Planes

Par Heloise Corpataux, 16/11/15

Week 1

Begining this new phase, we are questioning ourselves about vertical and horizontal planes. Our first point was about inserting the + column on our site. For the first project we were by groups of two so we had to devide the columns and I took that on the side of Paris. 

  • Drawing
Image Mon Nov 16 2015 09:48:11 GMT+0100 (CET)

Paris with the + column, Monge, 1:33


Week 2

  • Exercice   

Narratif du site n°8

    En flânant dans Paris, la tête levée en direction des balcons ou en étant distrait par l'abondance des vitrines qui se présentent à nous et nous offre des lumières ou des amours intrigantes, il arrive que l'on se retrouve dans des espaces contrastant avec l'énergie de cette capitale. Après s'être promené dans un parc aux chemins bien dessinés nous regagnons le boulevard créé par un percement digne d'un barbare maniaque. Les bâtiments s'y élèvent, réguliers, les balcons nous surplombent et les passages s'y alternent, parfois marqués par des portes travaillées et fermées, parfois par de grandes arches laissant apercevoir une cour intérieure où sont parquées quelques voitures. Plus accueillant que le premier dispositif, celui-ci nous laisse cependant hésitant. Bien utile pour se mettre à l'abri de la pluie, ce lieu hybride entre la rue et les appartements reste peu fréquenté et utilisé uniquement par les habitants des logements situés au-dessus des boutiques ou les visiteurs des divers médecins, avocats et autre qui apprécient que ce dispositif serve de frontière, de lieu de passage réservé à ceux qui souhaite s'y aventurer et filtre le flot incessant de passants déambulant dans l'avenue. Alors que je me questionne sur la perméabilité de ces espaces, je me retrouve devant la vitrine d'un magasin de mobilier haute gamme. Curieuse et envieuse de prendre congé des locaux pressés qui me bousculent lors de ma promenade, je décide d'y entrer. Musardant entre les canapés et les tables, je lève la tête vers un plafond particulièrement haut et remarque alors que l'exposition s'étend sur un second étage. Je m'engage alors dans un escalier si raide qu'il me rappelle une échelle. Au cours de cette ascension, je m'interroge sur la pertinence de placer un dispositif aussi accentué et peu pratique dans un magasin de mobilier. Une fois arrivée au sommet, en me penchant sur l'obstacle que je viens de franchir, je me rends soudainement compte que jamais je ne fût autant consciente de la transition entre deux plans parallèles et superposés et saisis la raison de cette périlleuse ascension. En regardant au travers d'une des larges fenêtres qui se présentent en face de moi, je remarque aussi que mon horizon à complètement changé. Cette constatation, à première vue évidente, ne me serait jamais apparue sans l'existence de ce vertigineux escalier. À présent, je vois distinctement l'autre côté de l'avenue et la route qui le sépare de moi. En face de moi, j’aperçois justement une arcade qui, d'où je me trouve, ne me semble pas plus grande qu'une porte normale. Mais ce qui me surprend le plus est la présence d'une étrange structure s'élevant entre l'arche et moi-même. Celle-ci semble en même temps très perméable et contraignante. Dans le sens de la rue, les passants les plus courageux y entrent à plusieurs puis sont forcés de se faire des politesses une fois arrivés au centre de la structure. En effet, vue de haut, elle forme un double entonnoir invitant à y entrer, elle se resserre en son centre puis s'écarte à nouveau, comme un resserrement, un noeud que formerait la rue. De ce fait, un seul passant est capable de traverser le milieu de l'installation. La plupart de ceux qui s'y engagent semblent apprécier ce moment court mais intense de solitude et de paix, contrastant avec le chemin qu'ils ont parcouru jusqu'alors. Intriguée par ce squelette de bois, je redescend de mon observatoire afin de pouvoir vivre son expérience par moi-même. En sortant du magasin par la porte principale, je me retrouve face-à-face avec cette construction et réalise qu'un autre passage que celui que j'avais remarqué avec la distance s'offre à moi. Perpendiculaire au premier et au sens de l'avenue, son ouverture est assez grande pour une seule personne à la fois. J'attends donc que le jeune homme qui se tenait dans l'espace central se décide à retourner dans l'agitation de la ville et m'engage à travers ce passage. D'abord surprise par cet espace hors du commun je m'y arrête un instant et lève la tête. En baissant les yeux à la hauteur de mon horizon, je vois, droit en face de moi, l'arcade que j'avais remarquée auparavant. Je réalise alors qu'une fois sortie du magasin par son imposante porte, je me suis engagée dans un nouveau dispositif de transition, un seuil entre les deux côtés de la rue et s'ouvrant sur un troisième passage, celui de l'arcade. Alors que les téméraires qui souhaitent expérimenter l'installation me pressent un peu, je sors en direction de cette arche qui, maintenant que je me trouve en son sein me paraît bien plus grande que précédemment. En traversant celle-ci, mes yeux voyagent entre le haut plafond, les moulures ornant les flans, les plaques annonçant divers cabinets et noms de particuliers et les portes d'entrées y menant. Je réalise alors que ce que je viens de traverser n'est qu'une suite de passage s'emboitant les uns dans les autres, dirigeants ceux qui s'y engagent dans d'autres directions, canalisant leur arrivée et menant vers d'autres espaces tout en les créant. Une fois l'arcade franchie, j'arrive dans une cour intérieure. Une cour intérieure à ciel ouvert... est-elle vraiment intérieure alors ? En me questionnant à ce sujet, je me rends compte que sans la présence de ce dispositif en bois, je ne me serais jamais engagée dans l'arcade en passant perpendiculairement à celle-ci comme l'avenue suggère de le faire. Si seul les gens qui souhaitent entrer dans l'arcade le font, cela fait-il de la cour un espace intérieur et privé ? Résultat d'une succession de décisions et de franchissement d'obstacles, l'arrivée dans cette cour est peu fréquente. Je me décide à la traverser et me retrouve dans une ruelle parallèle à mon avenue de départ, regarde sur ma gauche, aperçois l'eau miroitante d'un lac et décide de partir dans cette direction.


  • Références

- Proportions et études du corps humain 

Image Sun Nov 22 2015 15:25:08 GMT+0100 (CET)
Image Sun Nov 22 2015 15:25:08 GMT+0100 (CET)


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)



Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)



Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)



Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


- Rudolf Laban


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)
Image Sun Nov 22 2015 15:25:08 GMT+0100 (CET)



Image Sun Nov 22 2015 15:25:08 GMT+0100 (CET)


Image Sun Nov 22 2015 15:25:08 GMT+0100 (CET)

"C’est ainsi que Laban introduit cette notion fondamentale de la danse moderne, qui la différencie à jamais de la technique classique : le mouvement est constitué par le trajet entre différents points de l’espace, et non par une succession de poses. Le mouvement est donc intimement lié à l’espace ; il n’y a pas de différence entre l’un et l’autre. A partir de la « kinesphère », il a notamment mis au point un système de notation du mouvement (parachevé par ses élèves dont Mary Wigman), première partition chorégraphique nommé « Labanotation » ("Kinétographie" en français)."


- Heather Hansen 

http://www.journal-du-design.fr/art/emptied-gestures-par-heather-hansen-40208/



Image Wed Nov 25 2015 20:52:06 GMT+0100 (CET)



- Pina Baush

https://www.youtube.com/watch?v=weAcebpcTVU


-Lalala human steps - Amelia 

https://www.youtube.com/watch?v=SCHrzakA5X4


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


- Nicolas Le Riche - Caligula 

Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)



Image Sun Nov 22 2015 16:08:37 GMT+0100 (CET)


  • Dessins



Image Mon Nov 23 2015 09:52:10 GMT+0100 (CET)


Planes and section of the new site with proportions and movement, 1:33.


Image Mon Nov 23 2015 09:52:10 GMT+0100 (CET)


Placement on the + column, plane, 1:33.



  • Maquette
Image Sun Nov 22 2015 22:50:28 GMT+0100 (CET)

Maquette 1:66, carton, vue de face.

Image Sun Nov 22 2015 23:09:52 GMT+0100 (CET)

Maquette 1:66, carton, vue de côté.

Image Sun Nov 22 2015 23:09:52 GMT+0100 (CET)

Maquette 1:66, carton, vue de dos.

Image Sun Nov 22 2015 23:09:52 GMT+0100 (CET)

Maquette 1:66, carton.

Image Sun Nov 22 2015 23:09:52 GMT+0100 (CET)

Maquette 1:66, carton, vue de côté avec le double element intégré.


Week 3

  • Drawings

Image Tue Dec 01 2015 09:23:00 GMT+0100 (CET)



Image Tue Dec 01 2015 09:23:00 GMT+0100 (CET)



Image Tue Dec 01 2015 09:23:00 GMT+0100 (CET)













  • Maquette


Image Sun Nov 29 2015 21:55:00 GMT+0100 (CET)


Model on the +column, quadrants 1 et 4, cardboard, 1:33. 



Image Sun Nov 29 2015 21:55:00 GMT+0100 (CET)


Model on the +column, quadrant 1, cardboard, 1:33. 



Image Sun Nov 29 2015 21:55:00 GMT+0100 (CET)


Model on the +column, quadrants 1 et 2, cardboard, 1:33. 



Image Sun Nov 29 2015 21:55:00 GMT+0100 (CET)


Model on the +column, quadrant 2, cardboard, 1:33. 



Image Sun Nov 29 2015 21:55:00 GMT+0100 (CET)


Model on the +column, quadrants 2 et 3, cardboard, 1:33. 



Image Sun Nov 29 2015 21:55:00 GMT+0100 (CET)


Model on the +column, quadrant 3, cardboard, 1:33.