• Genesis pathwork

    Par Douillet Arthur, Perrin Leo, Rey Mikael, 20/10/19



    Image Sun Oct 20 2019 21:12:37 GMT+0200 (CEST)


                  Journey                                                                                                              Drawings

                                                                                                                    Metamorphosis of an idea into concrete

                                                                                                                    Splendid objectification of subjectivity

                                                                                                                                Near flawless language

                                                         Tools          

                       "We shape our tools and afterwards our tools shape us"

                                                Marshall McLuhan                            

                                                                                                       Interaction between built and natural

                                                                                                         Bucolic apnea, under the canopy sea

                                                                                                    Wood shelter, drifting on this vaporous web

                                                                                                        Light dances at the adagio tempo of foliage

                                                                                              An entire interaction under the aegis of the aperture

             Depth of feeling and mankind

                      Metior and Metor

      Reason and feelings, or mankind in a nutshell

                Aim of truth thanks to both

                                                                                                    Nature under the prism of German objectivism

  • Linéarité du point, ponctualité de la ligne.

    Par Perrin Leo, Rey Mikael, 13/10/19



    Image Sun Oct 13 2019 12:01:31 GMT+0200 (CEST)


    Infini fini, oxymore ou pléonasme ? 

    Infini et fini sont par définition antonymes. Cependant, dans leurs diverses applications respectives, des éléments font chanceler cet adage étymologique.

    Dans leur emprise physique, la barrière entre infini et fini ondule et s’efface. Les lignes d’un dessin ont prétention à l’infini mais elles s’évanouissent au bout de leur course effrénée, dans le point, abyme fini.

    Notre propre temps vient aussi défier cette antonymie. Dans un monde où la course à la consommation excessive fait miroiter un futur synonyme d’infini, l’aspect fini du futur s’impose de plus en plus et vient couper cet élan sans limite. Le futur temporel devient alors un mirage, se balançant entre ces deux hémisphères.

    Finalement, le simple concept d’infini nuit à lui-même. Tout comme le tétragramme YHWH, utilisé chez les juifs afin de ne pas prononcer Yahvé, évitant ainsi toute déformation de l’essence divine, nommer et définir l’infini revient inexorablement à le limiter et donc à le rapprocher d’une sphère finie.

    Le préfixe négatif « in » d’infini semble n’être alors qu’obsolescence, relique d’une étymologie anachronique.



  • Errare humanum est, perseverare diabolicum

    Par Perrin Leo, Rey Mikael, 06/10/19


    Image Sun Oct 06 2019 00:35:27 GMT+0200 (CEST)



    Première tentative de moulage au plâtre, la qualifier d'originale serait un euphémisme.

  • Chrysalide métaphysique

    Par Perrin Leo, Rey Mikael, 04/10/19



    Image Fri Oct 04 2019 17:55:57 GMT+0200 (CEST)


    « Vanité des vanités, tout est vanité » L’Ecclésiaste


    « C’est par la méditation du travail que la conscience vient à soi-même » La Phénoménologie de l'Esprit, Friedrich Hegel


    La matière étant soumise à un dessein funeste, L’Ecclésiaste expose le caractère vain du moindre acte. Le nihilisme de cette première sentence ne peut pourtant prétendre au statut d’aphorisme.

    La forme s’efface petit à petit sous le poids du fatum temporel. Cependant, le processus du travail, le geste laborieux qui mène à sa genèse, lui, demeure.

    Le travail est un dialogue entre soma et psyché permettant à la subjectivité brute de devenir objectivité réelle, formant alors une médiation expressive pour l’être. Le travail devient vecteur fondamental d’élévation pour l’individu.

    Le geste au sens phénoménologique s’inscrit dans une temporalité close, rigide, froide mais l’apprentissage qui en émane perdure, lui, au contraire ad vitam aeternam.

    La matérialité du geste incarne ainsi une chrysalide métaphysique, laissant mûrir en son sein une essence éternelle, la connaissance du geste.

  • Squared Triptych 3²=9

    Par Perrin Leo, Rey Mikael, 28/09/19
    Image Sat Sep 28 2019 18:04:34 GMT+0200 (CEST)


    Le Panthéon, véritable témoin des âges, socle de notre civilisation et précurseur de notre apprentissage.