S'ANCRER

Par BAUMANN Stan, CHALARON Anouk, 22/10/18



SITE


Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)



ELEMENTS SUR LE SITE


Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)



Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)

· Construction:  

Echelle: 1:3

Matériaux: Bois et plâtre

Dimension: 1,10 m de haut



DEUXIEME VERSION DE L'ELEMENTS:

AXONOMETRIE

MONGE


Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)



Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)




PREMIERE VERSION DE L'ELEMENTS:

AXONOMETRIE

MONGE


Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)



Image Sat Dec 01 2018 20:16:28 GMT+0100 (CET)




MOULER UNE BRANCHE...

Image Thu Nov 29 2018 13:30:34 GMT+0100 (CET)


Image Thu Nov 29 2018 13:30:34 GMT+0100 (CET)


Matériaux: Plâtre

Technique : Plâtre liquide déposé sur la branche 


Observation 3:1 :

La forme de la branche: un tronc centrale et deux ramifications qui donnent au plâtre l'aspect d'un lance-pierre en négatif. Avec cela, on remarque que les fissures ne suivent pas cette forme là, elles se dessinent en V incliné à 90° par rapport au Y du moule. Toujours à l'intérieur, quelques morceaux de mousse sont restés accrochés au plâtre et leur répartition est inégale. Ils se densifient sur les rebords extérieurs ainsi qu'à l'intersection des trois branches. La surface est rugueuse et parsemée de petits trous vides ou comblés par des restes d'écorce. On observe aussi de fines cannelures arrondies suivant un axe bien spécifique à chacune des branches : perpendiculaire à la direction vers laquelle la branche se dirige. 

Malgré cela, on observe un certaine homogénéité des éléments qui jonchent la surface interne (soit la partie du plâtre qui a été en contact avec la branche) : Les détails se répètent et se ressemblent bien qu'à première vue, ensemble, ils paraissent dépourvus d'organisation. Cette homogénéité ne se retrouve pas dans le plâtre lui-même. Sans une surface d'appui, il aurait peut-être été une simple boule blanche à la fois lisse et rugueuse, sans formes définies, ne fournissant que peu ou pas d'informations, ni sur elle-même, ni sur de quelconques alentours. On en déduit donc que le contexte importe énormément, les interactions du plâtre avec son environnement sont sources de renseignements sur la surface étudiée.

Finalement, on observe que le plâtre prend forme sur la branche de façon similaire aux rayons du soleil. Du fait qu'il ait été coulé depuis le dessus, il ne pourra jamais se fermer sous la branche, ce qui rappelle la trajectoire rectiligne des rayons du soleil. Ce comportement similaire se retrouve aussi dans le fait que le plâtre épouse parfaitement la forme de la branche et vient se glisser dans chaque recoin, comme la lumière qui viendrait s'y infiltrer.