• FLYING FLOOR_Processus semaine 3

    Par Tajana Marvin, 14/03/20


    Image Sat Mar 14 2020 16:46:25 GMT+0100 (CET) Image Sat Mar 14 2020 16:46:25 GMT+0100 (CET) Image Sat Mar 21 2020 15:17:34 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale)


    Par ce projet ne passe pas l’idée de la suspension. C’est à revoir comment mieux le développer et surtout à reconsidérer l’ossature portante du plancher.

    Les éléments veriticaux ne son pas propre: il faut les insérer dans une grille pour faciliter la construction du projet et pour les retionaliser.

    J’ai trouvé incohérente la conception d’un toit: il rompt l’élan vertical donné à des éléments du projet et empêche de pouvoir observer les branches interagir avec le haut de la protostructureEn outre, le système structurel (qui tient les poteaux en traction) conçu par la suite sert lui-même de limite supérieure, plus cohérent avec l’ensemble du projet. 

    La partie réfléchissante (aluminium) a également été enlevée parce qu’elle était trop littérale.

  • FLYING FLOOR_Processus semaines 1-2

    Par Tajana Marvin, 14/03/20

    Dans les premières semaines, j’ai travaillé en profondeur sur les pattern et j’ai commencé à réfléchir sur les premiers concepts. Au niveau de la conception: désastre.

  • FLYING FLOOR_Structure portante

    Par Tajana Marvin, 09/03/20

    Prémisse: la maquette représentée n’est pas mise à jour, mais les principes statiques du sol restent 

    inchangés.


    J’ai travaillé sur l’effet de suspension dans les façons suivantes.

    Tout d’abord, il est essentiel de cacher la structure portante (secondaire) des bords du sol (voir référence). Elle s’étend sur 30 cm tout au long du périmètre du sol. Le même principe est adopté dans le projet "Canal Swimmer's Club" - Atelier Bow-Wow.


    Image Mon Mar 09 2020 11:05:18 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Mon Mar 09 2020 11:05:18 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Sat Mar 21 2020 15:18:44 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale)


    Deuxièmement, l’utilisation des éléments en traction (le bois a une excellente résistance à la traction) aide à développer un projet suspendu. Ces sont les poteaux qui tiennent les poutres de la structure primaire en dessous du plancher.

    En plus, la méthode importante est de confondre l’utilisateur en “lui montrant les choses pour ce qu’elles ne sont pas”. Il serait logique de penser à un projet basé sur la protostructure, mais ce faisant, il serait tout sauf fluctuant. Chaque élément porteur visible (structure primaire) n’est cependant pas en contact avec la dalle, non plus avec la protostrucure, créant ainsi chez le visiteur la sensation si recherchée de lévitation.


    Image Sat Mar 14 2020 17:19:30 GMT+0100 (CET) Image Sat Mar 14 2020 17:19:30 GMT+0100 (CET) Image Sat Mar 14 2020 17:19:30 GMT+0100 (CET)


    Chaque jonction doit être affranchie de manière à répondre adéquatement à l’anisotropie du bois (forage par perceuse avant l’insertion de la vis). Les éléments de bordure ne sont pas porteurs et sont donc souimises à leur poid propre. Il suffit de les applaudir et de les porter par des joints secs.


    Image Sun Apr 05 2020 10:02:41 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Apr 05 2020 10:02:41 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale) Image Sun Apr 05 2020 10:38:01 GMT+0200 (Ora legale dell’Europa centrale)
  • FLYING FLOOR_Jeux de lumière

    Par Tajana Marvin, 09/03/20


    "La lumière est l’un des éléments architecturaux les plus forts." (Renzo Piano)


    Image Sat Mar 14 2020 16:48:18 GMT+0100 (CET) Image Sat Mar 14 2020 16:48:18 GMT+0100 (CET) Image Mon Mar 16 2020 21:19:17 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale)


    La paroi représente les dynamiques des arbres et des racines sur lesquels elle donne suit un type de conception éprouvée au cours de la phase "Scaffholding". Elle a été supprimée par la suite parce qu’elle était superflue.

  • FLYING FLOOR_La dualité du paysage

    Par Tajana Marvin, 26/02/20


    Une caractéristique du paysage émerge à première vue: la rupture entre l’eau et la forêt créée par le mur construit pour éviter que l’eau, au fil des années, ne compromette l’intégrité de l’espace forestier à côté. Fonctionnel, cet artifice de l’homme fend en deux le paysage: d’un côté nous observons l’eau, de l’autre la forêt. Malheureusement, ce mur constitue l'impossibilité d'entrer en contact avec l'eau et rapresente pour moi le pattern “Efficent Structure".


    Image Sun Mar 22 2020 19:46:27 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Sun Mar 22 2020 19:46:27 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale)




    Une passerelle surélevée est conçue. Elle relie le sol naturel au muret du brise-lame et en même temp fait de la brèche une des ces caractéristique. L'élancement de la parcelle se poursuit au-delà du muret puisqu'il le dépasse de plusieurs dizaines de centimètres. Ce site est mystique, suspendu entre terre et eau. Avec la conception de cette passerelle, le projet souhaite préserver cette dimension mystique et concevoir un lieu où en faire l'expérience avec intensité.

    Le projet intensifis cette façon de voir les alentours cassées en deux car il présente des espaces articulés différemment les uns des autres.


    Image Thu Feb 27 2020 11:18:12 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Thu Feb 27 2020 11:18:12 GMT+0100 (Ora standard dell’Europa centrale) Image Sat Mar 14 2020 16:50:56 GMT+0100 (CET)