• The Big Rock - Structure finale

    Par Santos Costa Nicoly, Zheltyanik Natalya, 18/12/19

    La façon dont on allait assembler notre structure à la topographie et à la proto-structure a été très délicate à travailler. En premier lieu et comme attendu, notre réflexe avait été de mettre des dalles sous la structure à des endroits maîtrisés. Mais après une discussion avec les enseignants et les autres groupes, il a été décidé que faire suspendre la plaque serait plus intéressant à imaginer.

    La plaque horizontale est soutenue par la proto-structure à travers 4 dalles qui sont attachée de toute leur longueur à la plaque et aux 4 pieds de la proto-structure, ainsi qu'aux 2 pieds de l'extension de la proto-structure.


    Image Wed Dec 18 2019 16:25:49 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Résultat final


    Image Wed Dec 18 2019 16:25:49 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Vue d'en haut

    La manière de déposer la plaque de façon à être suspendue par la proto-structure requérait des grandes charges sur la structure. Ainsi, afin de contrebalancer ces charges nous avons posé des cales tout le long de la scène du rocher.


    Image Wed Dec 18 2019 16:25:49 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Cales sur la topographie









  • The Big Rock - Mouler et couler

    Par Santos Costa Nicoly, Zheltyanik Natalya, 18/12/19

    Afin de délimiter la surface de l'emplacement de notre structure il a fallu tout d'abord étudier et décortiquer l'endroit choisi de la topographie. Nous avons donc calqué, mésuré, réglé, millimétré, scotché et surtout obsérvé tous les recoins du sol.

    Nous avons finalement opté pour une forme qui épouse certain reliefs et qui se retrouve au même niveau que la scène du rocher. La largeur que nous avons pris permet de reprendre un maximum de surface.


    Image Wed Dec 18 2019 14:51:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Dessin et découpe du moule


    Image Wed Dec 18 2019 14:51:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Wed Dec 18 2019 14:51:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  

    Construction du moule

    L’épaisseur du plâtre de 3 mm impliquait une extrême précision du moule. Afin de mieux stabiliser les murs et les contreforts, nous avons décidé d'utiliser une sous-structure plus large qui reprend la forme de notre structure finale. 


    Image Wed Dec 18 2019 15:05:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Moulage / Résultat final

















  • The Big Rock - Emplacement

    Par Santos Costa Nicoly, Zheltyanik Natalya, 18/12/19

    L’emplacement que nous avons choisi, a été déterminé par le grand rocher de forme demi ovale. Sa présence imposante l’oblige. La topographie quant à elle, est extrêmement hétérogène, ce qui gêne la bonne lecture du rocher. 

    En effet, il existe un fort contraste entre le plat et le montagneux. Afin de faciliter l’accès au monument principal, le rocher, nous avons choisi de perfectionner le sol en créant un plan parfaitement horizontal. La construction d’un plan vertical étant inutile, car le rocher et son encadrement remplissaient déjà cette fonction.  

    C'est alors une réparation du sol: construire une plaque horizontale, ayant comme niveau le parquet devant le rocher, et qui s’emboîte dans la topographie dans tous les coins, au même niveau. 

    Reconstituer le sol de la scène afin d'avoir une parfaite lecture du terrain où se repose le rocher.

     Image Wed Dec 18 2019 13:27:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Image Wed Dec 18 2019 13:27:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    The Big Rock et l'emplacement choisi de la topographie








  • À LIVRE OUVERT_Post-Review

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 08/12/19

    Les commentaires reçus durant la Review de la phase PLANES nous ont permis d'identifier plusieurs points d’amélioration.

    Tout d’abord, une discussion sur les risques de l'analogie en architecture a pris place. Les analogies, lorsqu'elles sont seulement formelles, peuvent être dangereuses car elles tendent à piéger le concepteur dans une représentation figurative de l’objet étudié. En particulier, nous avons manqué de clarté et de précision dans la mobilisation des références au livre en architecture. Nous n'avons pas suffisamment indiqué en quoi nous nous se distancions de ces précédents. Par ailleurs, conformément à nos intérêts et au travail que nous avions mené lors des dernières semaines, nous aurions dû axer notre présentation orale non sur la forme du livre, mais sur la notion de reliure que nous avions explorée.

    Notre titre portait quant à lui à confusion. “À Livre Ouvert” est une expression qui fait allusion au livre et qui suppose que "rien du projet n'est caché ; tout est transparent et directement accessible". Or, nous avions eu recours à des jonctions mécaniques situées en sous-face des éléments en bois, les rendant peu accessibles et non visibles. L'existence de ces jonctions "cachées" entre en conflit avec le titre choisi. 

    Le rapport au corps est un élément important de cette phase PLANES. Si nous avons pensé le travail au 1:1 (dimensions des éléments, stabilité d'ensemble, etc.), nous devons approfondir la relation au corps de notre structure et la façon dont nous interagissons avec elle… quelles sont les activations du corps que nous envisageons ? Si l'on ne peut ni marcher dessus, ni rentrer dedans, quel dialogue soutient-elle ?

    Enfin, une autre piste soulignée par les membres du jury concernait le fait que la notion du livre en tant qu’objet conceptuel n’avait pas été abordée. Quelle est la fonction première du livre et en quoi ses caractéristiques permettent-elles de soutenir cette fonction ? À titre d'exemple, l’un des objectifs dans la conception d’un livre est de faire tenir ensemble une surface la plus étendue possible (pages) dans un objet compact. Un objectif de forte rentabilité entre un contenu (nombre de pages) et un contenant (couverture) est ainsi recherché, tout en maintenant une très bonne lisibilité et la possibilité d'une manipulation aisée entre deux mains. En architecture, cela peut être assimilé à l’optimisation de surface habitable par rapport à un espace donné tout en maintenant un niveau de vie et une qualité de l'espace généré.

    Le livre est aussi un dispositif dont l'extérieur permet de renseigner sur l'intérieur et le contenu : quelles leçons pouvons-nous en tirer pour l’architecture ? Façades et intériorité se répondent-elles toujours ? La réutilisation d'édifices pensés pour d'autres usages nous indique que cette correspondance n'est pas systématique en architecture.




  • À LIVRE OUVERT_Reliure

    Par Ciak Laura, Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, Zheltyanik Natalya, 08/12/19

    planes_ta_ciaklaura-nguyendavid-robbinsjeanluc-zheltyaniknatalya_120_132_133_134.jpeg

    (1) Reliure en spirale, utilisée pour les blocs-notes, calendriers et livres de cuisine et de musique; (2) Reliure en Wire-O, en anneaux métalliques; (3) Reliure japonaise ou cousue, utilisée pour certains livres d’art, livres illustrés, bibles, ouvrages de littérature, catalogues, etc… ; (4) Reliure agrafée, utilisée pour les imprimés publicitaires, comme les journaux et brochures


    Reliure d’après Larousse (de relier)

    1) Ensemble des opérations qui donnent à un ouvrage sa forme définitive et par lesquelles on l'habille d'une couverture rigide ou souple pour le protéger et le parer ; le secteur des industries graphiques exerçant cette activité.

    2) Couverture cartonnée, recouverte de cuir, de toile, etc., dont on habille un livre pour le protéger et le décorer.


    Relier d’après Larousse (latin religare)

    1) Lier des choses ensemble, les réunir, les joindre d’une façon ou d’une autre.

    2) Établir une jonction entre deux éléments 

    Voir aussi : Réunir, Lier, Assembler, Attacher, Raccorder, Faire communiquer, Associer