THEATRE DE LISIERE_Post-Review

Par Bianchi Elia, 31/03/20

CONCEPT DU PROJET

Le projet "Théâtre de Lisière" est une Room ancrée sur le bord du Parking de la Route des Péniches. Il se déploie le long de cette ligne de séparation entre deux sols et lui donne une épaisseur, une réalité spatiale et expérientielle. Le visiteur parcourt la Room et y découvre différentes atmosphères : à partir du milieu bétonné du parking, un premier espace de transition s'ouvre sur un vaste espace de rencontre avec vue sur les rives. Cet espace scénique s'achève sur belvédère où les arbres jouent le rôle de fond de scène. 

Le prélèvement de matériaux in situ (bois, argile) a guidé les choix matériels et constructifs réalisés.




Image Fri Apr 03 2020 16:15:12 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Planche de synthèse du projet "Théâtre de Lisière"



Image Sun Apr 05 2020 13:27:28 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Situation in-situ de la Room


CRITIQUE

Durant la Review, plusieurs critiques ont été émises par le jury. Il a été relevé que les deux milieux identifiés ne sont vétitablement perceptibles qu'au niveau du sol. Dans certaines vues proposées, les deux milieux coexistaient en effet (ilots de verdure au milieu du parking, usines et bâtiments taggés au loin apparaissant au travers du feuillage de la partie boisée).

L'identification du bord du parking comme limite concrète, observable, mesurable entre la forêt et le béton est toutefois un ancrage pertinent pour le projet. Il aurait cependant été pertinent de l'utiliser davantage dans le projet. Le choix d’élever la Room en hauteur a été discutée. Si ce choix permet d'avoir une vue plongeante sur la canopée des arbres et de s'extraire du parking, il atténue la relation au sol. Un travail au niveau du sol aurait davantage permis de percevoir les caractéristiques de deux milieux au niveau de la composition du sol (asphalte, béton d'un côté et feuilles, terre, argile, herbes de l'autre) et d'utiliser le bord du parking comme limite au niveau du franchissement.

Le travail réalisé en termes de séquences (différentes phases, conception d'un espace de transition, d'un espace social et d'un espace où la nature participe à définition des limites) a quant à lui été soulevé comme un point fort de la proposition présentée.

Enfin, l'échange a porté sur l'utilisation de la terre dans le projet. Quel langage architectural faire ressortir du projet ? L'ossature en pans de bois doit-elle vraiment restée apparente ? L'épaisseur des murs induite par l'utilisation de la terre n'est pas suffisamment représentée dans les dessins. Or, si le recours à la terre est motivé par sa présence in situ, mais aussi pour participer de la conception d'une atmosphère organique, il faut au contraire accentuer l'épaisseur des murs, leur opacité et leur rugosité.


Image Tue Mar 31 2020 23:11:56 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Sun Apr 05 2020 13:22:22 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

GAUCHE : asphalte // MILIEU : bord du parking-seuil à investir par le projet // DROITE : sol couvert de feuilles, terre, herbes


La présentation du projet durant la Review est apparue trop complète aux membres du jury. Ainsi, il restait peu de points d'ombre et de questions à discuter. Moins détailler, être plus synthétique, laisser des espaces d'appropriation et de projection plus ouverts afin d'ouvrir à une véritable discussion. 

Je retire de cette critique un certain manque de distance avec le projet rendant difficile l'autocritique. Pour la conception de futurs projets, faire appel à une plus grande distance critique et me confronter à une prise de risque accrue seront nécessaires pour améliorer le processus du projet et faire qu'il ne reste pas figé.