• L' E A U S U R T E R R E [ w e e k 4]

    Par Chen Bertha, Imadalou Baya, 21/10/18



    T R A N S I T I O N


    La phase "ELEMENTS" consiste à poursuivre l'étude du relief de l'eau et de la terre grâce à la modélisation en plâtre d’une construction architecturale. Dans un premier temps, nous avons comparé dans "measures" le relief de la terre et de l'eau, il s'agit à présent de réaliser un élément qui unit les deux reliefs.

    Pour commencer, la première intervention du carré réalisé dans "measures" constitue le point de départ de notre réflexion. En effet, ce dernier met en évidence les trois différentes limites dans la transition du milieu terrestre à celui marin, à savoir la limite de la terre, celle entre la terre et l'eau et enfin la limite de l'eau. Le concept du projet étant l'union entre la terre et l'eau, une limite ne représente pas la séparation entre deux territoires mais la définition d'un territoire.


                                                          ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_101

             Carré réalisé dans "measures"


    Pour illustrer la notion de transition de la terre à l'eau, le projet se présente sous la forme d'une graduation constituée de trois marches à niveaux progressifs placées horizontalement à chaque limite sur la plage de St-Sulpice. Les marches sont situées verticalement sur l'axe allant du point de repère de l'arbre placé derrière le carré et passant par le milieu de celui-ci. L'axe vertical est orienté en direction d'Évian.


    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_102

    Point de repère de l'arbre choisi dans "measures"


    Afin de combiner le relief de la terre et celui de l'eau, chaque marche d'escalier est constituée par l'empreinte du sable représentant le relief de la terre. Ainsi, une fois que l'observateur atteint la dernière marche placée dans l'eau, il perçoit à la fois le relief de la terre inscrit sur la marche et celui de l'eau en mouvement entourant la marche.



    R E A L I S A T I O N


    Le rapport d'horizontalité de l'eau et du terrain qui définissent les limites nous a intéressés et déterminés à représenter les limites linéairement afin de simplifier la perception de l'observateur. Nous avons choisi la forme d'un rectangle pour chaque marche afin de mettre en avant cette relation d'horizontalité entre l'eau et la terre.

    Les marches sont réalisées à l'échelle 1: 3. Afin de présenter des mesures précises et conventionnelles, la mesure de chaque graduation est déterminée par celle d'une marche d'escalier du bâtiment SG mesurée en taille réelle.



    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_103      ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_104       ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_105

                    Hauteur de la marche                                              Longueur de la marche                                                 Largeur de la marche  



    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_106

                                                                                     Emplacement du moule de la première marche sur le sable


                       


         ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_107               ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_108

                                             Positionnement du moule dans le sable            Moulage en plâtre de la première marche

      


             ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_109            ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_110

              Emplacement de la deuxième et troisième graduation dans le sable




                       ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_111            ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_112

    Moulage de la deuxième et troisième marche



    E M P L A C E M E N T

    Le dessin ci-dessous illustre d'une part l'emplacement initial prévu pour le moulage de chaque marche sur l'axe vertical partant du point de repère de l'arbre. D'autre part, la disposition finale de chaque marche sur chaque limite de la plage de St-Sulpice est obtenue par symétrie par rapport à l'emplacement initial.



    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_201

    Dessin de l'emplacement initial et final des marches




    F I N A L I S A T I O N


    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_113       ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_114

    Les trois marches placées selon les trois limites; terre, limite terre et eau, eau.



    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_115

    Vue en plongée sur la graduation



    La réalisation d'une vidéo permet la visualisation de la relation de mouvement entre l'empreinte du sable et le flux de l'eau.


    Finalement, ce n'est pas l'utilisation des marches mais le concept de graduation qui vise à percevoir simultanément le relief de la terre et de l'eau qui est important. L'intervention permet de modifier la perception de l'espace par la redéfinition de celui-ci en trois parties qui symbolisent les trois limites qui constituent la transition de la terre à l'eau.



    E T U D E    F I N A L E

    La dernière étape de notre étude du relief de l'eau et de la terre a consisté à unir les deux reliefs grâce au dessin en projection de Monge. Pour ce faire, la marche située dans l'eau a été déterminante. D'une part, le relief de la terre est déterminé par l'empreinte du sable à la surface de la marche. D'autre part, la technique utilisée pour obtenir le relief de l'eau est la suivante; dans un intervalle de dix secondes, nous avons marqué sur chaque verticale tracée préalablement, avec un espacement de 0.5 cm sur la face latérale de la marche, la hauteur à laquelle frappait la vague sur le moule. 



    ELEMENTS_LC_chenbertha-imadaloubaya_202            Dessin en projection de Monge de la marche située dans l'eau 


                




  • s y n t h è s e

    Par Eglin Alix, Zuber Clara, 21/10/18

    _____________m e a s u r e s & e l e m e n t s


    Dans la phase measures nous avons étudié les aspérités du bois en créant des empreintes en plâtre afin de figer la position de l’écorce et des branches. Pour le développement de notre projet, l’élément que nous avons choisi de réaliser se base sur la première empreinte réalisée, celle d’un tronc couché au sol dont nous avons coulé l'extrêmité en positif avec du plâtre. Notre élément a pour but d’attirer l’attention sur le terrain que nous avions choisi, un terrain pris en étau entre deux lieux de passage, la plage et le sentier. Afin de capter l’attention, nous avons choisi d'utiliser la lumière du soleil. Avec comme socle le tronc, nous avons créé une structure dans l’esprit du phare. Un jeu de miroir installé sur une structure tout en hauteur renvoie les rayons du soleil et ébloui les passants qui marchent le long du sentier à un instant précis.

  • p h a r e

    Par Eglin Alix, Zuber Clara, 21/10/18

    _____________e l e m e n t s


    Pris en étau entre le chemin et la plage se trouve un lieu, comme une entre-deux, peu regardé et sans aucun intérêt de prime abord. Nous avons remarqué au fil des jours que cet endroit était bien plus beau et intéressant que ce qu'il n'y paraît. Son état sauvage ainsi que sa diversité végétale sont magnifiques. Nous avons donc choisi de construire un élément qui attirerait l'attention sur cet endroit : un phare. Ce phare fonctionne avec un jeu de miroir qui reflète le soleil et ébloui l'observateur sur le sentier à un moment précis. 



    Image Sun Oct 21 2018 13:38:47 GMT+0200 (CEST)

                                                                     Le phare reflétant la lumière



                        Image Sun Oct 21 2018 13:38:47 GMT+0200 (CEST)                   Image Sun Oct 21 2018 13:38:47 GMT+0200 (CEST)

                                                         Le phare                                  Détail de la structure


            Image Sun Oct 21 2018 13:38:47 GMT+0200 (CEST)                   Image Sun Oct 21 2018 13:38:47 GMT+0200 (CEST)

                                           Le miroir supérieur                                                   Le miroir inférieur




                                       Image Sun Nov 04 2018 11:20:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                                                                             Le plan du phare en monge


  • Relation avec le paysage

    Par Agustoni Julie, Bosshard Carole, 21/10/18

    ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_117

       

             ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_118      ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_119

                                                                                            LA VUE                                                                                         L'EMPLACEMENT


    Dès que nous somme allée à St-Sulpice lors de la première phase, MEASURE, notre regard c’est tourné vers le lac et le paysage au-delà de celui-ci. C’est tout naturellement que nous avons alors choisis nos quatre points qui forment un rectangle tourné vers le lac et à la limite de l’eau.

    Lorsque nous avons dû faire des plâtres sur le site, nous avons choisis de mouler une empreinte du sol dans les terres et une du sol près de l’eau.

    Pour élément, nous avons voulu relier l’idée de l’empreinte du sol à la limite de l’eau et au paysage qui nous avait émerveillée. Ce pour cela que nous avons créé un socle où une personne pourrait se poser un moment afin d’observer le paysage, celui-ci comprend d’un côté l’empreinte de l’homme et l’empreinte du sol


    LES PLÂTRES:

                  ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_120         ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_121                                                                                    1er FRAGMENT                                                                             ÉLÉMENT FINAL

       
  • WEEK 5

    Par Agustoni Julie, Bosshard Carole, 21/10/18

    ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_102



                                    ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_103



    Pour notre élément, nous avons décidé de faire quelque chose à la fois ancré dans le sol et projeter vers le lac.

    Pour cela nous avons construit un élément qui oriente le regard d’une personne de l’autre coté du lac, même si elle est connectée au sol par ce socle. Il se constitue d'une base en bois couronnée d'un plaque en plâtre que nous avons coulé sur le site de St-Sulpice.


    LE PREMIER TESTE:


           ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_110ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_111ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_112

    Le dimensionnement du socle découle d’un fragment que nous avions réaliser pour MEASURES, initialement nous voulions même intégrer ce fragment et le surélevé à l'aide d'une structure de réseau pilotis en bois, mais pour des raisons de stabilité, nous avons ajusté notre idée et juste garder la forme en l'agrandissant d'un facteur 3 et ajouté un socle en bois qui peut supporter le poids d’une personne.$


    LE DESSIN: 

    ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_201

    LE PROCESSUS: 

    ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_104  ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_105

                                                                                                    


    L'ELEMENT:


    ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_106       Image Sun Oct 21 2018ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_107 10:18:56 GMT+0200


    Image Sun Oct 21 2018 10:1ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_1088:56 GMT+0200        Image Sun Oct 21 2018 10ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_109:18:56 GMT+0200

    Sur une face, se trouve l’empreinte du sable de St-Sulpice très spécifique et de l’autre l’empreinte de l’homme, nous avons choisis une empreinte impersonnelle afin que chacun se sente inviter à monter sur cette plaque et contempler le paysage.

    Cette plaque est surélevée afin que l’on puisse observer le relief du sol.


    UTILISATION DE L’ÉLÉMENT:



       ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_113   ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_114


      ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_115   ELEMENT_LC_agustonijulie-bosshardcarole_116