• Maquettes

    Par Hugo Lavorel, 02/12/18

    En poursuivant avec l'idée de convergence/divergence (element) j'expérimente des variantes (maquettes) qui souligneraient l'ambiguïté précédente par le biais de plans verticaux puis horizontaux.


    Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)



    Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)






    Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)




    Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:08:51 GMT+0100 (CET)







  • Recherches

    Par Hugo Lavorel, 02/12/18

    Je prend, dès le debut, mon element comme base de travaille. Celui présente en effet certaines qualités(plans et espace) dans cette nouvelle étape.

    Ainsi je poursuis mes recherches en me basant sur les précédentes (angles de convergence et certaines proportions) dans le but d'aménager un espace. Pour cela je dessine dans un premier temps une perspective avec point de fuite (en accord avec l'idée de convergence, vanishing point).

    Image Sun Dec 02 2018 22:56:31 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 22:56:31 GMT+0100 (CET)










  • Drawing perspective process

    Par Gabrielle Chilinski, 26/11/18

    Echelle 1:33




    Image Mon Nov 26 2018 13:49:22 GMT+0100 (CET)

    Image Mon Nov 26 2018 13:49:22 GMT+0100 (CET)Image Mon Nov 26 2018 13:49:22 GMT+0100 (CET)



    La fissure de mon plan vertical est apparue dans ma perspective grâce à un travail de recherche et de tests, j’ai choisi celle qui met en lien le craquement brutal de ma faille horizontale avec le plan vertical car elle montre une rupture entre deux plans et procure une sensation en accord avec mon travail.

    Le choix d'utiliser la perspective permet "d'être à l'intérieur" du projet. 



     

  • PLANES: Élévation du dessin

    Par Charles Darrousez, 26/11/18

    Le dessin comme une carte à lire


    Pour la phase PLANES, il y avait la condition de travailler seul. Guillaume et moi avions décidé de travailler chacun sur un support différent, c'est-à-dire, les deux dessins centraux, tout deux reliés par un plan de symétrie. J'ai choisi le dessin de gauche car il avait selon moi une bonne façon d'exprimer la dérive comme nous l'avion représenté dans notre projet et surtout dans la phase ELEMENTS.



                                            Image Mon Nov 26 2018 08:46:06 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


        Dessin de gauche qui montre bien le concept de dérive, au travers du quel les points voyagent mais gardent leur notions spatiale par rapport aux autres points. 


    En partant d'ELEMENTS, que nous restait-il pour avancer dans PLANES? 


    Notre ELEMENTS était une convergence entre un point, un plan de symétrie horizontal, et une forme, celle obtenue dans la phase MEASURES. 

    J'ai donc décidé sur le dessin de repéré les endroits où ce point avait dérivé, soit pas rotation de la forme, soit par symétrie, soit par changement d'échelle de cette forme.

    J'ai choisi ce point comme centre du nœud commun, et c'est la raison pour laquelle mon projet PLANES contient plusieurs nœuds (5 au total), chacun entrecoupé par les plans (rotation, symétrie et échelle) qui les définissent. Le projet se voulait aérien, les nœuds n'étant définit que par les plans et non par le sol.

    En effet, un des critères qui nous avait été donné au début de la phase PLANES avait été de faire abstraction du site afin de développer uniquement notre projet sur ce qui avait été fait auparavant. C'est pour cela que la figuration du sol, ainsi que le niveau de l'eau, ne sont pas des éléments majeurs dans cette phase de mon projet. 


    Comme il y avait rotation du nœud à plusieurs reprise, tant verticalement qu'horizontalement, il me fallait créer des "planes" assez haut pour soutenir l'intégralité du nœud sans interagir avec le sol. De la même façon, afin de pouvoir encastrer les nœuds dans les planes, il fallait les déplacer sur le dessin, sans changer de place les plans, qui maintiennent toute la cohérence du dessin. 



                    Image Mon Nov 26 2018 13:04:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


                                        Le dessin précédent avec les nœuds et les plans (proto structures à l'échelle 1:100)


    Au niveau de l'échelle, j'ai voulu que l'échelle sur mon dessin soit la même que celle du dessin commun, c'est-à-dire 1:100 de la proto-structure à l'échelle 1:1. Mon projet a donc pris forme sous l'échelle 1:33 pour suivre celle du nœud réduit, ce qui correspond environ à trois fois celle utilisée sur les deux dessins. 

    Réalisation


    Après avoir réalisé les 4 structures en bois, le premier plâtre posa quelques problèmes notamment sa méthode de réalisation. Mais les planes n'ont pas forcement de dimensions à proprement dit vu qu'ils ont surtout le rôle de réfléchir le nœud. 


               


                     Image Mon Nov 26 2018 13:04:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Premier test de plâtre coulé verticalement 



    La processus pour réaliser les autres plâtres a été modifié après l'"erreur" commise lors du premier test. Les trois autres plâtres ont été coulés horizontalement. 



                                           Image Mon Nov 26 2018 13:04:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    SCÉNOGRAPHIE


    Le réel but de ce projet est de placer ces plans comme spatialement disposé sur le dessin. Ainsi, on peut s'aider du dessin pour lire le projet comme si on lisait une carte et vice-versa. Ainsi il fallait, en prenant en compte le changement d'échelle, disposer les planes pour que le dessin transparaisse dans cette organisation spatiale. 


                    Image Mon Nov 26 2018 13:04:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                Disposition 



                    Image Mon Nov 26 2018 13:04:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                         Vue du haut après disposition 



                                                Image Mon Nov 26 2018 13:04:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                                            Vue d'ensemble de PLANES



  • Processus & Réflexion

    Par Gabrielle Chilinski, 25/11/18




    "Dans toute chose il y a une faille. C'est ainsi qu'entre la lumière."


    Paroles chanson Anthem - There is a crack in everything. That's how light gets in. - Leonard Cohen



    Dans mon travail sur plane, je me suis interrogée sur notre limite éphémère mesurée dans « Measures ». Nous avons fait deux pièces détachées dont l'espace est le seuil entre l’eau et la terre, notre limite a donc une  profondeur même si les algues ne sont pas ancrées dans le sol, cela nous a permis de ne pas la figer. 

    Dans la phase "Planes", j’ai décidé de réutiliser la charnière de "Element" comme départ pour créer un plan en mouvement qui montrerait les forces tectoniques de notre site. Après une recherche par processus avec du plâtre pour mieux saisir le mouvement de l'eau qui s'entrechoque avec le sable et y dépose des algues, nous nous sommes rendues compte que celui-ci est instable. Il est évident que notre site possède beaucoup de paramètres incontrôlables et éphémères. Il fallait donc retranscrire cette sensation, cette atmosphère liant instabilité et perte de contrôle.

    J’ai voulu continuer le processus de recherche par expérience, mais cette fois-ci avec la photo, en m’inspirant du travail de  Roland Gebhardt sur le vide.

    L'utilisation du vide a été un axe central de sa recherche pendant des décennies. Cependant, pour Gebhardt, la coupe est un élément de lien. Il prend des endroits de la ligne et l'attaque. La tridimensionnalité est aussi une des caractéristiques remarquables de son travail, est même certaines de ses sculptures éphémères.



    Image Sun Nov 25 2018 22:46:18 GMT+0100 (CET)


    Roland Gebhardt ,0030 – Sculpture, 2017 Galeria Karla Osorio Contact gallery


    Le vide est lui aussi un plan. Intuitivement, j’ai pris une photo en plan de mon moule de "Measures" et une autre en élévation , j’ai lié le tout et j’ai observé que cela créait un vide (une ligne limite) qui traversait 2 plans fissurés,  les mettant en tension. Le vide est et est n’est pas à la fois, il nous échappe. La fissure est ,par définition, naissante d'une instabilité tectonique.



    Image Sun Nov 25 2018 22:46:18 GMT+0100 (CET)




    Revenons à la notion d’éphémère, ce qui existe à un moment ponctuel et n’existe plus ensuite, suggérant une infinité de limite possible.  Comment traduire cette notion ? Tout simplement en utilisant le vide (sans limite), le vide qui naît d'une faille entre deux plans qui se superposent.

    Concernant le mouvement de la charnière de notre élément, je l'ai suggéré dans mon plan vertical, en obligeant l’homme à s’introduire et sillonner entre la fente du plan vertical qui est le lieu de passage.

    J’ai décidé de dimensionner mon plan vertical 4x la taille moyenne humaine qui est de 1m70, afin que l’homme se sente petit est faible face aux forces tectoniques qui régissent autour de lui, afin de ressentir un lieu de passage sans forcément le réduire à une porte. Je me suis d'ailleurs inspirée de Oscar Niemeyer pour le choix du matériau qui serait du béton en taille réel et pour son goût du monumental.


    « Quand je dessine, seul le béton me permettra de maîtriser une courbe d'une portée aussi ample. Le béton suggère des formes souples, des contrastes de formes, par une modulation continue de l'espace qui s'oppose à l'uniformisation des systèmes répétitifs du fonctionnalisme international. »

    — Oscar Niemeyer, Les courbes du temps (mémoires), 1997




    Image Sun Nov 25 2018 22:46:18 GMT+0100 (CET)


    Congresso Nacional (Nat'l Congress) Designed by Oscar Niemeyer, Brasilia,Brazil


    Il est question d'atmosphère et de ressenti. Coupons la matière, jouons avec le vide, la perspective, laissons-nous envelopper par ces plans qui redimensionnent notre espace et nous déstabilisent par ces failles fragiles qui en même temps sont impressionnantes et imposantes. Perdons le contrôle.


    Maquettes testes:


    Image Mon Nov 26 2018 13:42:48 GMT+0100 (CET)