• Gardens_Initiation

    Par Richter Jean, Rossier Valérie, 03/12/18

    Pour être dans la continuité de nos deux projets, nous avons tout d’abord commencé à nous pencher sur une question centrale.

    Jusqu’à présent, nous avons un carrefour accueillant en ces murs les trois vents de la Venoge (La Bise, Le Bornan, Le Vent-Blanc). Ce carrefour propose au visiteur une expérience de relation à son espace.

    Comment lier nos deux projets ? 

    Nous avons donc fait un module. 

    A la façon des jardins  de la Villa d’Este, nous avons fait un espace de balade où nos deux projets resteront propre à leur identité. 


    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, ref

    Villa d’Este, Tivoli, dessin en perspective 


    Les lignes horizontales et verticales du Planes de Jean était un point de départ (module répété). Ce module propose un quadrillage qui serait éventuellement reproductible et extensible. Il offrirait des espaces perméables et imperméables. 


    Référence:

    Piet Mondrian (1872-1944) 

    Image Tue Dec 04 2018 13:23:19 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    (Mondrian avait établi une procédure précise pour developper le quadrillage de ses oeuvres)



     Nos contraintes sont :

                  - des horizontales et verticales variables (reprises du Planes de Jean)

                            - des espaces étroits et ouverts (repris du Planes de Valérie) 

     

    Nous avons fait plusieurs systèmes à l’aide de baguettes de bois. Il y a eu une contrainte supplémentaire, celle de s'adapter à la proto-structure. Nous avons disposé des baguettes par dessus le dessin de base, pour façonner un module.


    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test1Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test2
    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test3Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test4
    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test5Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test6


    (Série de tests ( 1 à 6), travail sur photo des différentes possibilités)



    Suite à une série de tests, nous avons fait une synthèse commune. Chaque test est observé avec ses points positifs et négatifs. 

    Par la suite, nous avons choisi deux tests et avons dessiné un mix de ceux-ci (MIX TEST 2 & 5), qui reprenait les points forts de nos deux tests favoris. 


    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test5et2

    (Travail sur photo du mix des test 2 & 5)


    Les points positifs de cette proposition sont la variété de mouvements qu'elle offre aux panneaux et la création d’espaces ouverts et restreints qui découlent des mouvements des panneaux, mais également du module initiale (quadrillage). Nous avons observé les possibilités d'espaces perméables qui apparaissaient. 

    Nous avons alors décidé de fixer les dimensions des panneaux, des espaces fixes ainsi que les espaces perméables ou non.

    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, test panneaux

    (Travail sur photo, test de la largeur des panneaux et de leur fixité)


    Sur ces dessin tests, nous avons analysé également si les murs du "carrefour des vents" pourraient évoluer.

    Gardens, Jean Richter et Valérie Rossier, testmurs

    (Travail sur photo, test de possibilités de modulations des murs)

    Pour finir, nous avons décidé de garder la forme initiale des murs "du carrefour des vents", en ne voulant pas dénaturer les intentions de base. 

  • Planes_ final

    Par Rossier Valérie, 03/12/18

    L’épaisseur des murs est-elle vraiment nécessaire ? 

    Mon intention première était de construire des mus très épais pour accentuer l’effet d’oppression lorsqu’on entrerait dans le carrefour. 

    Je ne sais plus si cela est vraiment nécessaire. Par exemple, voici le dessin d’une maquette d’un projet d’église monumentale réalisée par Junya Ishigami.


    Planes 4, Valérie Rossier, ref

    Junya Ishigami, Chapel of Valley, Rizhao, Chine

    Vues en perspective du projet Chapel of Valley montrant la progression de l’extérieur vers l’intérieur


    Le résultat est impressionnant, on à l’impression de s’engouffrer à l’intérieur, et pourtant les murs sont très fins (un mètre et quelques…)


    *


    Je teste donc cela en dessin. Je fixe des contraintes aux lieux de passage qui doivent rester étroits et le reste s’affine: 

    Planes 4, Valérie Rossier, dessinPlanes 4, Valérie Rossier, dessin2

    (continuation des dessin Planes) Nouveau plan des murs affinés (milieu de la planche), coupes et élévations des nouveaux murs


     Testons les moules 


    Planes 4, Valérie Rossier, moule

    Moules du troisième essai des murs, 1:33, carton et pet 



    Planes 4, Valérie Rossier, moule

    Moules du troisième essai des murs, 1:33, carton et pet


    Voilà, les murs sont prêts à être moulés. Le résultat final sera visible dans Gardens.


    Synthèse

    L’affinement des murs a été un point intéressant à explorer. Cela permet une économie de matière en premier lieu et accentue également la sensation d'ouverture au milieu du carrefour. Il y a un renforcement de cette ouverture qui libère le corps de ses mouvements. 

    La question de l’accroche à la protofigure se pose toujours, l’accroche présente est suffisante ? 

    Cependant, maintenant débute la phase Gardens et il est temps de commencer plus à s’ouvrir aux projets environnants ainsi qu’à la cohabitation inévitable qui est entrain de se créer… 

  • Planes_ Week 3

    Par Rossier Valérie, 29/11/18

    Comment dimensionner mes murs ?

    Cette question semble maintenant plus qu'évidente après avoir vu le résultat des moules des murs (voir "Planes_week 2). Mes murs étant positionnés selon les différents vents du territoire, leur dimensionnent se fera donc également suivant les vents. J'ai donc été faire quelques recherches. 


    Le Vent Blanc est un vent irrégulier, chaud, allant jusqu'à 25 km/h (7m/s).

    La bise est un vent régulier, froid et sec allant entre 15 et 90 km/h

    Le Bornan est un vent irrégulier d'orage, allant à plus de 120 km/h.


    Comme mes murs doivent accueillir les vents en son carrefour, ils doivent également être capables de les supporter suivant leur puissance. Le mur le plus haut sera donc celui orienté pour le Bornan (4m50) , puis il y aura la Bise (3m) et pour finir le plus petit mur sera celui du Vent Blanc (2m10). 


    Explorons tout cela en dessin 

    Planes 3, Valérie Rossier, dessinPlanes 3, Valérie Rossier, dessin2

    (continuation du dessin week 1 et 2) Nouveau plan, élévation, et perspective à gauche et au milieu de la planche


    Je suis satisfaite des différentes hauteurs. Elle s'ancre bien dans les contexte et donne comme une tension qui amène un mouvement à ces différents murs, comme s'ils grandissaient petit à petit. 

    Concernant la condition horizontale, je décide d'exploré en dessin d'abord des dalles qui viendraient se glisser aux endroit où les murs sont les plus resserrés. Elles augmenteront donc l'impression de resserrement lors du passage à l'intérieur du carrefour. 

     Ludwig Mies van der Rohe a joué avec les murs et les ombres pour faire ressentir aux habitants la présence d'une porte absence.



    Planes 3, Valérie Rossier, ref
    Ludwig Mies van der Rohe, Pavillon de Barcelone, 1928-29




    J'ai envie également que le visiteur ait l'impression de passer dans un autre lieu, avec ces dalles et ces murs resserrés l'effet à lieu. 



    Exploration en maquette

    Planes 3, Valérie Rossier, moule

    Maquette des trois murs et dalles, vue en plan, 1:33, carton et pet


    Planes 3, Valérie Rossier, moule1

    Maquette des trois murs et dalles, vue en élévation, 1:33, carton et pet


    Synthèse 

    Je ne sais pas encore si les dalles me plaisent, elles coupent un peu le chemin à cause de leurs marche et ce n'est pas quelque chose de voulu. 

    Maintenant un nouveau questionnement ce pose : est-ce que l'épaisseur des murs est-elle pertinente ? Pourquoi ne pas affiner à certains endroits ? 


  • Planes_Week 2

    Par Rossier Valérie, 29/11/18

    Texte d'intention


    ***

    Emergent du sol, planté au milieu de la végétation s’élève le carrefour des vents.

    Placé sur l’axe des trois vents de la Venoge : Le vent blanc, le Bornan et la Bise. Ce sont trois murs courbés dont les ouvertures, le temps d’un moment, accompagnent les vents dans leurs chemins.

    Vue du ciel, la forme de ces murs rappelle une spirale, un trou noir, ou encore les pétales d’une fleur.

    Ce carrefour, le visiteur l’aperçoit au loin, s’approche, et finit devant ces trois murs s’élevant vers le ciel.

    Leur hauteur empêche justement le visiteur de voir l’intérieur. 


    Ils sont tous différents, leur hauteurs et leur épaisseur varient. Comme si ces murs droits et fixes étaient doucement entrain de pousser parmi la flore. 

    Leurs courbures invitent à l’exploration.

    Pourtant, on y rentre difficilement. Les murs épais contraignent le visiteur à entrer dans l’espace Le passage est étroit. On peut même tomber sur une impasse.


    Une fois à l’intérieur, le corps est à nouveau maître de ses mouvements, comme libéré. Pourtant, ce dernier se trouve au milieu du carrefour et de ses hautes paroles, il n’est pas si libre pour finir… On y ressort comme on est venu et on emporte avec soit un souvenir visuel mais aussi corporel. 


    Le visiteur et le vent ont parcouru un chemin commun. Sinueux et libérateur.


    Cette expérience amène à réfléchir à l’impact d’un élément sur le corps ainsi que le jeu de cette relation. 


    ***

  • Planes_ Week 1_Exploration

    Par Rossier Valérie, 16/11/18

    Suite a mes première intentions et grâce aux références, je commence à me plonger dans le dessin...


    Première exploration à travers le dessin

    Planes 2, Valérie Rossier, dessin

    Coupe et élévation placées sur l'axe des vents de la Venoge (La Bise, Le vent Blanc, Le Bornan)

    Placement sur la protostructure 

    Essais d'un socle ainsi que d'un couloir



    Le résultat me plaît, cependant je n'arrive pas encore à bien sentir l'effet de cette matière dense et courbée


    Première exploration avec le plâtre


    Fabrication 

    Suite au premier dessin, j'ai commencé à expérimenter la fabrication des moules des murs circulaires.

    Tout d'abord avec uniquement du carton, mais craignant un aspect plus ou moins lisse, j'ai vite abandonné cette idée. 

    Planes 2, Valérie Rossier, maquette

    Premier moule d'un mur, carton et plastique 


    Pour avoir un aspect lisse et homogène, j'ai donc utilisé du plastique et du carton. 


    Planes 2, Valérie Rossier, maquette

    Moules des trois murs, Carton et plastique



    Etape du moulage 

    Planes 2, Valérie Rossier, photo moulage

    Moulage d'un des trois murs



    Résultat 


    Le résultat fut assez satisfaisant. L'apparence des plâtre est bien celle voulu. Le problème réside dans l'homogénéité de la largeur des murs qui n'est pas toujours égale.

    Planes 2, Valérie Rossier, maquette 2

    Vue en élévation des trois murs, plâtre, 1:33


    Planes 2, Valérie Rossier, maquette2

    Vue en plan, plâtre, 1:33


    Planes 2, Valérie Rossier, maquette proto

    Premier essai des murs sur protostructure, 1:33 


    Planes 2, Valérie Rossier, maquette proto

    Premier essai des murs sur protostructure, 1:33 



    Synthèse


    Maintenant, après matérialisation, des questions se posent à nouveau. 

    L'emplacement, la hauteur et la taille des murs sont-ils pertinents ? 

    Où prend place ma condition horizontale ?