THE WEB'S FLOW

Par David Perret, Simon Sierro, 12/10/15





-WEEK 1 : GEORGETTE/ANGLE ET FLUX-

Le flux occupe dans ce bâtiment une place considérable, allant jusqu'à le déformer (angle coupé) et à le rendre poreux à travers ses diverses entrées publiques. Dans quelle mesure le flux est-il capable d'influencer l'architecture d'un bâtiment, voir même de le modifier ? 

Le corps s'impose ainsi naturellement comme une unité de mesure universelle. 



Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)





-WEEK 2 : SEBASTOPOL/ECHELLES-

La façade à Paris demande une approche différente de sa structure, car construite dans un esprit de monumentalité différent. Le flux en revanche se comporte de manière similaire à Lausanne, se construisant autour des accès, bien que ces dernières soient d'une taille significativement plus grande à Paris. Cependant une question demeure : 

Comment comprendre le fonctionnement de ce flux et son rapport à la façade ? 




Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)

Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)




-WEEK 3 : CONTRASTE MATERISTE-

Suite à une observation directe du flux sur le site de Lausanne, notre analyse s'oriente sur les caractéristiques de la façades liées à la matière et sa façon d'interagir directement avec le flux. Le verre rend le bâtiment poreux, alors que la pierre et le béton imposent une masse contraignante et posent des limites. De plus, la verticalité du bâtiment nous permet aussi de poursuivre notre analyse. 

Maintenant que nous avons compris chaque façade dans sa façon d'être, il nous faut les mettre en confrontation, l'une face à l'autre. 






Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)


Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)




-WEEK 4 : ESPACE CONFRONTE-

Les flux des deux espaces se retrouvent à se répondre, en créant un espace hybride à la foi impossible et logique. La perspective nous permet d'observer notamment une vision improbable mais d'en constater du même coup sa probabilité et sa cohérence. 

Cet espace est organisé selon les flux, créés par la trace que le passage de chaque personne laisse derrière elle, tissant ainsi une toile vivante, présente mais intangible. 

La façade ainsi s'ouvre à cette toile de façon différente : par des entrées physiques et par une ouverture au regard à travers le verre.



Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)


Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)

Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)

Image Sun Oct 11 2015 23:19:16 GMT+0200 (CEST)