• ROOM-Process

    Par Raphael Boscarato, 29/02/16

    WEEK 3

    We've replaced some elements of our room and we have now a system of cadrage on the second floor which consists to a simple horizontal ladder which creates a interaction between this space and below.This ladder is still use as a passage to the balcony.

    The main question this week was: How can we use and build a furniture item which includes ladders in a way to continue to give a new function of ladders?

    With ladders, we gain space which permits us to use the verticality as an advantage for an item that we can use in several ways.

    Description of the prototype: coming soon


    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Ladder uses as confrontation between interior and exterior, and the steps are inclined for some privacy.


    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    First Floor with a ladder- row of seats


    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Second floor with the balcony


    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sun Mar 06 2016 22:31:20 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

















    WEEK 2

    This week, we've wondered:

    How can we make a Room with only ladders and floors?

    The answer is that we use ladders not only like a passage but also like Windows, tables, bed and chairs.( which constitute the organs of the room.

    In EPFL, we're situated in the north-west part of the proto-structure where we have a sight of the rolex and the meadow next to.

    We have decided to focalise us on the meadow with the floor 1 and the Rolex with the floor 2.

    The floor 1 contains a ladder-chair which has similitude with a gradin in a greece theatre and is placed near the window-ladder which delimits the interior-exterior.




    WEEK 1

    Room, a part of the Inside of a building that is divided from other areas by walls and a door ant that has its own floor and ceiling.

    How can we divise our part with only one element?

    We've chosen the ladder and we have decided to place it in middle.

    We wondered, is there a difference when we're in the proto-structure and when we're not?

    The visitor, at the beginning, 'll see the ladder like windows ( spacement between steps) due to the fact that he'll be behind it.



    Image Mon Feb 29 2016 09:32:20 GMT+0100 (Paris, Madrid)



    Image Mon Feb 29 2016 09:32:20 GMT+0100 (Paris, Madrid)



    Image Mon Feb 29 2016 09:32:20 GMT+0100 (Paris, Madrid)


    Photos:


    Image Sun Mar 06 2016 14:13:13 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sun Mar 06 2016 14:13:13 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sun Mar 06 2016 14:13:13 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Different types of ladders: basic, windows-ladder and table-ladder


    Image Sun Mar 06 2016 14:13:13 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    A prototype of a 'window' based on the restrained vision.









  • PLANES- Creation of a space and analytical approach

    Par Raphael Boscarato, 19/12/15

    Préambule: Avant d'introduire la présentation et la narrative je tiens à préciser le point suivant:

    Comme vous pouvez le voir toute ma colonne, et même les maquettes qu'elle contient, est peinte en blanc. Pourquoi?

    Par ce choix, volontaire, je veux transmettre le message suivant: le rôle de cette colonne n'est pas d'attirer le visiteur, de l'harponner, mais de transmettre les informations uniquement à la personne qui vient les chercher. Celle-ci trouvera les réponses à ses questions. Au passant pressé elle n'apparaît que neutre et inexpressive.

    Présentation: Mon objectif est d'analyser le symbolisme, au niveau de l'espace, qui se dégage de cette vue et de le traduire schématiquement, à côté des façades de la colonne, par des symboles. (séparation, escalier,..). J'ai découpé la façade de l'immeuble en 6 morceaux et je les ai placé selon un mouvement ascendant sur la colonne.

    Maintenant, comment vais-je approcher les concepts d'espace qui cohabitent à l'intérieur de cet immeuble?

    Comment les définir pour éviter la confusion?

    Le système qui me paraît le plus adéquat est de les distinguer sur la base de leur usage et non de leur statut juridique. Selon le critère choisi,la pharmacie qui est située au rez-de-chaussée est un espace public.

    Au premier étage, la situation évolue. J'arrive dans un espace qui apparaît comme étant semi-privé. Je traduis ce changement par une séparation horizontale hermétique. Après je me trouve dans un espace privé, la façade indique clairement le statut social des anciens habitants. Je l'évoque par un escalier qui a symboliquement deux rôles: relier les espaces et montrer l'évolution sociale. L'escalier est large au début (public), il se rétrécit progressivement pour symboliser le passage du semi-privé et du privé.

    Ensuite, je change mon optique et je regarde la façade dans son ensemble. L'élément expressif le plus fort sont les fenêtres. Celles-ci dépassent largement les fonctions matérielles qui leurs sont dévolues (éclairer, aérer, voir) et apparaissent comme la frontière entre deux univers: l'espaces intérieur et l'espace extérieur. Elles définissent le type de relation que ce bâtiment entretien avec le monde qui l'entoure, mais aussi les modalités du regard, du vu et du non-vu.

    Je le traduis par la silhouette d'une personne qui apparait à la fenêtre, pour voir et pour être vue.

    J'ai terminé mon analyse par la notion d'espace interne et externe, car j'estime que l'espace interne, défini complétement par l'édifice lui-même, constitue le critère principal pour le jugement que le public porte sur un édifice.

    De là à affirmer que l'espace interne constitue l'essence même de l'architecture...

    Dessins finaux:


    Image Sat Dec 19 2015 11:14:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sat Dec 19 2015 11:14:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 11:14:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 11:14:37 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)










    Photos:


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

      

     

    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


     

    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)




    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Sat Dec 19 2015 10:13:40 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Narrative:

    Je me trouve au boulevard Sébastopol. Passant à côté d'un immeuble, je remarque des larges portes qui indiquent un commerce à l'intérieur. Je décide d'y entrer pour acheter un produit avant que l'établissement fermé.

    Après quelques minutes, ayant terminé mon achat, je ressors par la même porte. La curiosité me pousse à regarder toute la façade de l'immeuble d'une manière neutre et objective puisque je n'ai jamais habité ou visité un des appartements de ce bâtiment. Pourtant j'ai la sensation qu'en observant chaque partie (étage), je peux déterminer avec précision le(s) rôle(s) de cet étage et les classes sociales qui y habitent.

    LE PREMIER ETAGE m'attire tant par le nombre de détails que par la taille de ces fenêtres qui dégagent une forte opposition entre le public et le privé. Ce qui laisse supposer que la pièce, qui servait de lieu de stockage, est occupée actuellement par des bureaux et où on préfère, discrètement, ne pas être dérangé. Je m'imagine, tel un acrobate, me faufiler à travers une des fenêtres pour voir cette séparation devenue physique par le biais d'un plafond/sol.

    LE DEUXIEME ETAGE me paraît plus ouvert mais néanmoins inaccessible pour des gens non fortunés. Les fenêtres laissent supposer que la personne qui y vit veut pouvoir contempler le boulevard. Soudain, je vois quelqu'un au troisième étage, sur son balcon, qui me regarde d'un air curieux. Peut être, parce que cela fait quelques minutes que je suis debout, immobile, à analyser la façade tel un médecin qui pratique une autopsie.

    Du fait que je remarque la présence de cette personne, cela montre qu'il a beau être dans son espace privé, mais il se situe simultanément, aussi, dans l'espace public. Le balcon, qui est aussi présent sur d'autres étages, est un espace de transition. Je m'imagine que pour aller au troisième étage et au-dessus, la personne doit emprunter l'escalier commun. Ce qui est plus fatiguant pour lui que pour quelqu'un de plus riche qui séjourne au deuxième.

    Quand je lève les yeux plus haut, le quatrième étage me paraît similaire au troisième: moins ou pas du tout de détails comme s'ils avaient été effacés par une forte opposition privé/public au début et à l'évolution du statut social ensuite.

    Le statut social! Ces mots me reviennent à chaque fois que j'observe l'immeuble. Le dernier étage est assez spécial pas parce qu'il est le dernier, mais puisque initialement ses chambres étaient destinées à loger le personnel domestique. Aujourd'hui, ironie de l'histoire et de l'évolution sociale, il est devenu plus recherché (par les jeunes ménages) que les autres étages. Et pourtant, rien de ce que je vois sur la façade permet d'indiquer son nouveau rôle. Je rigole en pensant que ceux qui y vivent doivent être nécessairement en bonne santé car cet étage n'est, en général, pas desservie par l'ascenseur. Il faut vraiment être jeune et en bonne santé pour y habiter.






















  • Project Planes

    Par Raphael Boscarato, 19/11/15

    WEEK 9,

    Analysis of the road in Avenue Georgette in Lausanne with notions of measures and the placement of the plus column.


    Image Thu Nov 19 2015 14:28:12 GMT+0100 (Paris, Madrid)



    WEEK 10

    First two moulds of my project, we can see that the ground zero ,which is at left, has just two doors but only one is opened. The other one has a "gate". The first ground has much more détails and will be a bit thicker.



    Image Mon Nov 23 2015 09:19:25 GMT+0100 (Paris, Madrid)


    Image Mon Nov 23 2015 09:19:25 GMT+0100 (Paris, Madrid)


    Image Mon Nov 23 2015 09:19:25 GMT+0100 (Paris, Madrid)


    Image Mon Nov 23 2015 09:19:25 GMT+0100 (Paris, Madrid)



    WEEK 11

    Story in French:

    Je suis au point zéro de ma colonne. D'un œil observateur, je regarde le chapiteau qui représente mon objectif principal. Me trouvant devant deux portes bien distinctes l'une de l'autre, je ne peux choisir que celle de gauche.

    L'air frais fait maintenant place à la douce chaleur qui ne m'est pas encore familière. Je me retrouve maintenant dans un espace aux multiples chemins, mais un seul est bon car c'est celui-là que je veux suivre. Une lumière ni trop claire ni trop opaque me guide chaleureusement à travers les obstacles. Etant assez curieux, je regarde d'un air interrogateur l'environnement qui évolue autour de moi au fur et à mesure de mes pas. Arrivé devant l'entrée qui ressemble, vis-vis de ma taille, à une fenêtre. Je me précipite sans plus attendre dans ce nouvel environnement.

    Je me retrouve soudainement plonger dans un univers aux multiples facettes et possibilités qui m'amène presque à l'étourdissement. Soudain, je remarque que la lumière qui, autrefois m'a aidé, n'y est plus. Je me retrouve seul, enfin l'impression d'être seul et que personne ne peut me comprendre, à errer dans un espace infini. Quelques temps plus tard, je découvre une sculpture en bois que j'assimile à un point de rencontre. Quoi qu'un peu fragile et étrangère à mon goût, le fait de pouvoir se reposer, de m'alléger de mes problèmes se fait sentir. Devant moi de l'autre côté de la table apparaît une personne en qui je peux me confier et être conseillé. Après un certain moment passé à discuter, la table devient mobile et s'insère à gauche entre les poutres en bois. La table, étant devenue une fenêtre, permet le passage de la lumière qui m'est familière. Le passage étant libre et éclairé, je le suis en étant assez confiant.

    Je me sens familier avec la pièce qui ressemble beaucoup à celle d'avant, mise é part l'apparition de murs. Le passage devient assez claire dans ma tête. Je le suis en évitant si possible les obstacles. Arrivé devant une façade paraissant plus légère mais pas fragile pour autant, je décide de traverser une porte vitrée qui reflète déjà la fin de mon parcours.

    Je suis maintenant devenu plus sage et expérimenté que par le passé. Le passage est devenu pour moi une sorte de routine, de chemin qui peut, si je veux, s'arrêter. Tout dépend jusqu'où mon objectif est d'aller.

    Week 12

    Changement d'une partie du concept qui tourne désormais que sur mes fenêtres qui créent l'impression d'être dans un espace de plus en plus petit. Et pourtant chaque pièce possède les mêmes dimensions. Le visiteur doit avoir la sensation, qu'en apercevant la fenêtre, qu'il imagine déjà ce qu'il va trouver de l'autre côté, soit la grandeur et la fonction de la pièce. Mais il se trompe.

    Week 13

    Refonte général du concept qui tourne autour de mes fenêtres. Cette fois-ci, le but serait que chaque façade (6) indiquerait la fonction et le statut social. Ce dernier est en fonction de la verticalité: caractéristiques des Immeubles Hausamanien. J'introduirais les notions: espace public/espace privé , intérieur/extérieur et implications sociales.


    Image Tue Dec 08 2015 11:20:43 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Tue Dec 08 2015 11:20:43 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Tue Dec 08 2015 11:20:43 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Keep in mind that these are not final drawings.
















  • DOUBLE ELEMENT : OUVERTURE ET MODULARITE

    Par Raphael Boscarato, Jonathan Fraschini, Marianne Ghorayeb, Cedric Nim, Judith Mizutani, 09/11/15

        The window - an element of communication

        The window is a bay, an opening in a wall which defines a certain relation between two spaces. The question is what exactly are the details and elements of the window that defines said relation.


    Team_Window_Del_Grosso_PhotographTeam_Window_Del_Grosso_PhotographTeam_Window_Del_Grosso_Photograph

            Evolution of the element: from left to right prototype n°1 (1:20), prototype n°2 (1:10), final prototype (1:10)



    Team_Window_Del_Grosso_Drawing

                                                Study of the visibility depending on the type of window

                

        So as to underline the differences and connection that exist all around our element (between the two windows or the spaces, the emptiness surrounding them) we connected them at the top thus tracing the contour of a passage perpendicularly. We were inspired by Kahn and the empty column when we designed this compartment in the thickness of the window.




    Team_Window_Del_Grosso_Drawing

                                                                    Monge of the element (1:10)


    Team_Window_Del_Grosso_PhotographTeam_Window_Del_Grosso_Photograph

                                        Display of the element on the site with a prototype and a plaster (1:66)



    The dimensions and proportions of our element derive directly to the study of the body proportions and those of our site (Boulevard de Sebastopol in Paris and Avenue Georgette in Lausanne). We also used some of Le Corbusier's studies (Le Modulor) to define the height of the "public" and "private" window.


    Team_Window_Del_Grosso_MontageTeam_Window_Del_Grosso_Photograph


                            Relation of the element with the body and the site through the proportions (1:1)



    Team_Window_Del_Grosso_PhotographTeam_Window_Del_Grosso_Stop_motion


                                                                   The window as a passage (1:1)


    As we studied the window we found out that another element shared several common points with the window: the table. Indeed, it can be considered both as an obstacle between two spaces or people, or quite the opposite a connection.




    Team_Window_Del_Grosso_Drawing

                                            Study drawing of the disturbance caused by the element (1:10)


    Team_Window_Del_Grosso_PhotographTeam_Window_Del_Grosso_Photograph


                                                        The window as a table and a spot of meeting (1:1)


    Finally, more than a ponctual element, we designed the window in order to be able to associate it to the door and therefore completely alter the area defined by the hybrid.




    Team_Window_Del_Grosso_Drawing

                                                        Axonometry of the window associated to the door




    Team_Window_Del_Grosso_Photograph

                                        Different point of view of the element when associated with the door (1:1)




    Team_Window_Del_Grosso_Photograph

                                    Different dispositions of the element when associated with the door (1:1)


        Throughout our study we came to the conclusion that the dimensions hold a major role in defining both the window and the relation between the adjacent spaces. As a matter of fact the width, thickness, height of the window completely changes the way each side of it is perceived from all point of views. 

    We also got the chance to analyse the impact of the disposition of the window on the space created: different inclinations invite the passerby to look a certain way, to orientate his stroll.


  • / Double Element

    Par Ozan Bakir, Alison Blank, Raphael Boscarato, Heloise Corpataux, Jonathan Fraschini, Marianne Ghorayeb, Erblin Jasiqi, Delphine Klumpp, Sebastien Leveille, Judith Mizutani, Cedric Nim, David Perret, Stephanie Pitteloud, Virginie Schwab, Simon Sierro, Mathieu Stutz, Simon Wust, Jonas Reymondin, Antonin Mack, 26/10/15

    / Passage


    Au sein du studio, nous avons choisi la notion de passage comme liant. Comment l'élément de chacun des groupes (table, fenêtre, porte, lit) peut-il prolonger un passage, le transformer, le compléter,...

    Comment le positionnement de nos éléments affecte-t-il le rythme du passage?