• Filtres et communion

    Par Pauline Viennot-Bourgin, Laura Périat, 20/03/17

    Sous les ponts, sous le tumulte … « Une structure éphémère construite à seule fin d’abriter une impulsion poétique.» 

    Okakura kakuzo

    ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_101   ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_102



    Un pin demeure un pin, quel que soit le sol où on le plante. Il grandit et prospère, pourvu qu’on lui fournisse l’eau l’air l’espace et la nourriture nécessaire. Les êtres humains eux aussi ont besoin de nourriture – à la fois physique et spirituelle - . La paix et la quiétude sont de ces éléments que nous nécessitons.  

    Si les progrès de la science et de la technologie ont sans conteste amélioré nos conditions de vie et étendu la prospérité à l’ensemble des nations développées, ils ont également été les vecteurs d’une angoisse profonde. La constante dégradation de l’environnement, la pollution de l’air que nous respirons et de l’eau que nous buvons sont devenues nos réalités quotidiennes.



    ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_104



    Parlons d’harmonie, de respect, de pureté, de sérénité.

    La grandeur réside dans les plus menus faits de la vie. 



    ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_105 



    Il faut creuser aux racines de l’être pour revenir à l’essentiel et découvrir la beauté au cœur de la vie.

    Prendre un bref instant de répit au milieu d’une vie quotidienne trépidante.



    ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_107 ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_106 

    Arrêt - Retour à l’essentiel, retour à soi.



    ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_108 ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_109

    Imperfections - asymétrie d’inachèvement (due aux panneaux mobiles) que le jeu de l’imagination peut compléter à sa guise. 



    ROOMS_AD_viennotbourginpauline-periatlaura_110  

    Arrivée de lumière latérale : les panneaux sont des filtres. L'ombre du pont sert de couverture zénithale.


  • Primordial

    Par Pauline Viennot-Bourgin, Laura Périat, 24/02/17

    ROOMS_AD_viennot-bourgin-périat_301

    (Photo originelle de Robert Doisneau)


    ROOMS_AD_viennot-bourgin-périat_201ROOMS_AD_viennot-bourgin-périat_202ROOMS_AD_viennot-bourgin-périat_203




    ROOMS_AD_viennot-bourgin-périat_204







    ROOMS_AD_viennot-bourgin-périat_101




  • Planes - Suspension

    Par Pauline Viennot-Bourgin, 19/12/16

                    PLANES_AD_viennot-bourgin_302

                                                Peinture de Pieter de Hooch - "Femme et enfant" - 1658

    Le sol de cette peinture présente une microtopographie verticale et génère ainsi des espaces et des moments.


    “La haie laissait voir à l'intérieur du parc une allée bordée de jasmins, de pensées et de verveines entre lesquelles des giroflées ouvraient leurs bourses fraîches du rose odorant et passé d'un cuir ancien de Cordoue, tandis que sur le gravier un long tuyau d'arrosage peint en vert, déroulant ses circuits, dressait aux points où il était percé au-dessus des fleurs, dont il imbibait les parfums, l'éventail vertical et prismatique de ses gouttelettes multicolores.Tout à coup, je m'arrêtai, je ne pus plus bouger, comme il arrive quand une vision ne s'adresse pas seulement à nos regards, mais requiert des perceptions plus profondes et dispose de notre être tout entier.” - Du côté de chez Swann, Marcel Proust, 1922

    C’est dans un espace ouvert (un parc) que le personnage ressent cette connexion avec son environnement. 

    L’espace dialogue avec l’homme par d’autre biais que le regard.


                    PLANES_AD_viennot-bourgin_107        

    Dans la continuité de ce concept : par le relief (pentes, vides, transitions), les détails, les distorsions et les proportions, création en trois plan d’un espace ouvert. 


                    PLANES_AD_viennot-bourgin_108                     

                    PLANES_AD_viennot-bourgin_109

                    PLANES_AD_viennot-bourgin_110


                           PLANES_AD_viennot-bourgin_111 PLANES_AD_viennot-bourgin_112            

                                                        PLANES_AD_viennot-bourgin_113

                     PLANES_AD_viennot-bourgin_114


    Plans :

                        PLANES_AD_viennot-bourgin_202

                        Coupe 1/20



                        PLANES_AD_viennot-bourgin_203

                        Coupe 1/20


                        PLANES_AD_viennot-bourgin_204

                        Axonométrie éclatée

  • Table-haut

    Par Benessa El Daccache, Catherine Goy, Kevin Campigotto, Pauline Viennot-Bourgin, 22/11/16

    C’est la nature même du site qui a définit le projet dans ses grandes lignes.

    Le projet s’inscrit dans une zone à deux vitesses, dictées par un escalier et un escalator.


        ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_126   ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_127


    Cette nuance de rythme a conduit au choix des deux éléments composant l’hybride : une table et une fenêtre. La table crée un moment d’arrêt et de détente pour le piéton lent et inconstant, contrairement à la fenêtre qui cadre le regard du piéton lui même contraint par le mouvement de l’escalator. L’élément créé ainsi deux moments différents.


      ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_128    ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_213

      Vue depuis la rue                                                          Axonométrie éclatée de la construction


           ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_129      ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_130

               Vue depuis le côté doite de l'escalator                       Vue extérieur (depuis la rue)


           ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_131      ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_132  

           Deux différentes vue depuis la fin de l'escalator en levant la tête              


    Les lignes directrices du site ont aussi façonné l’hybride dans ses détails.

    La plus grande des ouvertures de l’élément s’est dessinée en fonction du corps ; elle reprend les lignes de sol et d’horizon du piéton sortant du bâtiment en haut des escaliers.


    Le dessin du cadre joue non seulement avec le site et les vitesses piétonnes, mais aussi avec les volumes.

    La face faisant office de table est plane, densifiée aux endroits à portée de main. L’autre côté est en relief ; par des jeux de lumière et de densité, on souligne les cadres dans lesquels on veut plonger le regard du passant.


                                         ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_133

                                 ELEMENTS_AD_viennot-bourgin-campigotto-eldaccache-goy_134   


  • Jeu d'ombres - Week 01 -

    Par Julie-Anna Barès, Pauline Viennot-Bourgin, 21/11/16


                                            « L'art ne reproduit pas le visible, il rend visible » - Paul Klee



                               PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_301

                        Intérieur avec deux femmes près d’une armoire à linge, Pieter de Hooch, 1663, Amsterdam                    


                                       PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_201     

                     Elaboration de plan/coupe en Monge de la peinture de Pieter de Hooch : reconstitution d'après la perspective à un point de fuite du tableau


    C'est entre les lignes qu'on imagine de nouvelle formes, volumes et espaces. En observant cette peinture, nous décelons des liens entre les éléments, des langages qui se répètent ou contrastent entre eux, des plans qui interfèrent et dialoguent.



                                PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_101


                                PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_102


    L'intérêt que nous avons porté à cet ensemble d'espace est la répétition des plans verticaux habillés de fenêtres et de portes. Celles-ci marquent un rythme lumineux intéressant. 


    PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_103        PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_104


    Le sol continu serpente entre les plans verticaux et s'étend de part et d'autre de la façade - contraste de niveaux.


    PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_105                 PLANES_AD_viennot-bourgin-barès_106