• À LIVRE OUVERT_Post-Review

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 08/12/19

    Les commentaires reçus durant la Review de la phase PLANES nous ont permis d'identifier plusieurs points d’amélioration.

    Tout d’abord, une discussion sur les risques de l'analogie en architecture a pris place. Les analogies, lorsqu'elles sont seulement formelles, peuvent être dangereuses car elles tendent à piéger le concepteur dans une représentation figurative de l’objet étudié. En particulier, nous avons manqué de clarté et de précision dans la mobilisation des références au livre en architecture. Nous n'avons pas suffisamment indiqué en quoi nous nous se distancions de ces précédents. Par ailleurs, conformément à nos intérêts et au travail que nous avions mené lors des dernières semaines, nous aurions dû axer notre présentation orale non sur la forme du livre, mais sur la notion de reliure que nous avions explorée.

    Notre titre portait quant à lui à confusion. “À Livre Ouvert” est une expression qui fait allusion au livre et qui suppose que "rien du projet n'est caché ; tout est transparent et directement accessible". Or, nous avions eu recours à des jonctions mécaniques situées en sous-face des éléments en bois, les rendant peu accessibles et non visibles. L'existence de ces jonctions "cachées" entre en conflit avec le titre choisi. 

    Le rapport au corps est un élément important de cette phase PLANES. Si nous avons pensé le travail au 1:1 (dimensions des éléments, stabilité d'ensemble, etc.), nous devons approfondir la relation au corps de notre structure et la façon dont nous interagissons avec elle… quelles sont les activations du corps que nous envisageons ? Si l'on ne peut ni marcher dessus, ni rentrer dedans, quel dialogue soutient-elle ?

    Enfin, une autre piste soulignée par les membres du jury concernait le fait que la notion du livre en tant qu’objet conceptuel n’avait pas été abordée. Quelle est la fonction première du livre et en quoi ses caractéristiques permettent-elles de soutenir cette fonction ? À titre d'exemple, l’un des objectifs dans la conception d’un livre est de faire tenir ensemble une surface la plus étendue possible (pages) dans un objet compact. Un objectif de forte rentabilité entre un contenu (nombre de pages) et un contenant (couverture) est ainsi recherché, tout en maintenant une très bonne lisibilité et la possibilité d'une manipulation aisée entre deux mains. En architecture, cela peut être assimilé à l’optimisation de surface habitable par rapport à un espace donné tout en maintenant un niveau de vie et une qualité de l'espace généré.

    Le livre est aussi un dispositif dont l'extérieur permet de renseigner sur l'intérieur et le contenu : quelles leçons pouvons-nous en tirer pour l’architecture ? Façades et intériorité se répondent-elles toujours ? La réutilisation d'édifices pensés pour d'autres usages nous indique que cette correspondance n'est pas systématique en architecture.




  • À LIVRE OUVERT_Reliure

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 08/12/19

    planes_ta_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_120_132_133_134.jpeg

    (1) Reliure en spirale, utilisée pour les blocs-notes, calendriers et livres de cuisine et de musique; (2) Reliure en Wire-O, en anneaux métalliques; (3) Reliure japonaise ou cousue, utilisée pour certains livres d’art, livres illustrés, bibles, ouvrages de littérature, catalogues, etc… ; (4) Reliure agrafée, utilisée pour les imprimés publicitaires, comme les journaux et brochures


    Reliure d’après Larousse (de relier)

    1) Ensemble des opérations qui donnent à un ouvrage sa forme définitive et par lesquelles on l'habille d'une couverture rigide ou souple pour le protéger et le parer ; le secteur des industries graphiques exerçant cette activité.

    2) Couverture cartonnée, recouverte de cuir, de toile, etc., dont on habille un livre pour le protéger et le décorer.


    Relier d’après Larousse (latin religare)

    1) Lier des choses ensemble, les réunir, les joindre d’une façon ou d’une autre.

    2) Établir une jonction entre deux éléments 

    Voir aussi : Réunir, Lier, Assembler, Attacher, Raccorder, Faire communiquer, Associer



  • À LIVRE OUVERT_Réalisation

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 08/12/19

    Dans notre structure en 1:1 nous avons choisi de conserver uniquement les 2 portiques principaux, qui forment l'angle initial de 72° afin de proposer un angle de vue particulier. Les portiques ne sont pas entiers mais coupés par un plan pour montrer leur continuité; ils sont maintenus à distance par deux reliures, une en haut et une en bas. Les morceaux composant la reliure ci-dessous ont été façonnés un à un à partir de mesures communes, pour qu'ils puissent s'emboîter parfaitement.


    Reliure. Arc. Jonction.

    Il existe pour nous un lien fondamental entre ces trois éléments qui se rejoignent dans notre projet; notre reliure est présente sous la forme de jonctions en queue d'aronde, les uns à la suite décalés d'un angle de 18°. Ils forment ainsi un arc à l'horizontal.


    planes_ta_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_119
    planes_ta_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_118

    Assemblages en queue d'aronde formant notre "arc horizontal"


    Points de vue.

    PLANES_TA_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_135_136_137_138_139_140
    PLANES_TA_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_141_142_143

    guidage de la vue dans l'angle du 72°


    Détails.

    PLANES_TA_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_144_145_146

    "arc horizontal" et quatre angles de 18°


    Processus.

    PLANES_TA_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_147_148_149

    taille de la queue d'aronde


    PLANES_TA_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_150_151
    impression de l'atelier



  • À LIVRE OUVERT_Structure d'un livre

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 08/12/19

    Livre d’après Larousse (latin librum, accusatif de liber, aubier)

    Assemblage de feuilles imprimées et réunies en un volume, broché ou relié


    Nous souhaitons effectuer des recherches sur la structure du livre afin d’effectuer une analogie spatiale, constructive et matérielle. Le livre peut être décomposé en plusieurs éléments dont nous allons analyser les fonctions ici-bas.

    Structure d’un livre

    - Couverture (plat et dos) : partie solide et extérieure permettant de protéger le contenu

    - Reliure : un livre peut avoir ces cahiers assemblés de deux manières, soit par reliure soit par brochure. La reliure est l’assemblage dos-à-dos par couture des cahiers qui sont ensuite protégés par le dos solide de la couverture. En cas de brochure, les cahiers sont coupés en leurs milieux et collés ensemble (ils forment donc un dos plus souple).

    - Cahiers : un nombre pair de feuilles pliés et groupés ensemble sur lequel est écrit le contenu du livre. Un livre est donc formé d’un certain nombre de cahiers.

    Lien entre notre structure et celle d’un livre

    La reliure du livre est à la fois ce qui maintient l'ensemble en un morceau et  ce qui permet une relation entre tous les plans verticaux présents (la couverture et les pages). Ainsi les plans se retrouvent aussi en relation de mouvement les uns avec les autres : ces plans peuvent s'écarter d'un angle plus ou moins aigu mais en restant reliés par un unique point de rencontre, une droite verticale au milieu du dos du livre. Dans notre structure, c'est également la reliure entre les portiques (qui sont des plans verticaux dont on a posé des limites) qui les maintient connectés et verticaux; le mouvement, impossible en réalité, des "pages", est apparent grâce aux poutres qui sont dans le socle, disposés en angle comme le lieu de rencontre imaginaire entre le socle et des pages que l'on ouvrirait.

  • À LIVRE OUVERT_Exploration par le dessin et la maquette

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 29/11/19

    Semaine 1

    PLANES_TA_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_115

    Maquette à échelle 1:10


    Cette première maquette a servi à définir l’aspect général de notre structure et de notre socle. Cependant les jonctions sèches ne peuvent pas être travaillées à cette échelle.


    PLANES_TA_zheltyaniknatalya_202

    Monge (plan, élévation) à échelle 1:10, Zheltyanik Natalya



    Semaine 2

    planes_ta_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_122_123_124

    Maquette à échelle 1:1,66


    Cette seconde maquette à échelle plus grande a permis de construire avec plus grande précision les jonctions sèches et de montrer la structure finale qui, par manque de bois, ne sera pas construite en sa totalité à échelle 1:1. Elle a aussi servi à finaliser les décisions concernant nos jonctions sèches (pourquoi une jonction particulière à tel endroit…).


    PLANES_TA_robbinsjeanluc_203

    Plan géant à échelle 1:3,33, Jean-Luc Robbins



    Semaine 3

    planes_ta_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_125_126

    Structure complète 1:1


    En effet, la structure en 1:1 est constitué de deux portiques sur les trois prévus, qui permettent de définir l’angle d’observation. Ils sont coupés selon un plan pour indiquer la continuité des portiques qui ne sont pas entiers. Nos hauts de portiques n'étant pas entiers nous avons aussi construits des équerres d’angle. Le socle est quant à lui formé de deux arcs horizontaux qui « relient » les deux portiques et les maintiennent debout. L’angle d’ouverture présenté par les portiques est orienté envers la courbure qui définit l’entrée principale au Rolex Learning Center.


    PLANES_TA_nguyendavid_204

    Axonométrie éclatée générale à échelle 1:5, David Nguyen