V17_Ligne d'horizon

Par Marthe Maerten, 05/11/18

Après avoir découvert un lieu et avoir pris des MEASURES du seuil entre terre et eau, après y avoir inséré un ELEMENT créant un lien entre notre corps et le seuil, qui faisait partie d'un tout, d'un site, il s’agit maintenant de PLANES.

Comment mon élément va-t-il se transposer en un plan ? qu'est-ce que cela va créer, donner comme espace ?


Pour moi, un plan est une étendue sans limites, une surface sans dimensions et sans interruptions ; une surface infinie plane. Je ne peux que le penser, car j’entends par plan une « base » imaginaire, comme un « plateau », où d’autres structures pourraient s’implanter et s’appuyer. Mais quant au plan, il est son propre appui, il n’a rien autour de lui ; il est donc en suspension, et n’existe ainsi que dans ma pensée.

Pour moi, planes désigne un plan adapté à la réalité physique, un plan construit dans un (tantôt « son ») environnement et ses contraintes. Il a donc une place précise, unique et finie, des dimensions, une texture, et une structure (émergeant du « plateau ») indispensable à son équilibre et sa stabilité.

Je vois l’émergence d’un espace lorsque des plans (planes) commencent à se dissocier, à jouer entre eux. Par l’ESPACEment parallèle de plans initialement confondus, je peux créer un premier espace, limité sur un axe haut-bas. Cette limite s’accompagne selon moi d’une notion de « dessus » et « dessous », ainsi que de « dedans » et « dehors », et on peut alors commencer à parler d’espace.