• STILL CONCRETE

    Par PALOMINOS BAALI Barbara, 11/06/19


    Image Tue Jun 11 2019 13:38:36 GMT+0200 (CEST)

    Axonométrie mur extérieur 1:10 - Dessin sur béton



    Ce dessin propose une version alternative au mur extérieur à la protostructure qui se construit autour de deux demi-cellules d'entraxes 150 et 75 cm. Ceci permet de donner une certaine épaisseur au mur tout en gardant la transparence et en allégeant la "diagonale" de contreventement.



    Image Tue Jun 11 2019 13:38:36 GMT+0200 (CEST)  Image Tue Jun 11 2019 13:38:36 GMT+0200 (CEST)

    Détails accroches et contreventement 1:10




    Qu'est-ce qu'une planche?




  • FLYING CONCRETE ON A SUNSET

    Par KOZEL Yann, 11/06/19


    _TEXTE ONIRIQUE // 1


    Un espace de transition


    Tout est magnifique, tout est resplendissant, mais tout ne m’attire pas l’œil. Je regarde en direction de l’endroit où il se tenait, lui aussi resplendissant, imposant, splendide. Je m’attarde, je réfléchis, je me rappelle. J’anticipe, j’imagine… alors que mes sensations quittent peu à peu mon corps.


    « Qui sait le passé peut conjecturer l’avenir. »

    – Jacques Bénigne-Bossuet, 1709


    Tout est immatériel, tout est intriguant. Je vois une construction, elle est là pour une raison. Tout en flottant, je cherche une entrée. En ai-je réellement besoin ?Je l’aperçois et l’emprunte donc. En se retrouvant à l’intérieur de l’espace, je me rends compte que je suis dans une sorte de couloir.En ai-je réellement besoin ?Ce couloir doit bien mener quelque part. Des ouvertures çà et là. Je tente de toucher le bois m’entourant, je le traverse, le transcende, je ne le sens pas. En ai-je réellement besoin ?Je m’attarde et découvre chaque espace, peut-être afin de prolonger le suspense de la découverte finale. Chaque espace est plus ou moins défini, en ayant une atmosphère propre. Et c’est cette atmosphère qui constitue le ressenti le plus important, ou en tout cas celui qui me reste. Je croyais qu’une atmosphère était transmise via nos cinq sens mais c’est en fait une sorte d’énergie qui m’atteint et me transperce. Entre chaque nouvelle escale, c’est reparti pour un trajet. Je reviens toujours sur mes pas et réemprunte ce couloir. En ai-je réellement besoin ?Tel un sas autant psychologique que physique, ce retour en arrière semble redémarrer quelque chose. C’est un passage logique, un espace de transition, un espace de transit obligatoire. Comme lorsqu’on passe une frontière entre deux pays, il y a ce passage obligatoire pour changer d’atmosphère.


    « L’homme est l’être qui ne peut jamais s’empêcher de séparer en reliant et qui ne saurait relier sans séparer ; c’est pour cette raison que l’existence indifférenciée de deux rives doit d’abord être perçue. Par l’esprit comme l’existence de deux choses dissociées qui doivent être ensuite unies par un pont. »

    – Georg Simmel


    Mais est-ce un espace intérieur ou extérieur ? Est-il uniquement voué à être transitoire ? Pour me mener où ? Tant de questions sans réponses qui nous donnent envie par défaut de s’y aventurer, de le découvrir à la même allure que nos pas. Après être entré dans chacune des pièces, je sorti et arrêtai de m’imaginer la construction.




    _PLANCHE LIBRE



    Image Tue Jun 11 2019 13:13:06 GMT+0200 (CEST)


    Flying concrete under a journey's sunset grazing light.

    But it is just a sunset, it will rise again.


    Axonométrie 1:10 de deux cellules, comportant ainsi plancher et mur. Les techniques utilisées sont le dessin et le collage.




    _TEXTE ONIRIQUE // 2


    Hortus Umbrosus


    J’ai une existence surprenante. Élaboré au millimètre près, réfléchi jusqu’au dernier rouage, signifiant beaucoup, j’ai été conçu avec précaution. Je devais être parfait, mais la perfection est inexistante. Depuis peu, ayant comme chacun mes défauts, je vis.

    J’ai été conçu là-bas, en face, mais je suis né ici, en terra incognita. J’ai finalement pris mes racines, et dorénavant c’est ce lieu que j’habite. Tantôt cachant la lumière du soleil, tantôt la reflétant, j’essaie de retransmettre l’aura de l’étendue d’eau étant ma voisine. La même que je contemple tous les jours. Je vis au grès des vents, de la pluie et des vagues de chaleur, j’ai résisté et vécu en harmonie avec presque tous les éléments ; la terre, l’eau, le vent. Puis je partirai en fumée. 

    J’ai certes souffert, mais mon rôle est d’accueillir des âmes perdues, fatiguées ou intriguées. Que ces dernières se perdent dans mon dédale, qu’elles perçoivent l’espace, l’atmosphère et le lieu différemment, qu’elles l’apprécient. Car il y a tant à observer…

    Ainsi est la vie d’Hortus Umbrosus.



  • A POINT OF VIEW THROUGH THE LINES

    Par ROBERT-NICOUD Joanne, 10/06/19


    Image Mon Jun 10 2019 21:55:23 GMT-0700 (PDT)

    Planche libre - Perspective 

    Symétrie de la protostructure ombragée



  • HOUSE - Architectes Anonymes

    Par FOLLONIER Romain, 08/06/19

    Image Sat Jun 08 2019 22:00:01 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Planche libre - Plan 1:50 - Atmosphère


    Image Sat Jun 08 2019 22:00:01 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Montage - Protostructure


    Image Sat Jun 08 2019 22:00:01 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Studio Labro - Workshop


    Image Sat Jun 08 2019 22:00:01 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Workshop - assemblage


    Image Sat Jun 08 2019 22:00:01 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Projet Fini - HORTUS UMBROSUS








  • Planche libre

    Par PIAGET-ROSSEL Arthur, 08/06/19


    Image Sat Jun 08 2019 13:50:43 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Revitalisation du site de la buvette Prouvé Novarina à travers des interventions architecturales. L'image du bâtiment projetée en couleur sur le "flying concrete" souligne le fil rouge du projet Becoming indiqué ci-dessus.