• La Traverse

    Par Adrien Bressan, 20/11/18

    Un point de départ : 

    v.13, situé à 20m du phare (le point zéro), sur la frontière terre-eau. 

     

    Un deuxième point :

    v.13', situé à 5m du point v.13, sur la zone de végétation


    Un arc de cercle :

    centré sur le phare, avec une interstice sur le point v.13 et v.13'


     

    En marchant sur l'arc de cercle en direction du sable, un obstacle vient se dresser en plein chemin. Il est aisément contournable, venant que très peu perturber la promenade.

    Après être passé par le sable et la terre, la rencontre avec le point v.13’, situé sur la végétation, s’effectue.

    A ce point, l’arc de cercle du chemin v.13 à v.13’ est transposé en direction du phare, créant une nouvelle courbe. Lorsque celle-ci est parcourue, différentes qualités d’espaces sont rencontrées. Une zone libre entoure le point v.13’.

    En poursuivant la marche, une zone très dense est traversée. Après avoir traversé cette densité importante, une ouverture totale a lieu sur l’eau. Le point zéro est rejoint dans un espace libre.

     

  • v18 - SÉQUENCE

    Par Romain Masoni, 18/11/18

    Les plans horizontaux crées. Les verticales dressées. L’espace s’établit.

    Les ouvertures apparaissent et disparaissent au gré des déplacements du spectateur ; entièrement, partiellement, tout dépend de ce que recherche l’oeil. L’espace naissant est découpé, et un rythme plus ou moins irrégulier s’impose. 

  • Planes_Synthèse

    Par Marthe Maerten, 18/11/18


    ELEMENT n'est maintenant plus qu'un élément faisant partie d'un tout, mais se transforme en un plan qui vient créer un espace.

    Un plan, une étendue sans limites, une surface sans dimensions et sans interruptions ; une surface infinie plane.

    Un « plateau » (un toit) où d'autres plans et structures émergent, s'implantent.

    Planes comme plan adapté à la réalité physique, à son environnement (aux nodes).

    Naissance d'espaces par dissociation de plans, jeu de plans verticaux et horizontaux.


    Un toit situé à 5m de hauteur, percé par les poteaux en bois l'entourant, apporte une nouvelle horizontalité, comme une ligne venant imposer un niveau de référence.

    Un espace où la verticalité est décrite par la hauteur du toit, et où l'horizontalité est plus ou moins limitée par les contours de ce même toit.

    Un plateau en hauteur, d'une épaisseur à peine perceptible, et ne tenant qu'à l'aide de quatre fines poutres s'ouvrant vers le haut et se rassemblant vers le bas.


    Image Sun Dec 02 2018 12:08:46 GMT+0100 (CET)



    Maquette finale 1:33


    Image Sun Dec 02 2018 21:40:38 GMT+0100 (CET)


    processus, recherche, essais




    Image Sun Dec 09 2018 18:40:56 GMT+0100 (CET)



    Plan et coupe 1:33

    Perspective

    Axonométrie 1:6.6



    Image Sun Nov 18 2018 19:49:23 GMT+0100 (CET)


     ELEMENTS : référence, horizontalité


  • Dessin PLANES

    Par Tim Stettler, 18/11/18



    Image Sun Nov 25 2018 21:59:20 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)


    Image Sun Nov 25 2018 21:59:20 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)




  • V16_Expansion

    Par Alice Dareys, 04/11/18


    Image Sun Nov 04 2018 21:01:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Sun Nov 04 2018 21:01:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Sur le plan incliné l’eau vient coucher son horizon. Elle créé une rupture dans la continuité du béton, qui se poursuit pourtant jusqu’au fond du lac, et semble s’imposer comme son prolongement. Imaginons maintenant que la séquence de ces deux plans s’émancipe de la canalisation stricte des rails, vienne s’étirer sur la berge et s’élever légèrement au dessus du lac. Sur la partie inclinée je me déplace relativement librement, ma progression seulement rythmée par quelques éléments verticaux épars. Au voisinage de la ligne d’inflexion cependant, au dessus du seuil entre terre et eau, l’espace disponible se contracte, me colle au corps. Plus contraignant, ce second environnement n’est pas pour autant dépourvu de perspectives, d’habitations possibles. L'expansion a pour foyer le rectangle dont les points V16 et V16b sont les extrémités d'une des diagonales.

    Points V16, V16b. Foyer de l'expansion. Distance au phare : 23.90 m ; Écartement (longueur de la diagonale): 6.83 m ; Angle du vecteur : 20° ; Plan des nœuds, + 0.80 m.