• Luminosité émergente de la forêt - Planes

    Par Cortes Zélie, 20/11/18

        "Alors qu'elle se promenait sur la rive du Lac Léman près de Saint-Sulpice, elle aperçut une petite marche à la lisière de la forêt. Un peu curieuse, elle décida de s'approcher et de s'y aventurer. Elle enjamba cette marche et se retrouva face à 3 parois inclinées, elles-mêmes entourées par cette végétation riche et dense qui compose la forêt.

    Instantanément, la luminosité qui se dégageait de cette espace l'étonna. La forêt, qui d'ordinaire est un endroit froid, sombre, inquiétant, obscur et fermé, était ici transformée, elle était devenue lumineuse, ouverte, claire et accueillante.

    Elle avait l'impression que les parois et le sol sur lequel elle se déplaçait, émettaient leur propre lumière et que toute cette luminosité venait à elle, comme si elle l'attirait. Pourtant, il n'y avait aucune source lumineuse, si ce n'est celle du soleil, avec laquelle elle n'était même pas en contact. 

    Fascinée par cette endroit éclatant, au cœur de la forêt, elle prit part de l'espace, elle s'assit, adossée à une des parois. Elle s'y sentit bien, à l'abri, à l'écoute de la nature, tout en sentant cette lumière lui réchauffer le visage, elle y resta jusqu'à la tombée de la nuit. Dans l'obscurité, où la pleine lune devenait la seule lueur, cette espace continuait d'émaner une certaine clarté, ce qui lui permit de retrouver son chemin pour rejoindre la plage."


    Image Mon Nov 19 2018 23:32:40 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig. 1 : Maquette sur la protostructure 1:33



    Image Mon Dec 03 2018 14:59:54 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.2 : Plan et élévations 1:33

    Pour cette phase Planes, je suis partie de l'étude que l'on avait faite lors des phases précédentes, nous nous étions intéressées à la relation entre la forêt, sa densité et la plage, ainsi qu'à leur frontière. Pour Planes, mon idée était  de ramener la lumière qui rayonne sur la plage au cœur de cette dense forêt, qui est un endroit sombre, toujours à l'ombre et plutôt obscur. 

    Mon Planes est donc constitué de trois plans verticaux, légèrement inclinés vers le haut, qui sont ancrés dans le sol. Ces plans servent d'une part à définir un espace mais également d'écran. Le sol maintient en place ces trois écrans et possède une partie inclinée qui sert de réflecteur. Dans le contexte, cette partie inclinée se trouve sur la plage à la lisière de la forêt alors que le reste est dans la forêt. L'angle d'inclinaison du réflecteur est de 15°, il a été dimensionné pour que, lors du solstice d'hiver, donc le jour où le soleil est le plus bas, ce dernier puisse atteindre le réflecteur pendant la moitié du temps d’ensoleillement d'une journée.

    Les rayons du soleil, en atteignant le réflecteur, vont être réfléchis en direction des écrans puis à nouveau réfléchis en direction du sol. De cela va se créer un espace très lumineux au cœur de la forêt sans pour autant être un contact direct avec les rayons du soleil. 

    Le système fonctionne même en cas de soleil voilé ou même dans certaines circonstances de nuit, lors de la pleine lune par exemple car grâce aux propriétés du plâtre, sa blancheur et à la recherche de matière pour qu'il soit le plus lisse possible, toute lumière qui peut atteindre le réflecteur sera automatiquement réfléchie et créera cette ambiance lumineuse comme une sorte de bulle de clarté au cœur de la forêt. 

    Image Tue Dec 04 2018 00:33:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.3 : Maquette vue de dessus 1:33


    Image Mon Dec 03 2018 14:59:54 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.4 : Perspective extérieure


    Image Mon Dec 03 2018 14:59:54 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Mon Dec 03 2018 14:59:54 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.5 : Perspectives intérieures



    Image Tue Dec 04 2018 00:33:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 00:33:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.6 & 7: Maquette 1:33





    Image Tue Dec 04 2018 00:33:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.8 : Détail de l'insertion dans la protostructure 1:33






  • Coupes

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Guillaume-Gentil Juliette, 30/10/18

    travail commun

    Profil de la berge du lac Léman à Saint-Sulpice en coupes en plâtre.

    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)




  • Prolongation de l'abri naturel des arbres et création d'un nouvel espace

    Par Cortes Zélie, Revaz Alix, 23/10/18

    ELEMENTS

    Pour cette seconde phase, nous avons continué notre réflexion commencée lors de la phase "Measures". Nous nous étions intéressées aux 3 éléments principaux qui composent la berge : l'eau, la végétation et le sable ainsi qu'à leurs relations et leurs liens. 

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 1 : Vue du site 

    Sur notre site d'étude, il y a un retrait de la forêt, qui laisse place au sable, une sorte d'enclave, c'est cet endroit sur lequel nous avons décidé d'implanter notre élément. En effet, ce lieu est l'unique endroit où tout en étant dans la forêt, nous marchons sur le sable et nous pouvons admirer le lac. Nous avons également constaté, que en fonction de certains facteurs et notamment la météo, l'eau peut monter très haut et recouvrir quasiment la totalité de la plage excepté cette alcôve qui reste découverte et qui devient le seul endroit praticable de la plage.


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 2 : Retrait de la végétation sur la plage


    Nous avons également constaté que le long de la berge, les arbres forment un abri naturel soit contre le soleil, soit contre les intempéries, nous avons donc décidé de prolonger cette abri naturel en créant une structure qui permettrait aux branches des arbres de se poser dessus et de prolonger cet abri naturel avec comme support notre élément. 

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 3 : Vue de la végétation depuis le sol


    En étudiant, le site et la disposition de la végétation, nous avons choisi une forme triangulaire pour notre abri, car celle-ci permet à notre élément de s'adapter à la configuration du lieu. 

    L'objectif était de fabriquer une structure légère qui pourra évoluer avec le temps, la nature et la végétation pouvant l'apprivoiser, la faire mouvoir. Pour cela, nos avons choisi d'utiliser les arbres présents comme points d'ancrage au sol et d'y trouver un système d'attache solide mais flexible au lieu.

    Nous avons donc décidé d'utiliser deux arbres, comme poteaux naturels, en les intégrant chacun à un angle de la structure, l'un en utilisant ses branches comme support et l'autre en prenant parti des aspérités du tronc pour y faire tenir un cadre triangulaire, c'est donc la morphologie des arbres qui a déterminé la hauteur de l'élément, deux mètres dans la réalité. Cependant, la configuration de notre site ne nous permettait pas d'avoir un troisième point d'accroche suffisamment robuste, nous avons donc intégré à la structure un troisième point d'ancrage non-naturel, c'est-à-dire un poteau.

    Ce poteau est placé juste à la limite entre la végétation et le sable pour que la végétation puisse elle aussi se l'approprier. 


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 4 : Points d'accroche aux deux arbres


    Notre élément est à l'échelle 1:3 et il est constitué d'un cadre triangulaire en bois avec des poutres moisées, fixées à l'aide de vis, du poteau ainsi que de 13 fines baguettes clouées aux poutres. Elles sont placées perpendiculairement à la berge et au sens de pousse des branches pour qu'elles en deviennent le support.


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)     Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 5 : L'élément in situ 


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 6 : Vue de la végétation depuis le dessous de la maquette


    Nous avons également réalisé un plan ainsi qu'une élévation de la maquette à l'échelle 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 7 : Plan de l'élément 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 8 : Élévation de la maquette 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 9 : Élément placé sur le plan 1:30





    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 10 : Maquette de l'élément 1:3


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 11 : Détails constructifs de la maquette 1:3


    Notre élément permet donc de créer un nouvel espace qui est désormais protégé du soleil et des intempéries mais cette espace prend également une autre dimension, grâce à l'abri, la végétation va gentiment s'installer sur le plan horizontal et créer un endroit isolé de la plage, tout en restant sur la plage. Et cela, en étant inclus dans la forêt sans pour autant perdre l'ouverture sur le lac. L'élément invite les visiteurs de la plage à prendre place dans cette espace qui réunit la végétation, la plage ainsi que le lac. C'est une structure qui va très certainement changer au fil du temps, car la végétation va peut-être l'apprivoiser, y grimper, s'y poser, éventuellement le déplacer et l'inclure dans son paysage. Finalement, l'élément est livré à la nature, puisque une fois déposé sur place, elle en fera ce qu'elle veut.


    Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




  • Relation entre la végétation et l'eau - Site de Saint-Sulpice

    Par Cortes Zélie, Revaz Alix, 07/10/18

    MEASURES

    Nous étudions la berge du lac Léman à Saint-Sulpice plus particulièrement la plage ci-dessous qui est entourée d'une forêt dense et très difficilement franchissable. Nous nous sommes concentrées sur une partie de cette berge, en particulier sur 15 mètres de plage.



    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)   Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 1: Vue du site


    Nous avons effectué des relevés et des mesures sur notre site, celles-ci se sont avérées compliquées. En effet, le site est en constante évolution, il varie en fonction de la météo, du vent, de la fréquentation... Ainsi, sur les dessins, nous avons représenté notre site à un moment donné, tout en prenant en compte ces variations dans notre étude. 




    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 2 : Plan du site 1:30



    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 3 : Coupes 1:30



    Après nos premiers relevés, nous avons choisi de concentrer notre étude sur le lien et la confrontation des deux masses que sont l'eau et la végétation. Celles-ci forment deux axes, un vertical (la forêt) et un horizontal (le lac). Chaque masse tend à suivre son axe, cependant, elles évoluent aussi sur la plage. En effet, l'eau remonte avec les vagues, la forêt y déverse feuilles et branches, jusqu'à parfois se rencontrer. Ainsi, la plage devient le lien variable et exprime le mouvement de la forêt et de l'eau l'un contre l'autre.



    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 4 : Moules des coupes 1:30



    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig.5 : Moulages en plâtre des coupes 1:30


    Pour mettre en avant notre problématique, nous avons réalisé un moulage au 3:1, notre choix s'est porté sur la jonction entre la végétation et la plage. Sur cette partie, se retrouvent les trois éléments centraux : la végétation avec les ronces, l'eau avec le bois flotté ainsi que les éléments ramenés par les vagues et la plage avec le sable. Nous avons délimité un carré de 10cm sur 10cm dans la réalité pour construire notre moule.


    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 6 : Détails plage et ronces

     

    Nous avons donc procédé à un premier moulage consistant à représenter au mieux les différentes matières, tout en géométrisant la zone pour rendre plus lisible les éléments.


    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig.7 : Moule détail 3:1



    Image Sun Oct 07 2018 18:49:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 8 : Moulage détail 3:1



    Nous avons décidé de faire un second moule, afin de reproduire au plus proche notre détail. Pour cela, nous avons gardé l'idée de géométriser la zone mais également de créer un code géométrique, nous avons attribuer une forme à chaque élément présent. Les rectangles correspondent aux bouts de bois, les hexagones correspondent aux cailloux et les autres polygones correspondent aux feuilles mortes. Ce système permet une meilleur lisibilité de la zone et des différents éléments. Il y a 3 étages différents sur le plâtre, la partie qui ressort le plus est une branche de ronce qui sort de la forêt et qui descend sur la plage, les éléments à l'étage intermédiaire sont la zone où s'entassent cailloux, branchages, végétation et feuilles mortes et sur le dernier étage, la surface est recouverte de sable, ce que nous avons modéliser grâce à du papier ponce à gros grain.


    Image Fri Oct 26 2018 23:23:45 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Image Tue Oct 23 2018 14:29:14 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Tue Oct 23 2018 21:58:14 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig.9 : Moule n°2 détail 3:1




    Image Tue Oct 23 2018 14:29:14 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Image Tue Oct 23 2018 14:29:14 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)   Image Tue Oct 23 2018 14:29:14 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 10 : Moulage n°2 détail 3:1



    Image Tue Oct 23 2018 22:45:45 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 11 : Monge détail 3:1