• ENTRELACÉ_Pas à pas

    Par Desaules Alice, Petrachenko Julia, 13/12/19

    En premier lieu, il s’agit d’HABITER une zone désirée, et pour se faire, la clé de ce projet commun est de dialoguer avec les contraintes proposées : la protostructure, le sol, les constructions voisines.

    Puisque notre point de départ a été de définir le lieu d’implantation du projet, le relief a été la source principale de nos réflexions. Par conséquent, en référence à notre thème de travail suivi durant la phase PLANES, la construction du projet repose sur un élément d’intérêt de nature oblique – un bloc massif stabilisé dans le plâtre de manière inclinée, possédant une surface exposée permettant le passage d’éléments en bois de manière régulière et ordonnée. Dès lors, notre choix a été de suivre la propagation de cette surface dans sa longueur à travers la protostructure, définissant ainsi notre surface d’étude.

    S’intersecte-t-elle avec une autre surface ? Trouve-t-elle un appui sur la protostructure ? Quel rapport géométrique s’approprie-t-elle ? Finalement, quel rapport au corps nous procure-t-elle ?


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Dans cet espace rythmé par le relief accidenté irrégulier, il est prudent d’admettre que seul la protostructure possède un rapport d’horizontalité et de verticalité objectif.

    C’est ce que nous voulions au premier abord étudier en cherchant la ligne d’intersection entre la première horizontalité définie par la protostructure au-dessus du sol et la surface d’étude à laquelle nous nous intéressons. De là naît une nouvelle forme de surface commençant par cette ligne d’intersection que nous avons choisi de délimiter avec l’intersection des plans verticaux, encore une fois, choisis par la protostructure. Cette surface a été mesurée, moulée, coulée, puis démoulée pour finalement reposer sur la structure première en tant que tel. Cet élément sert d’abord comme un outil communiquant le passage de la surface d’étude à la surface strictement horizontale, mais sert aussi à lester les tiges légèrement adroites mais assez proches de la protostructure, agissant désormais comme un appui pour celles-ci.


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Durant notre exploration, le rapport à la verticalité nous a semblé nécessaire pour un ancrage plus régulier des tiges sur son appui. L’assemblage d’éléments en bois a mené à un élément traversant la surface d’étude – en l’occurrence, un « peigne » se mêlant donc au bardage initialement créé. Dans son utilité initiale, ce peigne se devait d’être placé dans la protostructure, c’est-à-dire dans l’espace disponible entre les deux tiges horizontales. Cependant, sa propriété amovible dans l’axe de sa longueur a rapidement démontré sa qualité, notamment pour la représentation d’espaces différents et pour la création de jeux de lumières.


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Rapidement se développe une étude sur l’espace englobant ce qu’il y a au-dessus de la surface d’étude, mais également, et surtout, en-dessous de celle-ci. Dans ce sous-sol s’y créé des jeux de couleurs, de lumières, variants selon l’emplacement du peigne.


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Dec 16 2019 19:36:12 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




  • FANTÔME - Sol

    Par Forster Mathilde, Makas Ilayda, Tajana Marvin, 13/12/19

    Le choix du sol est dicté par sa caractéristique oblique. Le thème de l’oblique était un aspect prépondérant des projets antérieurs de la phase “planes”. En plus elle propose un partie manquante qui a fortement contribué à le developpment de notre projet.

    Si nous pouvons dire qu’il y a une partie manquante, cela signifie que nous avons déjà imaginé la partie complète, c’est pourquoi notre projet ne va pas la compléter directement, ni à la toucher, car elle est déjà complétée par notre imagination.


    Image Mon Dec 16 2019 20:02:31 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)











  • RECOUVREMENT_Courbe structurelle

    Par Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, 12/12/19

    Afin de prolonger nos expérimentations autour des formes-courbes initiées dans PLANES, nous avons conservé le même principe, soit le tracé dans l'espace d'une courbe composée d’éléments rectilignes. Nous avons donc fabriqué une suite de maquettes-tests afin d'affiner l'optimisation de la courbe.

    La forme générale du projet fixée, nous avons pensé l'élaboration d'un plan courbe (offrant le recouvrement que nous recherchons) présentant ces caractéristiques :

    - régularité (plans parallèles et courbe inscrit dans un demi-cercle),

    - solidité (capacités structurelles permettant de supporter le poids du porte-à-faux généré par le planretourné) 


    Image Mon Dec 23 2019 23:03:14 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Image Mon Dec 23 2019 23:03:14 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



  • RECOUVREMENT_ Une topographie artificielle

    Par Kundert Océane, 12/12/19

    Un sol accidenté où viendra se glisser, s'ancrer, se poser la protostructure. Quarante mètre de sol constitué de pièces en plâtres, toutes plus singulières les unes que les autres, qui allaient devenir le point de départ pour penser des projets situés.


    Image Wed Dec 18 2019 19:50:02 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)