• WORKING IT OUT ...

    Par ALLAOUA Nazim, BURGNIARD Amélie, CALOZ Louis, Clarisse Labro, FOLLONIER Romain, GUO Anli, KAISER Isabella, KOZEL Yann, LAFRASSE Juliette, LERJEN Mike, MISKY Noël, PALOMINOS BAALI Barbara, PIAGET-ROSSEL Arthur, ROBERT-NICOUD Joanne, RYTZELL Shayan, SORG Alice, STEPCZYNSKI Arthur, 02/04/19

    BACK TO THE DRAWING BOARD

    Image Tue Apr 02 2019 13:30:03 GMT+0200 (Central European Summer Time)




  • ROOMS

    Par FOLLONIER Romain, ROBERT-NICOUD Joanne, 17/03/19

    Synthèse


    Aux alentours du pavillon Prouvé, un lieu magnifique mais délaissé au fil du temps, on remarque un grand arbre, un cèdre de l'himalaya pleureur. Ses branches tombent verticalement jusqu'au sol. On constate rapidement un lien, un dialogue entre le pavillon et cet arbre, un jeu de verticalité, laissant toujours entrevoir au travers. 

    L'intention de notre projet est donc de créer une room, qui reprend cette atmosphère, ce jeu vertical. C'est un espace de transition, qui permet à la personne traversant notre room de vivre cette expérience. Guidé par ces verticales tombant jusqu'à même le sol, elle devine à travers celles-ci le lieu qui l'entoure. 





    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Site - Pavillon Jean Prouvé


    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Site - Cèdre de l'Himalaya pleureur




    Image Sun Mar 17 2019 16:36:35 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Pré-image - Intention




     Image Sun Mar 24 2019 23:57:02 GMT-0700 (PDT)

    Plan, coupes du projet 1:20

    Axonométrie détail 1:40



         


    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Maquette vue de face - baguettes bois - 1:10




    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Maquette en plan - plafond technique - 1:10




    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)


    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Maquette - atmosphère recherchée



           Image Fri Mar 22 2019 20:19:30 GMT-0700 (PDT)

    Plan, élévations du site 1:100

    Axonométrie détail constructif 1:30




    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Maquette - Détail plafond technique




    Image Sun Mar 17 2019 14:40:02 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    1:1 - Détail constructif - Attachement à la protostucture





  • IT'S RAINING WOODS

    Par FOLLONIER Romain, ROBERT-NICOUD Joanne, 10/03/19

        

    Contexte

    Buvette d’Evian de Maurice Novarina, Jean Prouvé, Serge Ketoff, situé à deux pas du bord du Léman, vue panoramique sur Lausanne. Bâtiment fait d’acier, verre et bois, élancé, d’une finesse et d’une transparence indéniable, véritable « objet technique » s’intégrant dans le paysage. 

    Juxtaposée aux fameux bains thermaux d’Evian et encerclé d’un jardin verdoyant ornementé d’un grand saule pleureur, la buvette semble discrète et élégante.



                   Image Sun Mar 10 2019 23:28:29 GMT-0700 (PDT)



    Intention

    Redonner une deuxième vie à cette construction originale en intervenant sur la zone situé à l’entrée ouest du bâtiment, lieu de passage où plusieurs flux de circulations prennent place. 

    Nous souhaitons reproduire l’atmosphère sentie lors de la première visite du site. Le passant traverse à travers notre projet et peut alors éprouver une sensation de légèreté, de finesse et d’équilibre apporter par un champ de verticale suspendue. Tous les éléments contenus dans cette espace sont en relation et dialogue subtilement avec son environnement.



                   Image Sun Mar 10 2019 23:28:29 GMT-0700 (PDT)

    Maquette test, baguettes de bois verticales suspendues à la protostructure, 1:10




     


  • SYNTHÈSE

    Par ROBERT-NICOUD Joanne, 19/12/18


    Dans la phase PLANES, nous expérimentons le vaste concept d’espace. Etant caractérisé comme un milieu indéfini selon certaines définitions, comment concevoir un espace et par quel moyen établir sa limite? Comment est-il perçu et par qui? Quel est son rapport avec le corps? 

    En restant dans le même contexte que MEASURES et ELEMENT, soit le site de la Venoge à St-Sulpice, nous avons ajouté un nouvelle condition particulière à ce lieu qui est une proto-figure fictive imposante, « le noeud » avec d’importantes proportions qui fait maintenant parti intégrante de notre site et nous laisse réfléchir sur la notion d’échelle de notre projet.

    Le noeud qui m’a été attribué est situé précisément sur la zone étudié auparavant, dans une allée de végétation, entre le sentier et la rive, au milieu de l’escalier en béton, lui bloquant partiellement l’accès.

    Mon intention a été de réinterpréter un accès à la rive dû à l’entrave du noeud sur l’escalier en travaillant la circulation et le déplacement des personnes au sein du passage entre le sentier et la rive.

    En m’inspirant de la verticalité, l’élancement et la grandeur démesurée du noeud, j’ai créé un plan vertical débutant à la fin du sentier jusqu’au bord de la rive, affleurant l’escalier et séparant le couloir libre menant à la rive en deux. Sa hauteur atteint la cime des arbres nous donnant une sensation vertigineuse lorsqu’on l’observe depuis le sol.

    Lorsqu’un promeneur se balade le long du sentier et arrive à la hauteur de cette zone dégagée, il est tout d’abord interpellé par ce grand et haut mur en bois puis, il remarque une succession de dalles en porte-à-faux incrustées dans le mur et suspendues au dessus du sol. Curieux de découvrir ce qu’il y a plus loin, il monte sur la marche puis continue de marcher à petit pas le long du mur sur ses étroites dalles juxtaposées, arrivé au niveau de l’escalier en béton il se rend compte qu’il ne peut plus continuer son chemin, car un immense noeud en bois transperce l’escalier et s’élève dans le ciel. Il est donc invité à traverser le plan vertical par une ouverture à sa gauche qui fait office de transition entre les deux espaces. De là, il découvre de nouveaux escaliers similaires aux dalles sur lesquelles il a marché tout à l’heure, il descend finalement ces escaliers pour accéder à la rive et/ou à son bateau.

    Les dalles suspendues créent un plan horizontal sur lequel monter et marcher, elles limitent l’espace, donnent une direction et un rythme au passage, et offre une expérience particulière à l’utilisateur, comme une sensation disproportionnée ou de déséquilibre lorsqu’on est debout le long du plan vertical. 

    Deux ambiances se distinguent dû à la construction et la matérialité du mur. D’un coté la façade est lisse, polie et brillante, de l’autre l’ossature en bois est apparente, moins traitée, rugueuse, poussiéreuse. Les ressentis ainsi que perceptions visuelles et tactiles sont différentes et propre à chaque espace. Les effets ne sont donc pas les mêmes selon les points de vues, c’est pourquoi l’ensemble de mon projet invite la personne à interagir avec, à tourner autour ou monter dessus. 



  • 1:1 NOEUD

    Par ALLAOUA Nazim, DE ABREU GUILHEIROS Cecilia, PIAGET-ROSSEL Arthur, ROBERT-NICOUD Joanne, RYTZELL Shayan, 14/12/18



    Image Fri Dec 14 2018 19:55:56 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Noeud en "S" - Echelle 1:1 (bois : 27x100mm)

    (Anna, Sara, Ilaria, Nazim et Arthur)