• SCAFFOLDING GARDENS brainstorming

    Par Blanchard Lili, Glassey Margaux, Lhote Julien, Petrovic Suzana, Schwaller Yann, 12/12/18
    Image Wed Dec 12 2018 20:52:24 GMT+0100 (CET)                Image Wed Dec 12 2018 20:52:24 GMT+0100 (CET)

    notre catalogue le 12.12.18


    Notre recherche a débuté par l'épluchage du blog concernant les différents projets Gardens de la phase précédente, pour en sortir des idées directrices et en parallèle, par la lecture des livres concernant la buvette de Novarina et Prouvé. On a pu compléter notre catalogue, qui évolue au fil des idées et trouver l'intention de notre Garden. Le but étant de donner un accès visuel direct au lac depuis la buvette mais aussi de lier les deux rives par cette vision. Le pavillon étant vitré, il nous offre une vue directe sur le lac et crée une relation avec l'extérieur. L'idée est de s'adapter au lieu et de rendre au pavillon son jardin d'antan qui était le lac.

    En effet, avec le temps et depuis la construction du pavillon (1957), l'environnement de celui-ci a changé, de nouvelles constructions sont apparues. Celles-ci modifient la vision qu'on a du lac et ont fait perdre au jardin toute son essence. On souhaite donc le faire revivre et qu'il puisse répondre au bâtiment. Qu'il y ait une tension directe entre l'intérieur et l'extérieur.

    Après ces observations, notre plan d'action a évolué et nos intentions se sont clarifiées. Nous souhaitons étudier le terrain à l'aide d'un dessin en plan et en coupe entre le pavillon et la rive du lac Léman. Ceci permettra la conception d'une maquette au 1:300 qui illustrera la pente présente sur le site et permettra l'étude plus précise du champ de vision depuis la buvette actuellement et à l'époque avec différentes photos d'archives.


  • SCAFFOLDING GARDEN plan d'action

    Par Blanchard Lili, Glassey Margaux, Lhote Julien, Petrovic Suzana, Schwaller Yann, 11/12/18
    Image Tue Dec 11 2018 20:36:30 GMT+0100 (CET)


    Le plan d'action de se début de semaine : 

    • Synthétiser les projets Gardens des différents studios via le blog afin d'en sortir les éléments intéressants pour le "workshop". 
    • Recherche de références et contexte historique d'Evian
    • Intention exacte de notre projet
    • Choisir et délimiter le site du garden
    • Aller sur site pour prendre des mesures et photos du lieu 
    • Voir avec le groupe Protofigure à propos des conditions de sol 
    • Réfléchir aux matériaux constituant le Garden (Végétaux,Minéraux,...)


  • GARDENS - Final

    Par Glassey Margaux, Michel Elodie, 02/12/18



    GARDENS 


    Note d'intention : 


    Avec une motte de terre, nous avons décidé de travailler; 

    Afin que le sable, la terre et nos planes soient connectés;

    A l’aide de modules de rétention de la terre nous construisons;

    Plusieurs terrasses qu’on parcourt autant en descente qu’en ascension.


    Le visiteur peut s’y promener;

    Ou bien alors s’y reposer;

    Afin d’y apprécier la vue;

    Grâce à nos socles à cet effet conçus.


    C’est en excavant de cette motte la terre; 

    Que le soleil, l’eau de pluie et l’air;

    S’activent de façon fusionnelle; 

    Et génèrent sur différentes hauteurs; 

    Un jardin naturel.





    Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey   


    Plan de nos planes et de gardens sur la protofigure au 1:33





    Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey


    Axonométrie de notre module et accroches à la protostructure au 1:3, élévation au 1:33








    Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey      Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey


    Module, accroches et protostructure au 1:3






    Gardens, Elodie michel et Margaux Glassey   Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey   Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey


    Module au 1:3







  • GARDENS - Démarche

    Par Glassey Margaux, Michel Elodie, 02/12/18
    Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey

     Les terrasses de Moray, Pérou  (photo personnelle)




    Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey 
    Escaliers conçus par Scarpa




    Première approche :

    Lors de la première semaine, nous avons décidé que notre "garden" unirait nos deux projets sur la proto-figure tout en donnant accès à la plage. Pour ce faire, nous avons testé différentes formes et arrangements de modules afin de trouver celui qui s'adaptait le mieux à la topographie de la butte. En les multipliant, on souhaitait ainsi construire un jardin en terrasses qui se dirigerait vers le lac.


    Ces plans superposés étaient inspirés des rizières cultivées en Asie, des terrasses du Lavaux ainsi que de celles des Inkas dans lesquelles nous retrouvons constamment différents niveaux de plantations. Ils offrent chacun un point de vue différent et une possibilité de cultures variées, en fonction des micro-climats.


    Afin de construire un chemin en nous inspirant de ces terrains, nous avons pris comme source Scarpa et ses escaliers qui représentent l'écoulement de l'eau.



    Tests 

    Les escaliers en terrasses, première approche : 


    Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)



    Quelques essais avec du carton sur notre plan afin de visualiser les accès à nos "Planes" et à la plage : 


    Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)   Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)   Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)   Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)


           Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)   Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)   Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)    Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)





    Evolution de notre idée :

    Les tests obtenus précédemment nous ont aidé à mieux comprendre l'espace qui entourait nos projets et des obstacles à prendre en compte.

    Cependant, nous avons décidé de mieux nous intéresser à la botte de terre et à ce qu'elle représente avant d'y ajouter des terrasses aux formes très aléatoires. Nous avons donc cherché à travailler dans la botte afin d'y faire évoluer notre avancée vers nos "Planes" et la plage. 


    En prenant en compte les différents obstacles sur la trajectoire de nos terrasses, les hauteurs d'accès aux projets et les dimensions d'une marche franchissable par un visiteur, nous en sommes arrivées à la conclusion que nos marches auraient une hauteur respective de 36,5 cm (au 1:1). Avec cette contrainte comme premier élément, nous avons refait plusieurs tests sur dessin. 


    Une première difficulté surgit rapidement : nos deux planes n'étant séparés en hauteur que par une marche, il aurait fallu que notre première terrasse ait une très grande surface afin de nous relier. Notre première idée de terrasses arrondies comme celle des Inka n'était donc pas réalisable de cette manière et il fallait réfléchir à un système de terrasses ou tous ces différents aspects serait pris en compte. Voilà le résultat après plusieurs tests : 



    Gardens, Elodie Michel et Margaux Glassey            Image Sun Dec 02 2018 12:23:02 GMT+0100 (CET)



  • PLANES

    Par Glassey Margaux, 20/11/18


    Week 1:

    Pour ce début de projet Planes, l'idée était de ressortir de mes projets : Measures et Elements une condition horizontale et verticale. Je souhaitais continuer à explorer d'une façon différente "la traversée", ou plutôt l'illusion d'une traversée qui peut être créé par un effet d'optique ou par l'accès visuel à l'autre rive.

    Lors de mes recherches, je me suis souvenue d'un lieu visité lors de vacances en Norvège qui m'avait intéressé, le "STEGASTEIN". Une passerelle de 30m réalisée par deux architectes norvégiens (Todd Saunders & Tommie Wilhelmsen) donnant sur un fjord d'une profondeur de 650m.

    Lorsqu'on s'avance sur cette passerelle on croirait pouvoir traverser jusqu'à l'horizon qui se dessine face à nous. Mais après 30m on se retrouve face à une verticale (oblique) qui nous stoppe dans nos rêveries et mène notre regard dans les profondeurs de ce fjord. Un rapport au sol et au vide se crée. Sans trop dénaturer le paysage, de par les matériaux utilisés, ils ont réussi à nous faire vivre une expérience curieuse et époustouflante.



    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    Stegastein, vue depuis la route sinueuse ( photo personnelle )



    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    Stegastein, vue depuis la vitre donnant sur le vide ( photo personnelle )



    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    Stegastein, vue depuis la passerelle ( photo personnelle )


    J'ai donc décidé de m'inspirer de cette référence et de faire une première maquette reprenant les mesures de mon pont et la longueur des 13 pas, qui lors de la phase elements permettaient l'accès visuel sur l'autre base du pont. L'idée était donc de donner l'impression d'une traversée réalisable avec l'aide d'une petite pente de 1 degré créant encore plus l'illusion, pour au final la rendre impossible. La verticale nous faisait revenir sur terre en nous donnant un rapport direct au sol. La direction de cette structure était celle d'Evian, (153 degrés SE).




    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)




    Week 2 :

    Lors de la deuxième semaine, il m'a fallu m'éloigner de cette référence qui était trop présente dans ma première idée de projet. Aussi, je me suis intéressée aux "HA HA" walls, ces murs qui séparent des jardins en deux afin de leur donner une utilité différente par un simple fossé les séparant. La terre des deux côtés est à la même hauteur, on a donc l'impression de voir une continuité du terrain. Ceci reprend bien l'idée première d'une illusion.


    J'ai exprimé mon idée seconde au travers d'un texte basé sur le ressenti d'un promeneur :

    "En se promenant sur les bords du Léman, un promeneur est soudain interpellé par une structure érigée dans l’axe de l’eau, dont la direction semble pointer quelque chose en particulier. Qu’est-ce que cela peut-il bien-être ? Qu’y a t-il de l’autre côté de cette étendue d’eau ?. Tout en s’interrogeant il se déplace afin d’étudier cette construction étrange, faite de bois et s’inscrivant naturellement dans le paysage, en raison de sa matérialité et son ancrage dans la terre.

    Se déplaçant encore pour se positionner dans son axe, il réalise alors la perspective qui lui est offerte et son regard longeant la structure se pose sur l’autre rive… C’est là que son interrogation première trouve réponse… Evian. Hypnotisé par cet horizon lointain, il quitte le sol terreux et suit le chemin indiqué par les lattes de bois le poussant par une pente légèrement ascendante à braquer son regard sur Evian. A cet instant, il en oublie même que la structure ne fait en réalité que quelques mètres et se met à imaginer qu’il rejoint l’autre rive grâce à ce ponton.

    Tout en avançant, cette visualisation de la traversée est grandissante, jusqu’à ce qu’arrive son treizième pas.

    Il est alors face à un obstacle, un fossé formé par deux verticales qui rendent son évolution impossible et qui le replonge immédiatement dans la réalité du lieu. Il réalise alors qu’il a été dupé par l’inclinaison et la continuité de la structure, que cette traversée n’était qu’illusion. Cependant, intrigué par l’autre côté du fossé, et se demandant qu’elle peut être l’utilité de prolonger cette passerelle si elle ne mène à rien, il décide de poursuivre l’expérience. D’une enjambée, il brave le fossé et se retrouve sur un socle situé en surplomb des premières vaguelettes venant se casser sur la plage. Face à lui le Léman, un seuil millénaire qui le sépare d’Evian.

    Debout sur ce point de vue, il prend conscience qu’il s’agissait d’une illusion ayant le rôle de guide vers ce point de vue majestueux. Il en oublie rapidement la tromperie et profite le temps d’un instant de cette vue et du rapport particulier que son corps a avec la nature environnante. Puis, tournant le dos au Lac, il repasse le fossé lestement pour regagner la terre ferme."



    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)

    "HAHA" walls


    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET) 

    dessin au 1:33


    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    maquette bois : 3x5 mm


    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    Vue depuis le début de la maquette, vision des pentes 



    week 3 :

    Lors de cette troisième semaine, je souhaitais approfondir la relation qu'avait mon ponton avec la terre, le moment de connexion entre les deux au début de ma structure. J'ai donc crée une motte de terre dans laquelle un passage a été creusé permettant non plus de simplement avoir une continuité lors de mes pas entre la terre et le sol de la structure, mais de passer au travers de cette terre afin que tout le corps ait cette sensation de passage d'un élément à un autre. Une connexion différente car il ne s'agit plus d'un ressenti sensoriel (sous les pieds) mais bien d'un rapport visuel. Ce monticule de terre est une partie du sol sur lequel je dépose mon projet, il est soutenu par deux murs qui se chargent de la rétention de celui-ci.


    Je souhaitais dessiner l'horizon en direction du lac, c'est à dire en ligne droite et non plus en direction d'Evian. Car à cette distance, séparé par le lac, la direction d'Evian reste assez floue et imperceptible. 

    La pente de mon ponton est devenue une courbe, une forme qui vient du pont de la Venoge sur lequel j'ai travaillé lors des deux phases précédentes. La courbe permet de dessiner l'horizon de façon variable au fil des pas. Le fossé inspiré des "HAHA walls" a disparu car il perdait son sens puisqu'il était possible de l'enjamber facilement.

    Ma structure longiligne est finalement faite de plâtre. Ce matériau permet de créer la courbe désirée et lui apporte une continuité et fluidité. Elle comporte aussi diverses largeurs permettant de faire vivre au corps du promeneur différentes sensations lors de son parcours. Un chemin plus étriqué dès l'intérieur de la motte, un élargissement lors de la sortie qui à la fin de la structure s'agrandit à nouveau pour revenir à la largueur initiale de 1m.


        Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    maquette test: en carton pour se rendre compte de l'espace, forme de la motte de terre et du champ de vision du promeneur



    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    maquette test: courbe de la passerelle



    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    maquette test : vue du dessus monticule de terre et différentes largueurs de la passerelle pour renforcer et mener à différentes sensations lors du cheminement



    Image Tue Nov 20 2018 22:00:56 GMT+0100 (CET)Image Tue Nov 20 2018 22:00:56 GMT+0100 (CET)

     Dessin en cours au 1.33




    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    fragment du moule de la terre


    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)                    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    Moule et moulage des murs sensés retenir la terre et du sol en terre sensé servir de socle pour le début de ma structure




    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    moule de ma structure 




    Image Mon Nov 19 2018 23:37:14 GMT+0100 (CET)

    Résultat du moulage de la motte de terre et de la structure dans la proto-figure. Il manque la structure en bois sensée la soutenir.


                                                                      Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)




    week 4 : Une nouvelle évolution du projet

    Note d'intention : 

    La promenade horizontale

    "La promenade horizontale s’effectue au fil des pas du promeneur et des éléments. A chacun d’eux un horizon différent se dessine sur le Lac Léman. Cette structure courbée épouse la terre à son début jusqu’à joncher le sable à son arrivée. On est confronté au seuil millénaire qui nous sépare de l’autre côté. Une avancée fluide et dynamique qui procure ces points de vues multiples. Le corps entre en connexion avec la structure grâce à l’effet de gravité, il s’adapte au relief du lieu, aux mouvements imposés par les courbes. L’expérience se vit au travers du regard et du corps. L’illusion d’une traversée qui est une perception faussée. Une élévation horizontale qui nous fait sortir de terre pour arriver jusqu’à l’eau, ou on est stoppé net et on prend conscience de cette tromperie."


    Lors de cette dernière semaine, mon projet a encore évolué. Il fallait que je termine la construction de la structure de bois permettant le soutient de la passerelle et que je repense à certains aspects de mon projet qui pouvaient être améliorés. En effet, j'ai décidé de supprimer les  murs permettant la rétention de la terre pour les remplacer par du bois, ce qui permet une continuité de mes verticales dans le projet et qui apporte un côté esthétique plus agréable. Les différentes largueurs de la courbe ont été supprimées au profit d'une courbe rectiligne. Elles n'étaient que peu perceptibles dans la réalité et compliquaient inutilement la structure. 


    J'ai également tissé un parallèle entre mon projet et la vision de la promenade architecturale du Corbusier à propos de la rampe de la villa la Roche.

    « C'est en marchant, en se déplaçant que l'on voit se développer les ordonnances de l'architecture »


    C'est ce que je souhaitais faire apparaître dans mon projet avec les divers horizons qui se dessinent au fil des pas. C'est pourquoi j'ai nommé mon projet: "La promenade horizontale".



                                                                        Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)


    Villa La Roche, Le Corbusier, Pierre Jeanneret



    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)

    Dessin final 1:33





      Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)


    projet PLANES, vue du dessus



    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)


    projet PLANES, vue d'un côté

    Les lattes de bois guident le regard vers le lac. Elles s'ouvrent uniquement sur le côté gauche afin que le regard puisse se poser sur l'horizon ou bien sur le projet voisin. Un lien peut donc être crée avec le projet situé à proximité du mien.

    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)


    projet PLANES, vue de l'autre côté

    La paroi de bois qui est dans la continuité de celle permettant de maintenir la terre, laisse passer la lumière, on peut y apercevoir le paysage à travers.



    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)


    projet PLANES, vue depuis l'intérieur ( terre )



    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)                   Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)


    Projet PLANES, vue depuis l'avant de la structure (eau)



    Image Tue Dec 04 2018 10:46:16 GMT+0100 (CET)