• PLAN_ZERO PLANES

    Par Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, 07/12/19

    Image Sat Dec 07 2019 16:01:22 GMT+0100 (Central European Standard Time)Image Sat Dec 07 2019 16:01:22 GMT+0100 (Central European Standard Time)

    Image Sat Dec 07 2019 16:01:22 GMT+0100 (Central European Standard Time)


    Image Sat Dec 07 2019 16:01:22 GMT+0100 (Central European Standard Time)

  • Une courbe dans l'espace_processus

    Par Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, 18/11/19

    Dans le cadre de cette phase PLANES, nous nous sommes intéressés aux relations qui peuvent exister entre éléments rectilignes afin d'obtenir un tracé courbe.

    Pour cela, nous avons mené plusieurs explorations :

    1. Succession de barres verticales qui, mises côte à côte, dessinent en plan une courbe par points (image 1 et 2)

    2. Chevauchement de barres dessinant en élévation un arc par segments (image 3). 

           
    Image Wed Nov 20 2019 18:15:14 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    3. Nous avons finalement exploré la possibilité d'un travail par nuage de points, inspiré des principes de l'imagerie numérique. Des barres verticales, présentant des hauteurs différentes, dessinent par points à la fois un plan et des élévations rendant compte d'un plan horizontal courbe.

    Il s'agissait alors d'arrêter une situation présentant des lignes courbes afin de confronter notre questionnement à une situation existante. Nous avons choisi d’étudier le relief du sol sur lequel sera disposé le dispositif. À la manière du "Pin Art" qui restitue les irrégularités des objets pressés contre ses clous, notre dispositif devra rendre compte, par l'usage d'éléments rectilignes, de l'irrégularité du sol situé devant le Rolex Center. 


    Image Mon Nov 18 2019 14:37:51 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)Image Wed Nov 20 2019 18:15:14 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)




  • Analogie

    Par Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, 17/11/19


    Image Sun Nov 17 2019 20:32:56 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

     


    skyline



    La ressemblance entre la ville de New-York et notre maquette est frappante.
    «La trame, ou tout autre système de subdivision du terrain métropolitain fixant les limites maximales des îlots, définit un archipel de " villes dans la ville ". Plus chaque " île " exalte les valeurs spécifiques, plus l'unité de l'archipel comme système s'en trouve renforcée. Le fait que le " changement " soit circonscrit aux " îles " constitutives garantit l'immutabilité du système. Au sein de l'archipel métropolitain, chaque gratte-ciel, en l'absence d'une véritable histoire, élabore son propre " folklore " instantané »  

    "la ville du globe captif" de Rem Koolhaas soulève les 3 aspects suivants de New-York: "la ville du globe captif" de Rem Koolhaas soulève les 3 aspects suivants de New-York:
    -La construction symétrique de la ville. L’île de Manhattan se dessine selon un système de quadrillage avec des avenues traversant du nord au sud, et des rues allant d’ouest en est. Il en est de même avec notre maquette qui est organisée avec un système de strates. PHOTO DES STRATES       

     -Des îlots dont l’individualité naît par la vie des différentes cultures qui l’habitent. Rem Koolhaas imagine des quartiers en réunissant les bâtiments de divers architectes du monde dans ce lieu mythique qu’est Manhattan. Il considère que chaque bâtiment est conçu comme un élément autonome. Dans notre maquette, nous pouvons imaginer que chacunes des barrettes de bois est un building ayant une individualité propre. Puisque chacune d’elles est numérotée et a été “personnellement” dimensionnée. Chaque barre porte une lettre et un numéro. Permettant de connaître son emplacement et sa hauteur PHOTO NUMÉROTATION DES BARRETTES        
    -la notion de captivité des îlots. Idée également reprise par la maquette dans la mesure où lorsque les poutres verrous sont introduites dans les encoches les barres de bois sont comme “bloquées” et le système tout entier est immobile.

    C’est lorsque toutes les barres qui ont chacunes une localisation, une dimension et une individualité propre sont mises ensemble que la maquette prend tout son sens. Ensemble ce nuage de barres créent un nouvel espace: une surface courbe.








  • Topographie par pixels_Maquette

    Par Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, 17/11/19



    Image Sun Nov 17 2019 19:16:07 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Une maquette constituée d'un ensemble de poteaux rectilignes qui, ensemble, dessinent une courbe. Chaque poteaux a été dimensionné afin de ressembler à la courbe du terrain (amplifiée) sur lequel sera disposé le dispositif. Les poteaux confèreront non seulement cet "topographie artificielle" qui fait écho aux principes du Rolex Learning Center, mais ils permettront également la stabilité de la structure. Nous nous donnons également comme défi tectonique de créer une structure montable et démontable sans vis. Cela signifie une réflexion particulière menée sur les jonctions sèches : dans chaque poteaux de bois il y aura une encoche dans laquelle sera introduite une "barre verrou" qui permettra de stabiliser l’ensemble.   





  • Brainstorming

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Forster Mathilde, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Santos Costa Nicoly, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 17/11/19



    MEASURES_TA_101

    Réflexion commune