• De la marche à l'escalier

    Par Estreicher Clement, Link Johan, 04/11/19


    Image Tue Nov 05 2019 22:39:48 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Nov 04 2019 00:43:12 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Nov 05 2019 22:39:48 GMT+0100 (CET)




  • L'interstice

    Par Charamel Lucile, Tissot-Daguette Lou, 03/11/19


    Texte d’intention - Interaction

    Pour ce projet, nous avions comme objectif de nous intéresser à l’interaction de deux (

    ou plusieurs ) éléments particuliers qui ont retenu notre attention lors de notre venue

    à Evian. Chacune a eu l’occasion d’interpréter à sa manière ce qu’elle a vu, toucher,

    apprécier afin de se l’approprier.


    Notre démarche s’est donc naturellement tournée à côté d’une entrée principale de la

    structure fontaine, à l’un des panneaux en polycarbonate de la partie du bas. En effet,

    nos yeux ont été attirés par la complexité des interactions de bois, formant des noeuds,

    servant à tenir une plaque de polycarbonate sur une inclinaison de 6 degrés. En plus

    de cette dernière, l’inclinaison du sol de 15.5 degrés a également été prise en

    compte pour les divers calculs de la structure. Ainsi, nous avons décidé de concentrer

    notre travail sur le volume interne créé par ces divers éléments. Afin de nous intéresser

    davantage aux noeuds et aux inclinaisons plutôt qu’à la structure en elle-même, nous

    nous sommes résolus à couper la longueur de la plaque de polycarbonate en deux. De

    ce fait, quatre noeuds sont pris en compte, ainsi que la relation de la structure au sol.


    A l’aide d’un moule à l’échelle 1:10 de notre volume, nous obtenons un objet de plâtre

    qui a sa propre importance et ses propres proportions dans l’espace. Il est libéré des

    contraintes de fixité et peut être manipulé comme un objet à part entière, détaché de

    sa fonction première. Ainsi, l’interstice qui a été moulé ne tient plus sur elle-même, ce

    qui bouleverse complètement le rapport de l’objet à sa structure initiale.


    Notre démarche s’est donc développée sur la transformation d’une structure initiale en

    un objet qui a ses propres qualités visuelles, physiques et esthétiques. L’interstice n’a

    plus la même fonction : elle qui avait pour but d’être l’espace protégé des

    intempéries, devient un volume indépendant et manipulable (renversé, tourné). Les

    inclinaisons participent à la manipulation du plâtre puisqu’elles impliquent un

    déséquilibre. En effet, cette structure qui prend initialement pied au sol ne tient plus

    de ce côté avec l’inclinaison et n’est donc plus auto-portante. Le rapport au sol est

    donc bouleversé. Afin de la faire tenir, nous devons le retourner sur plusieurs faces et

    remarquons qu’elle est auto-portante sur l’ensemble des autres côtés. Les différentes

    faces changent donc de rôle. Ainsi, l’inversion des fonctions nous offre une

    compréhension améliorée de la localisation de l’espace. Cette nouvelle forme permet

    de montrer sans contrainte les interstices devenues pleines. Les inclinaisons se

    dévoilent également sans être gênées par la fixité et l’environnement de la structure primaire.



    Premières esquisses: 


    Image Tue Feb 25 2020 11:37:11 GMT+0100 (CET)




    Image Tue Feb 25 2020 11:37:11 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Feb 25 2020 11:37:11 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Feb 25 2020 23:00:56 GMT+0100 (CET)



    Dessin: 


    Image Tue Feb 25 2020 11:37:11 GMT+0100 (CET)

    perspective



    Image Tue Feb 25 2020 23:00:56 GMT+0100 (CET)

    assemblage


    Image Tue Feb 25 2020 23:00:56 GMT+0100 (CET)


    Axonométrie


    Image Tue Feb 25 2020 23:00:56 GMT+0100 (CET)




    plan et élévation.

    Image Sun Nov 03 2019 23:24:15 GMT+0100 (CET)


    Image Sun Nov 03 2019 23:24:15 GMT+0100 (CET)


    Image Sun Nov 03 2019 23:24:15 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Feb 25 2020 11:37:11 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Feb 25 2020 11:37:11 GMT+0100 (CET)



















  • PROJECT'S EXPLANATIONS

    Par Guillotin Lea, Lefebvre Yann, 03/11/19

    ENTRE ESPACE ET TEMPS

        Nés d'une relation réciproque, la nature et l'homme développent depuis longtemps un lien fort et intrinsèque. Cependant, la nature est constamment en proie face aux changements menés par ce dernier. La nature comme combinaison de temporalités peut paraître irrationnelle, déraisonnable, inconstante voire capricieuse. Prévoir ce que la nature nous réserve est une tâche subtile. Face à ces rigueurs climatiques l'homme à la possibilité d'adapter la nature à ses besoins, or cela consiste en définitive à la dénaturer. Comment fraterniser tout ce que l'homme impose à la nature : l'artificiel, avec son antonyme : le naturel ?

        La force que nous déploierons durant cette quête nous permettra de répondre à cette question « comment pouvons-nous intégrer une structure dans un environnement sans en modifier son essence tout en permettant à l'homme de s'épanouir ? »                          

        La recherche tout au long de ce projet nous a mené à évoquer l'interaction qui existe entre deux éléments naturels et artificiels. Premièrement, nous ferons naître l'hypothèse d'une interaction entre l'intérieur et l'extérieur de la structure, pour évoquer l'interstice entre l'ouvert et le fermé, Cette interaction mime le mouvement de la toile activée par la seule action de l'homme.La force de cet élément est sa mobilité, en effet, il permet à la structure d'être adaptée aux contraintes variables en plus des contraintes permanentes et confère à l'homme une grande liberté quant à son utilisation. Pour finir, nous mettrons en exergue que la toile interagit avec la nature en fonction du temps. En effet, nous avons observé que la toile n'était pas plus en mesure d'assurer sa fonction initiale. Aujourd'hui, la toile devient une cuve remplie d'eau qui devient inutilisable puisqu'elle est bloquée par les poutres transversales.


    Image Tue Feb 25 2020 22:11:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Image Tue Feb 25 2020 22:11:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



  • Empreintes fugaces

    Par Douillet Arthur, Perrin Leo, Rey Mikael, 03/11/19


    Image Sun Nov 03 2019 21:41:19 GMT+0100 (CET)

      Empreintes photographiques de la conception du moulage in situ


    Image Mon Nov 04 2019 19:15:46 GMT+0100 (CET)Image Mon Nov 04 2019 19:15:46 GMT+0100 (CET)

    Texte conceptuel sur notre démarche de compréhension de l'empreinte de l'ouverture, dans le cadre de l'interaction entre l'espace intérieur et l'extérieur.


    Image Sun Nov 03 2019 21:41:19 GMT+0100 (CET)




  • " Fiat lux et lux facta est "

    Par Villetelle Lena, 03/11/19


    La lumière exprime la présence, la chaleur et la vie. Son absence symbolise le froid et le trépas. La lumière donne vie à la matière par un ballet d’émission, d’absorption et de réflection. Une chorégraphie dont le géomètre doit comprendre et apprendre les interactions, car la géométrie est le langage de la nature. « Nul n’entre ici s’il n’est géomètre 

     

    La complexité de la société actuelle réclame de nouvelles visions reposant sur une compréhension plus profonde des mécanismes d’interaction des systèmes. Les processus d'interactions positives mènent en effet à la coopération et à l'intégration. Or, intégrer l’habitat dans son environnement est l'un des plus anciens idéaux de l'architecture. Ce travail sur les interactions se focalise sur deux des plus importantes: la lumière et la matière. Alors, « que la lumière soit! ».


    Measures_MB_LénaVilletelle_206

     
    Measures_MB_LénaVilletelle_205Measures_MB_LénaVilletelle_207


    Measures_MB_LénaVilletelle_216Measures_MB_LénaVilletelle_222Measures_MB_LénaVilletelle_219