Transition_Dégradation

Par Adrien Bressan, Valentin Parisi, 17/03/19


Nous sommes partis de la chambre d’hôtel et du balcon. L’idée était de reproduire l’intimité de la chambre en n’utilisant que la partie extérieure. Comment produire cet effet ? Pour cela nous avons utilisé la transition et la dégradation. En arrivant sur le balcon, la barrière est à 1m50, à hauteur du regard. La vue ne s’offre pas directement au spectateur, il doit aller la chercher. Cette première partie caractérise l’intimité et l’introversion. Rien ne s’offre au visiteur mise à part ce qu’il y a derrière cette cloison. En réalité, il sait ce qu’il y a derrière, pourtant il tente quand même de découvrir le paysage. Est-ce que ce cloisonnement apporte une vision différente de l'environnement ? Est-ce que ces murs lui apportent un sentiment de sécurité, même si celui-ci se trouve en hauteur ? Le visiteur va chercher son environnement, de ce fait il ne peut que plus l'apprécier. Plus on s’aventure dans le projet, plus l’environnement se dévoile. On entre, mais on sort également. Le paysage se révèle d’une autre manière grâce à la transition. Deux conditions spatiales existent : l’intérieur de la protostructure et la confrontation du vide.



    Image Sun Mar 17 2019 23:13:33 GMT+0100 (CET)   Image Sun Mar 17 2019 23:13:33 GMT+0100 (CET)


    Image Sun Mar 17 2019 23:13:33 GMT+0100 (CET)  Image Sun Mar 17 2019 23:13:33 GMT+0100 (CET)



Références


    Image Sun Mar 17 2019 23:13:33 GMT+0100 (CET)  Image Sun Mar 17 2019 23:13:33 GMT+0100 (CET)

                            Cité Radieuse, Le Corbusier, Marseille                Mémorial de l'Holocauste, Berlin