• IV ROOMS \ ENTROPY

    Par Jonathan Fraschini, Jonas Reymondin, 21/03/16


    Entropy


    Rudolph Claudius ; Caractérisation du degré de désorganisation ou de manque d'information d'un système



    Une rampe apparemment en lévitation menant à une plateforme inaccessible.

    Cette ascension transperce la proto-structure en cassant un rythme et est guidée par quatre moments: intrigue, observation, compréhension, consécration.

    Ces moments permettent la compréhension structurelle de l'équilibre de la rampe.



    « Lorsque je me trouve face à cette structure, une ligne forte retient mon regard. Une rampe diagonale transperce l'édifice ordré et ordonné. Cependant, elle semble être en lévitation; aucun point de contact apparent avec le structure ou avec le sol. Intrigué, je décide de ne pas essayer de grimper en posant le genou sur la rampe, mais je la contourne pour comprendre l'aspect structurel de cet élément.

    Arrivé au centre de la structure, j'observe qu'il y a, certes la rampe, mais aussi une partie horizontale et une diagonale perpendiculaire à la rampe. De plus, j'aperçois que des accroches aux lattes de la structure permettent l'équilibre. Je poursuit mon chemin et sors de l'autre côté de la structure pour comprendre que la perpendiculaire est en fait un contrefort et qu'il y une sorte de plateforme au sommet, soutenue par un élément vertical.

    L'équilibre est en fait donné par plusieurs points d'appuis centraux et des contreforts qui sont invisibles au premier regard. »



    Image Mon Mar 21 2016 08:24:13 GMT+0100 (Paris, Madrid)Image Mon Mar 21 2016 08:24:13 GMT+0100 (Paris, Madrid)  



    Image Mon Mar 21 2016 08:24:13 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Mon Mar 21 2016 08:27:17 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Mon Mar 21 2016 08:27:17 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Photos illustrants les quatre moments: intrigue, observation, compréhension, consécration


    Image Mon Mar 21 2016 08:27:17 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Assemblage du projet


    Image Mon Mar 21 2016 08:27:17 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Etude de mouvement du genou


    Image Mon Mar 21 2016 08:27:17 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Mon Mar 21 2016 08:27:17 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Détail des accroches au centre en 1:1


    Image Thu Mar 24 2016 08:05:05 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Thu Mar 24 2016 08:05:05 GMT+0100 (Paris, Madrid)

                        Coupe et étude du mouvement du genou, 1:20                        Axonométrie constructive, 1:20


    Image Thu Mar 24 2016 09:06:26 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Thu Mar 24 2016 09:06:26 GMT+0100 (Paris, Madrid)

                            Plan et coupe de la rampe, 1:20


    Image Thu Mar 24 2016 08:05:05 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Détail des accroches, 1:1


  • Rooms

    Par Jonas Reymondin, Jonathan Fraschini, 28/02/16


    W1

    Premier point de vue sur notre "room"

    Avoir l'impression d'être au centre d'un espace avec la vision qui s'étend sur plusieurs axes partant tous de notre position, puis, sortir de cet espace et déboucher dans une autre pièce et constater que nous sommes en réalité à l'extrémité d'une structure. Voici l'expérience proposée par cette "pièce"; une perte de repère et du sens de l'orientation.


    Second point de vue

    Une chambre est un espace défini par les limites des cloisons qu’elle comporte. Notre projet consiste donc en la séparation de deux espaces distincts en fonction. L’un est un espace intime, privé et cloisonné, tandis que l’autre espace est ouvert, incite au mouvement, à la libération.



    Image Tue Mar 15 2016 08:26:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


                         Image Sun Feb 28 2016 21:44:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Tue Mar 15 2016 08:39:29 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Feb 28 2016 21:44:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Maquette de la chambre dans la proto-structure


    Image Mon Feb 29 2016 08:34:49 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Feb 29 2016 08:34:49 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Feb 29 2016 08:34:49 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Différentes coupes de la proto-structure et plan du sol de la maquette



    W2


    Programme

    Se sentir supérieur à la vie intérieure en s'isolant dans les hauteurs de la structure. Dominer le stress quotidien pour atteindre la sérénité.


    Réalisation

    Pour matérialiser cette idée, nous avons utilisé des composants des phases précédentes; l'échelle du lit de Double Element et les angles de vision de Planes et Measures. Nous avons utilisé les angles de vision afin de créer le sol de notre pièce et l'échelle était un moyen simple mais intime pour accéder à notre pièce.



    Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    La chambre insérée dans la proto-structure


    Image Mon Mar 07 2016 09:06:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Mar 07 2016 09:06:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Sections of the proto-structure with the room


    Image Mon Mar 07 2016 09:06:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Mar 07 2016 09:06:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Section and axonommetry of the room



    Narration

    Après une journée épuisante de travail en atelier, je voulais décompresser pour reprendre des forces pour le lendemain qui s'annonçait être une autre rude journée. Je pris donc la direction de mon endroit préféré pour me ressourcer. Etant difficile d'accès je pris une bonne dizaine de minutes pour arriver dans l'ultime couloir qui me mènerait à cette pièce. De là, j'avais une vision de la structure apparente et des énormes panneaux en bois qui en délimitaient le contour, mais aucun moyen de savoir ce qu'il y avait en haut. Je voyais aussi les longues lambourdes de bois qui servaient à tenir cette imposante structure en place et qui ressemblaient étrangement à des pinces d'insecte.

    Après quelques secondes de contemplation, je décidai de m'élancer pour accéder à cet endroit. Pour monter je pris la longue échelle prévue à cet effet qui était étonnement agréable à monter grâce aux barreaux ni trop éloignés, ni trop proches les uns des autres. Après un court moment je parvins finalement au sommet de l'échelle et la tension de la journée disparut aussitôt.

    Le sentiment de liberté et de dominance que cette pièce provoquait en moi était inégalable. Le fait de pouvoir voir les gens en bas, stressés à travailler sur leur chambre me donna une satisfaction presque mesquine.

    La pièce se composait d'un plancher qui entourait l'ouverture d'où l'échelle débouchait et qui était d'une largeur suffisante pour que je puisse circuler aisément dans la pièce. Au sol, les longues lattes de bois que j'avais aperçu auparavant continuaient au-delà de la pièce et s'attachaient aux éléments verticaux de la structure,  et me faisaient sentir en  sécurité grâce à la stabilité qu'elles signifiaient. En dehors de la pièce, qui était définie par les barrières verticales, les planches de bois qui constituaient avant le plancher sur lequel je circulais s'espaçaient de plus en plus comme si la pièce disparaissait et se dématérialisait au fur et et à mesure que l'on s'en éloignait.

    En haut de cette plateforme, un sentiment de sérénité s'emparait de moi. Je sentais la force revenir en moi, ainsi qu'un sentiment de puissance. Tout en me détendant, je laissai mes pensées se perdre dans les vastes horizons qui s'étendaient sous mes yeux.


    Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Vue de haut et vue depuis la chambre


    Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 06 2016 16:24:52 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Détails constructifs de la maquette


    W3


    Entropie

    Rudolf Claudius définit ce mot comme la caractérisation du degré de désorganisation ou de manque d'information d'un système


    Image Sun Mar 13 2016 23:28:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 13 2016 23:28:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    vue depuis le bas de la diagonale et vue depuis le haut


    Image Sun Mar 13 2016 23:28:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    la maquette dans son intégralité


    Image Sun Mar 13 2016 23:28:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 13 2016 23:28:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Mar 13 2016 23:28:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    détails de construction



    Image Mon Mar 14 2016 09:22:12 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    axonométrie d'assemblage


    Image Mon Mar 14 2016 09:22:12 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Mar 14 2016 09:22:12 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Mar 14 2016 09:22:12 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    différentes coupes



    W4


    Entropie

    Rudolph Claudius ; Caractérisation du degré de désorganisation ou de manque d'information d'un système

    Narratif 1

    Après une journée épuisante de travail en atelier, je voulais décompresser afin de reprendre des forces pour le lendemain qui s'annonçait être une autre rude journée. Je pris donc la direction de mon endroit préféré pour me ressourcer. Il fut aisé de trouver l'accès à cet endroit car il se trouvait en dehors de l'énorme structure dont il faisait partie. Comme à chaque fois pour y accéder, je me préparais à une ascension fatigante mais qui en vaudrait la peine une fois au sommet. Je commencai donc à gravir la pente aussi raide que le pan d'une montagne et, arrivé au sommet, je put enfin m'allonger dans la discrète pièce qui se trouvait en dessous de la longue rampe.

    Narratif 2

    C'était un beau matin de printemps, et je me préparais pour une autre journée de critiques lorsque j'aperçu une structure différente des autres. Elle était transpercée de bout en bout par une énorme diagonale de bois qui cassait le rythme régulier de l'édifice. Afin d'en apprendre plus, je m'élança en direction de cette construction et quand j'arrivai au pied, je me questionnai sur comment elle pouvait bien tenir aussi droite puisqu'elle ne touchait en aucun point visible le sol. Décidant d'éviter de me fatiguer à monter la pente qui semblait m'inviter à aller vers le haut, je décidai à la place d'essayer de comprendre les notions structurelles de la construction. Arriver au centre de la structure, je commençait à voir les éléments structurels qui soutenaient la diagonale. Du contrefort diagonal qui avait une pente inverse à celle de le diagonale à l'élément horizontal qui empêchaient la diagonale et son contrefort de glisser, la construction de cette diagonale devenait de plus en plus clair. Afin de comprendre avec plus de précision, je décidai de continuer mon chemin dans la même direction et au bout du contrefort je compris enfin comment le tout tenait droit sans flancher. Un élément vertical reprenait les charges vers le bas qu'une sorte de cabane suspendue semblait donner à la diagonale.

    Un sentiment de satisfaction s'empara de moi alors que je comprenait les éléments structurels de cette construction.



    Image Sun Mar 20 2016 12:02:36 GMT+0100 (Paris, Madrid)



    Image Sun Mar 20 2016 12:02:36 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Sun Mar 20 2016 12:02:36 GMT+0100 (Paris, Madrid)


  • Planes

    Par Jonas Reymondin, 18/12/15

    - Planes / destructuration -


    texte narratif


    « Je suis réveillé par les rayons du soleil qui me caressent le visage. J’ouvre les yeux, la lumière baigne ma chambre et l’air frais s’engouffre. Je regarde à l’extérieur, les gens déambulent dans la rue à un rythme effréné.

    Je  ne peux m’empêcher de penser aux événements passés, mais ces douloureux souvenirs sont aussitôt dissipés. L’atmosphère chaleureuse apporte tout de suite une certaine sensation de réconfort. Je sors donc dans la rue à travers l’une des nombreuses ouvertures qui fournit un accès direct à l’extérieur. Je regarde autour de moi, la vie semble avoir repris son cours habituel. J’inspire profondément, une journée radieuse s’annonce. »


    texte explicatif


    Ce bloc trônant en plein centre de la colonne tel un bloc de bâtiment haussmannien à Paris lévite dans l’espace sans réelle limite verticale et permet un passage tout autour de lui. Face à cet élément, la façade nous semble unie et monotone. Cependant, en cherchant le mouvement et en bougeant, on s’aperçoit qu’elle se décompose, se déstructure selon un schéma de modules répétitifs. Une ouverture conique sous l’élément force la vision et le regard en dessous et casse l’idée de sol physique entre l’extérieur et l’intérieur souterrain.

    La façade n’agit plus comme mur entre l’intérieur et l’extérieur, mais comme liant entre ces deux espaces. Les ouvertures créées permettent le passage de l’un vers autre. L’espace intérieur est une masse inconnue et asymétrique, lourde et sombre telle l’atmosphère régnant après les attaques. Seuls deux trous de lumières s’élançant vers le haut de la colonne agissent comme rappel, qu’il faut aller chercher la lumière, la vision. En traversant les ouvertures, on passe d’un espace fermé à un espace totalement ouvert et lumineux. Un espace léger qui donne envie d’y marcher, de faire une promenade autour de la masse difforme qu’est cette portion de bâtiment.

    Le passage est alors provoqué, de par les notions de visions, mouvements et lumières qui se développent autour et à travers l’élément en plâtre.



    Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Differents points of view on the facade


    Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    The destructurated facade on the column+


    Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    The column+ without the plaster on it



    Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Elevations of the column+ with the element


    Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Perspective from the "first floor" inside the element


    Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Fri Dec 18 2015 12:54:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Sections of the element

  • Planes

    Par Jonas Reymondin, 15/11/15

    W14 refinement

     

    By moving around the +column, the element is face changing. When we are in front of a facade, it appears to be flat and monotonous, as it deconstructs increasingly by changing our point of view.

    Furthermore, the openings on the +column complete the idea of vertically continuity of the element created.


    Image Fri Dec 18 2015 11:54:10 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Elevations of the column+with the plaster


    Image Fri Dec 18 2015 11:54:10 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Perspective from the first floor inside the interior space


    Image Fri Dec 18 2015 11:54:10 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Fri Dec 18 2015 11:54:10 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Sections of the element


    Image Mon Dec 14 2015 23:25:44 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Final plaster and +column


    Image Mon Dec 14 2015 23:25:44 GMT+0100 (Paris, Madrid)Image Mon Dec 14 2015 23:25:44 GMT+0100 (Paris, Madrid)Image Mon Dec 14 2015 23:25:44 GMT+0100 (Paris, Madrid)Image Mon Dec 14 2015 23:25:44 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    The +column and its openings



    W13 setting up the final project


    Outdoors facade is still unstructured, broken down into panels suggesting the openings but inside these panels are extruded and intersect each other to create a new form, a unique and unknown space. The notion of exterior and interior as two separate spaces is highlighted.



    Image Mon Dec 14 2015 23:13:38 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Mon Dec 14 2015 23:13:38 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    Plaster inserted in the +column



    Image Mon Dec 14 2015 23:13:38 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Mon Dec 14 2015 23:13:38 GMT+0100 (Paris, Madrid)


    Image Mon Dec 14 2015 23:13:38 GMT+0100 (Paris, Madrid) Image Mon Dec 14 2015 23:13:38 GMT+0100 (Paris, Madrid)

    First try of the plaster on which the cardboard panels will be fixed



    W12 a new form


    The destructuration of the facade is even simpler, I take out facade panels that are based on the modulor dimensions and the 75x75 grid of the Double Elements project to create openings. Physical ground disappears to give an impression of floatation and vertical continuity along the +column.



    Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)
    Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Model of the concept on the +column


    Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)  Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Spaces created through the openings



    Image Mon Nov 30 2015 09:45:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Study of the openings in the +column




    W11 specify


    A return to something more simple and specific. How to get people out of their home and restore the passage?

    Simply in breaking the facade that serves as a wall between inside and outside. To create openings, I was inspired by how a wooden board breaks. Moreover, taking only the facade as thickness of the building, like the Wind Palace in Jaipur, both interior and exterior spaces are distinctly created.

    The openings come at different heights and mark the link between the floors and the street, between the vertical and horizontal plan. They act as an invitation and incitation to move from one space to another, while disrupting and obstructing the vision.



    Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Different points of view of the model



    Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Constitution of my element


    Narrative


    Chaque matin, prend une douche, déjeune en lisant le journal, puis me prépare pour sortir de mon appartement, numéro 98 sur le Boulevard de Sébastopol. Je pars travailler en prenant le métro qui m’amène Gare Montparnasse, puis je change de métro direction Porte de la Chapelle où je sors à la station Rue du Bac. S’ensuit une matinée de travail ordinaire. Ce programme matinal est devenu chez moi, à force de le répéter, un réflexe, un automatisme que rien ne peut venir perturber, déséquilibrer.

    Pourtant, depuis ce vendredi 13 novembre, je suis pétrifié et terrifié à l’idée de sortir de mon appartement. D’ailleurs, je ne suis pas le seul, les rues sont désertes et le passage qui y régnait quotidiennement n’est plus. Les journées s’écoulent à présent selon un rythme morne, triste.

    Pourtant, ce matin, j’ai l’impression d’être perdu depuis mon réveil. Je me tiens debout devant ce qui doit être l’emplacement d’une fenêtre de ma chambre, mais qui laisse place à un trou béant dans la façade de mon immeuble. Je regarde à l’extérieur et vois les gens déambuler dans la rue comme si de rien n’était. Intrigué, je m’habille en toute hâte et sors dans la rue. Quelle ne fût pas ma surprise en regardant cet immeuble, absolument banal en temps normal, qui est maintenant une façade percée irrégulièrement par des ouvertures. Curieux, je décide d’aller arpenter cet espace et de zigzaguer au milieu de ces ouvertures qui nous permettent d’entrer ou de sortir du bâtiment. Je m’aperçois en fait que cette transformation de la façade crée un lien évident entre les espaces intérieurs et extérieurs. Je regarde autour de moi, les gens semblent avoir repris leurs habitudes à travers ce nouveau passage dessiné par ces ouvertures. La façade semble avoir été démolie, déstructurée pour en sortir des panneaux entiers et créer des liens entre la cour intérieure de mon immeuble et la rue piétonne. Le passage dans la rue semble avoir repris, les gens sortent de chez eux et n’ont plus peur.

    Les jours passent et se ressemblent à nouveau pour moi, mes rituels matinaux ont repris et tout est revenu à la normale, à l’exception de la façade transformée qui a rapporté la vie en cet endroit.




    Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 23 2015 08:34:53 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Mon Nov 23 2015 14:23:35 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Wind Palace, India, a building consisting in a front/facade                               Broken piece of wood




    W10 establishment of the concept


    Last Friday's attacks in Paris have shocked all of us. Parisians are now living in fear and dare not get out. However, the Boulevard Sébastopol is a place of daily high passage. I asked myself; how could we restore this passage and restore confidence to people ?

    In order to realize it, I wanted to work with a passive and soft form such as a sphere which does not have steep edges on the contrary of a facade. Like the Moeraki Boulders in New Zealand wich inspires me the calm and tranquility, and the resistance to the force of the waves, hollow spheres in a street would mark an opposition to the façade. It would attract people outside and create a space inside them where interested people might look for calm and security



    Image Mon Nov 16 2015 09:09:15 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    The +column on the plan of Paris


    Image Sun Nov 15 2015 20:51:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Sun Nov 15 2015 20:51:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) 

    Locations of the attacks with             Moeraki Boulders, New Zealand,            Sketch of the idea

    Sébastopol beside                            calm and tranquility



  • Space system

    Par Alison Blank, Marianne Ghorayeb, Virginie Schwab, Jonas Reymondin, 11/11/15


    - Infrastructure / study of the passage -



    How can a system, a structure interact with the passage ? How can it be used to create a new space ?

    These are the questions we studied in our project.

    The main tool we used to answer these questions is a superposition of the plans of Avenue Georgette in Lausanne and Boulevard Sébastopol in Paris with the hybrid of the scenario model. It allowed us to study the different passages and possible positions of our system. This last one is based on a grid of human proportions and can adapt itself to the slopes and grounds thanks to modular feet.

    The structure acts too as a modular system creating various spaces according to the elements dispositions. The spaces created become disruptors or anomalies in the middle of a regular and daily passage and modify it by its good-will to give it a new dimension.




    Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)  Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Space system



    Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)  Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)
    Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)  Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Passage/movement around and inside the structure. The orthogonal axes are very strong



    Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Plan of the superpositions between the two cities and the hybrid



    Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)  Image Wed Nov 11 2015 21:53:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Structure created with the elements imbriquement



    Image Fri Nov 13 2015 13:31:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Image Fri Nov 13 2015 13:31:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Fri Nov 13 2015 13:31:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest) Image Fri Nov 13 2015 13:31:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Details of the four elements feet