler sous, sur et entre des plans ou des surfaces, la performance vise à montrer l’importance de leurs fusion, pouvant potentiellement donner de la qualité, presque domestique, sous cette infrastructure. 

    Séquences

    Une action toutes les 5 secondes.

    1. Passage du couloir à la chambre 
    2. S’assoir sous la table et lire  
    3. S’allonger sous la table et lire 
    4. Monter sur la table  
    5. S'asseoir sur la table et lire  
    6. S’allonger sur la table  
    7. Descendre de la table 
    8. Ouvrir le fenêtre 
    9. S’assoir sur l’embrasure et lire (Face) 
    10. S’allonger sur l’embrasure et lire 
    11. S’assoir sur l’embrasure et lire (Dos) 
    12. Partir en direction des champs