• Gardens : tracés par fondation

    Par Alice Dareys, Florian Faucheur, 03/12/18

    Réapparition d’une condition de sol : d’un découpage abstrait en plan en zones de végétation, terre, sable, eau à des coupes de terrain et à la matérialisation d’un relief cohérent

    Un sol dans lequel la protofigure/structure vient s’ancrer. Protofigure qui maintient nos planes au dessus de ce sol (ou n’y parvient pas : monolithe trop lourd, transperce le plan des nœuds.) Un sol marqué par ces constructions qui viennent y planter leurs fondations. Un sol donc dont on doit interroger les potentialités porteuses et plus largement sa relation avec nos projets. 

    Si l’on peut creuser ce sol pour y assurer un encastrement solide de notre dispositif, on peut aussi imaginer qu’il puisse s’extruder pour venir soutenir nos projets, devenant localement assise pour que nos planes puissent s’y poser. Ce geste est d’autant plus tentant que plus on s’éloigne du lac et qu’on monte sur la berge, plus l’espace entre le plan des nœuds, sur lequel beaucoup de nos plans reposent, se rétrécit (moins d’un mètre d’écartement sur la berge contre 3 mètre au bout de la protofigure). 

    Finalement la topographie que nous avons choisi de constituer n’apporte pas vraiment une solution porteuse satisfaisante, qui viendrait rigidifier et consolider efficacement la protofigure et en faire une protostructure capable de porter nos projets. Elle est plutôt une exploration des caractéristiques qu’une telle solution pourrait avoir mais aussi (et peut-être surtout) du tracé tridimensionnel que nos projets pourraient créer sur ce relief du bord du lac. Un tracé qui serait aussi exploitable, que l'on pourrait parcourir hors protofigure.




    Image Mon Dec 03 2018 00:36:13 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:36:13 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:36:13 GMT+0100 (CET)


     Premier moule, 

    Dans un premier temps les planes venaient tomber sur le sol et le marquer de leur masse.





    Image Mon Dec 03 2018 00:40:11 GMT+0100 (CET)


    Dessin du premier projet (Monge 1:33) 





    Image Mon Dec 03 2018 00:40:11 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:40:11 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:40:11 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:40:11 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:40:11 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Dec 03 2018 00:47:32 GMT+0100 (CET)


     Deuxième moule, 

    Ici des extrusions ou intrusions aident à soutenir les planes.



    Image Sat Dec 08 2018 14:15:33 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Dessin du deuxième projet (Monge 1:33)





  • TRACES

    Par Emma Bailly-Maitre, Robin Jouve, 03/12/18


    Pour la phase GARDENS, une continuation de PLANES, nous avons exploré l’idée de traces et de fondations.

    Notre zone, se distingue par ses grandes dimensions (34x60cm), ainsi que par le phare, repère 0, 0, 0 de toute la protofigure de PLANES. Malgré la grande envergure de notre zone, les traces de notre GARDENS sont condensés vers les points v3 et v4, vers la limite entre la terre et l’eau de la protofigure.

    Ces traces, créent un espace complexe, avec une partie Sud de notre GARDENS concentrée autour de la trace du phare, le mettant en valeur. De l’autre côté nous avons une zone Nord-Est qui est très condensée et serrée, où sont concentrés la quasi-totalité des traces.

    Ainsi on a un grand espace qui se caractérise par des grands contrastes entre les différentes zones, l’une très dense et comportant beaucoup de reliefs, l’autre, composée d’une seule trace, fortement mise en valeur


            LE MOULE


                                                   Image Mon Dec 03 2018 07:16:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    GARDENS




                                                     Image Mon Dec 03 2018 07:16:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    DESSINS


                              Image Thu Jan 03 2019 21:49:27 GMT+0400 (+04)





                                   







                     




  • Planes + Gardens_Synthèse

    Par Eva Collier, 03/12/18

    Gardens


    Image Mon Dec 03 2018 00:05:25 GMT+0100 (CET)


    Maquette topographique, traces de "planes"


    Alors que nous avions déjà réalisé une carte commune et un système de coordonnées regroupant nos projets, nous avions jusqu’alors travaillé avec des méthodes et des conceptions très variées. La phase planes s’est présentée comme une occasion de travailler réellement ensemble, avec une cohérence constructive et un objectif commun.

    Or, il n’existe aucune configuration permettant de placer simultanément les projets de chacun dans la protofigure commune, ce qui nous paru d’abord comme un embarras ; alors que nous travaillions ensemble pour un résultat commun, nos projets se chevauchaient et se superposaient inconfortablement dans la maquette, ce que nous interprétâmes comme un souci de cohésion.

    Tout cela prend soudain du sens avec Gardens. En construisant une maquette topographique du site marquant l’ancrage au sol de chacun de nos projets individuels, on réalise qu’ils s’y plantent tous de manière lisible et complémentaire. On peut comprendre la place de chacun, les interférences des travaux entre eux, les multiples approches de construction face à un terrain commun. Un terrain qui, dans cette nouvelle maquette, prend le dessus.


    La trace au sol de mon « planes » est une projection du vide intérieur des cadres sur le sol. Un rectangle creusé de 2mm, qui situe l’ancrage de l’espace recherché, marque sa verticalité par le choix d’une base.



    Planes

    Image Mon Dec 03 2018 00:05:25 GMT+0100 (CET)  Image Mon Dec 03 2018 00:05:25 GMT+0100 (CET)

    Emboîtement des fenêtres dans la protofigure


    Image Mon Dec 03 2018 00:05:25 GMT+0100 (CET)

    Perspective


    Image Mon Dec 03 2018 00:05:25 GMT+0100 (CET)

    Monge et axonométrie, 1:33


    Après mes différentes tentatives d’aborder l’exercice, il est devenu plus clair qu’il ne vise pas à engendrer des concepts pratiques. Il entraine une visite de l’espace, dans un site précis, qui est compromise dans sa justesse et la légèreté si l’on cherche à lui donner un sens utilitaire. C’est pourquoi j’ai retenu l’essentiel de mon objectif initial : transporter le regard, l’orienter grâce à trois fenêtres inscrites dans la protofigure, dimensionnée en largeur par rapport aux proportions humaines et en hauteur selon les position et angles entre les strates avoisinantes. Les angles sont découpés en trois cadres qui abritent un vide, comme un puits dans l’espace.



    Essai 


    Image Mon Dec 03 2018 00:05:25 GMT+0100 (CET)

    Ancienne maquette


    Reprenant en elle toutes les strates de la protofigure, la maquette se fond dans son décor laissant juste apparaître les trois cadres qui la caractérisent. Au travers de leur angle ils marquent une relation entre les hauteurs de ces strates.

    Planté dans le lac, sur la pente remontant à la rive, l'observatoire serait exposé aux éclaboussures des vagues et au vent.

    Il est un outil de perception, intermédiaire entre l'observateur et le site. Il parle d'un rapport des strates environnantes, entre elles et avec le visiteur. Il incite à prendre conscience des espaces voisins.

    La largeur de l'observatoire est réfléchie selon celle du corps humain, juste assez large pour qu'un passant y soit confortable. Les hauteurs des éléments de la constructions sont choisies de manière à guider le regard au travers des strates du site. Les extrémités de la plateforme ressemblent à des flèches guidant vers son centre. Elles offrent une sensation de convergence des éléments alentours en ce point d'observation.


    Point v8, angle de 44° et distance de 12m par rapport au phare

    v8' reporté dans l'eau, délimitant une aire de 2.6m^2

  • V11-V12_GARDENS

    Par Céline Gruffel, Valentin Parisi, 02/12/18

    Fragmentation


    Tout en continuité avec nos projets réalisées lors de la phase « Planes » nous imaginons une empreinte du terrain sur laquelle les tracés des différentes fondations se superposent et interagissent entre eux. Les empreintes, traduisant le lien que chaque projet entretient avec le sol, réorganisent et modifient la courbe du terrain tout en créent de nouveaux espaces clos.



    PLÂTRE: 

    Premier essai

    Image Sat Dec 01 2018 16:57:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
                                                                                                                            moule                                                                       
    Image Sat Dec 01 2018 17:21:28 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

           Image Sat Dec 01 2018 17:19:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Sat Dec 01 2018 16:57:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    DESSIN: 

    Image Sat Dec 01 2018 16:57:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)                                                                                                                                                                                         Plan 1:33


    Image Sat Dec 01 2018 16:57:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                                                                                                                                                 Coupe 1:33


    PLÂTRE:
    Image Sun Dec 02 2018 23:21:29 GMT+0100 (heure normaGARDENS_EC_gruffelcélinegruffel-parisivalentin_LC_chenbertha-agustonijulie_105le d’Europe centrale)                                                                                                                                                                                                Moule

    GARDENS_EC_gruffelcélinegruffel-parisivalentin_LC_chenbertha-agustonijulie_106
                   GARDENS_EC_gruffelcélinegruffel-parisivalentin_LC_chenbertha-agustonijulie_107   GARDENS_EC_gruffelcélinegruffel-parisivalentin_LC_chenbertha-agustonijulie_108




  • Terrain de la Protofigure

    Par Amélie Respinguet, Vanesa Santillan Messina, 02/12/18





    Pour le thème Garden, nous avons créé un sol contenant les point V5 et V6 qui formait donc une suite logique de la phase précédente de Planes. Le sol du terrain a été fragmenté en plusieurs sections dont le nôtre mesurait 7[cm] de large.

    Nous avons inscrit dans le sol, la trace de nos Planes, comme des vestiges qui serait parvenu jusqu'à nos jours. Afin de réaliser cela, il a fallu penser à nos fondations qui doivent être encrées aux sols. Ces traces se sont adaptées au sol, qui lui est fait de relief. Un relief que nous avons pu créer grâce à deux coupes avec lesquels nous avons créé un moule. Notre jardin est donc constitué du tracé, des fondations et, parfois, des ruines de nos Planes.


    Image Sun Dec 02 2018 23:16:25 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Coupes et Plan 1:33 permettant d'illustrer les différentes traces des Planes




    GARDENS_LC_srivastavaalexandre-auerjuliette_101Image Mon Dec 03 2018 19:20:19 GMT+0100 (CET)


    Vue de l'intérieur du moule composé d'éléments négatifs des planes



    Image Mon Dec 03 2018 19:20:19 GMT+0100 (CET)


    Le produit final de la topographie nous permet de mieux comprendre comment nos planes et ceux des autres sont encrés dans le terrain