A JUNCTURE_Post-Review

Par Panarese Remo, 30/05/20

Cette fois ci, ce n’est pas que la fin d’une phase, mais la fin de toute une année de travail et le début donc, d’un nouveau parcours, encore plus riche et passionnant.

Je me souviens encore qu’en CRAFTS, Patricia venait me dire que moi, à 18 ans, je n’étais pas encore capable de tracer une ligne comme Dieu commande. Maintenant, j’ai encore 18 ans, mais j’ai appris à tracer une ligne, à faire un moule qui tient, à couler du plâtre sans le faire déborder, à étudier un sol, y reconnaitre des phénomènes, y insérer des Planes, des Rooms, une House. Je ne me reconnais plus. Formidable !

Image Sat May 30 2020 01:10:16 GMT+0200 (Europe de l’Ouest (heure d’été))


"emotion"


Pendant cette dernière période, particulière, étrange même, la collaboration entre nous étudiants s’est démontré essentielle. Folle me paraissait au début l’idée de travailler avec quatre studios, à distance, en confinement, avec comme seul outil l’ordinateur : impossible aurait-t-on dit. Mais probablement c’est exactement le travail qui fait l’architecte : construire l'impossible …

Et le résultat final fut étonnant. 


Image Sat May 30 2020 01:15:13 GMT+0200 (Europe de l’Ouest (heure d’été))


En ce qui me concerne, pour le premier chapitre « Myths », je ne peux que réaffirmer la phrase de Lautréamont : "La poésie doit être faite par tous. Non par un".

J’ai appris qu’un simple texte en prose peut devenir poésie en vers et peut tout simplement parler lui-même, sans être lu (House of Leaves). Des mots mis en bonne forme, peuvent transmettre des émotions, si appuyés par des images. Un collage peut prendre différentes formes, des aquarelles peuvent devenir flashbacks et des objets des artefacts.

Ce qui nous paraissait impossible, nous l'avons rendu possible.