• FLYINGL FLOOR_Dessins

    Par Tajana Marvin, 29/03/20





  • FLYING FLOOR_Fichier technique

    Par Tajana Marvin, 29/03/20

    - 10 x 2.7 cm (ossature, plancher) -> 228 m.l.

    - 6 x 2.7 cm (rigidification) -> 28 m.l.

    - 4 x 2.7 cm (jonctions) -> 1.3 m.l.

  • FLYING FLOOR_Post Review

    Par Tajana Marvin, 29/03/20

    Deux sont les principaux pattern du projet: “Still Water” et “Tree Places”. L’eau plate, comme celle que nous pouvons observer sur le site, est une chose qui suscite chez nous un fort sentiment de curiosité et d’étonnement. Chaque objet dans cette eau claire et pleine de charme semble être flottant. “L’eau est en un certain sens le seul endroit où l’homme est capable de voler.” Si d’un côté le Rhône transmet cette sensation de lévitation, voici que le bois voisin indique exactement l’opposé: une grande partie du sol est recouverte de racines. Des arbres montrent les racines transmettant une sensation de pure stabilité et d’attachement au sol. Un projet qui s’attaque au sol serait minimisé par rapport à l’imposante de ces racines.


    Image Mon Mar 30 2020 09:39:14 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Mon Mar 30 2020 09:39:14 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)


    Une caractéristique du paysage émerge à première vue: la rupture entre l’eau et la forêt créée par le mur. Fonctionnel, cet artifice de l’homme fend en deux le paysage: d’un côté nous observons l’eau, de l’autre la forêt. Malheureusement, ce mur constitue l'impossibilité d'entrer en contact avec l’eau. Le projet intensifis cette façon de voir les alentours cassées en deux car il présente des espaces articulés différemment les uns des autres. Par exemple, les poteaux (placées seulement d’une côté de la Room) tiennent en traction les poutres portantes du sol, qui sont donc accrochées d’un côté, tandis que de l’autre elles reposent sur la protostructure.


    Image Sun Mar 29 2020 14:52:22 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 14:52:22 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 20:19:31 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)



    Un plancher est idéalisé et relie le sol naturel au muret du brise-lame et en même temp fait de la brèche une des ces caractéristique. Ce site est mystique, suspendu entre terre et eau. Avec la conception de cette passerelle, le projet souhaite préserver cette dimension mystique et concevoir un lieu où en faire l'expérience avec intensité. L’entrée est donc caractérisée par le passage d’un niveau, celui du sol, à un autre, celui du plancher, et impose une prédisposition, caractérisée par un petit effort, à entrer dans la structure.

    Pour obtenir un effet de lévitation il est essentiel de cacher la structure portante (secondaire) des bords du sol (voir référence). Elle s’étend sur 30 cm tout au long du périmètre du sol. Le même principe est adopté dans le projet "Canal Swimmer's Club" - Atelier Bow-Wow. En plus, la méthode importante est de confondre l’utilisateur en “lui montrant les choses pour ce qu’elles ne sont pas”. Il serait logique de penser à un projet basé sur la protostructure, mais ce faisant, il serait tout sauf fluctuant. Chaque élément porteur visible (structure primaire) n’est cependant pas en contact avec la dalle, non plus avec la protostrucure, créant ainsi chez le visiteur la sensation si recherchée de lévitation.


    Image Sun Mar 29 2020 14:52:22 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 14:52:22 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 14:52:22 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)

    Image Sun Mar 29 2020 14:52:22 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 20:19:31 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)



    Les géométries du plancher suivent les logiques du sol préexistantes, ainsi que celles de la protostructure. Les éléments verticaux suivent l’élan donné par la protostructure et servent également d’éléments porteurs. Ceux-ci poursuivent un élan vers le haut, en cohérence avec le détachement effectif par le bas (suspension) et créent donc une aspiration vers l’haut, un désir impossible de l’atteindre. Le projet cherche à détacher le visiteur de la “collision fictive” (naissance de l’architecture) entre le sol et le ciel, apportant son imagination vers ce dernier.

    Il m’a persu évident que le projet devait créer une ambiguïté entre l’intérieur et l’extérieur. L’idée est de rendre le visiteur conscient d’être à l’intérieur d’un endroit artificiel lui permettant de profiter pleinement de la nature environnante. Le fait que le sol est surélevé le transmet en lui un sentiment de détachement (par rapport à l’endroit) et donc de confiance, caractéristiques émotionnelles clé de l’intériorité.


    Image Sun Mar 29 2020 22:45:40 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 22:45:40 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 22:45:40 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)
  • FLYING FLOOR_Implantation

    Par Tajana Marvin, 28/03/20

    Le projet est situé au début du muret du site "Mangrove".


    Image Sat Mar 28 2020 16:59:00 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Sat Mar 28 2020 16:59:00 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Sun Mar 29 2020 14:25:50 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)

    Image Sun Mar 29 2020 14:45:52 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)
  • FLYINGL FLOOR_Monge

    Par Tajana Marvin, 28/03/20


     
     Image Sat Mar 28 2020 16:50:48 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Sat Mar 28 2020 16:50:48 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale)