• Discours sur la démarche

    Par Ackermann Remo, Asoanya Jovita, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Fauvel Camille, Freitas Beatriz, Gindroz David, Hoti Arta, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Maturo Laura, Mokaddem Kahlil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Ugnivenko Doris, Wasserfallen Benedict, Weissbaum Zoé, 18/12/19

    Le but du workshop étant de prolonger la réflexion de la phase précédente, à savoir PLANES, nos premières spéculations tournent autour de notre ancien projet.

    Chaque binôme reprend l’essence de son projet afin d’en élaborer un nouveau.

    Nous continuons de travailler avec des plans. La révélation de différents espaces sur des plans horizontaux, verticaux ou encore obliques est le point-clé de chacune des trames du studio. Chaque plan créé révèle deux espaces, l’un au dessus et l’autre en dessous. Un jeu est ainsi créé, engendrant une réelle dynamique. On peut imaginer un parcours à travers les différents projets où l’on découvrirait plusieurs espaces, plans et niveaux distincts. Plusieurs éléments de différents projets peuvent entrer en contact avec les plans des autres projets et ainsi permettre un échange humain entre ces différents niveaux. Le dialogue entre nos projets se crée alors via un parcours pédestre.

    Un des points clés des projets s’est orienté sur la sensation que peuvent nous procurer les différents espaces. En effet se placer en dessus ou à l’inverse au dessous du même plan nous fait ressentir l’espace d’une manière différente. La taille, l’inclinaison et la hauteur des différents plans procurent différents ressentis.

    Ainsi, nous avons été attentifs à l’utilisation potentielle de nos projets par un être, l’idée étant  d’offrir des sensations nouvelles aux usagers. Les projets ont donc été pensés à l’échelle 1:10.

    Chaque cellule est unique et diffère des autres grâce à la topographie fictive. Le point de départ de chaque projet a donc été d’étudier le rapport au sol. Certains reportent la topographie en orientations de plan et certains jouent avec la création d’espaces au sol.

    De plus, il existe une alternance entre les projets de notre studio ; certains s’encrent directement au sol et stabilisent la protostructure. Alors que d’autres sont suspendus et utilisent la protostrcure comme élément de soutien. Sachant que la protostructure peut se porter elle-même en deçà d’une certaine limite. C’est grâce aux projets de consolidations que les projets suspendus peuvent exister. Les projets interagissent entre eux, et s’entraident.

    Cela crée une unité, qui permet de considérer l’ensemble des projets comme un projet global.

  • AU VOILE !

    Par Ackermann Remo, Freitas Beatriz, 17/12/19


    Tout au long de la proto-structure, nous avons plusieurs cellules identiques. Chacune est limité par des plans horizontaux et verticaux que nous pouvons représenter par une boîte. Notre idée de base a été de déterminer plusieurs plans dont le milieu de la cellule serait l’intersection de tous ces plans de cette boite. Nous avons alors utilisé une ficelle ancrée au sol par des points de rattachement, chacun appartenant à une cellule voisine. Cette ficelle représente des câbles qui exercent une force de traction importante sur toute la proto-structure. A partir de cette idée, on a pu mettre en relation les plans qui s’intersectent et la proto-structure. En insérant une baguette flottante, qui représente le milieu et le point de départ de tous les plans, nous avons rigidifier la proto-structure qui en sois, n’était pas très stable. 


    Image Wed Dec 18 2019 12:37:03 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, Croquis démarche conceptuelle, carnet Moleskine, 11 dec 2019, Studio Fauvel - EPFL


    Ce plan reprend les horizontales de la cellule, ce qui nous amène à la continuité qui nous avions développé dans la phase « PLANES ». De plus, notre plan n’est non seulement à l’intérieur de la cellule mais aussi à l’extérieur, ce qui nous ramène de nouveau à notre projet dans « PLANES ». Nous avons donc un jeu de vas-et-viens entre intérieur et extérieur, une forme de continuité qui s’imprègne dans tous le plan grâce aux ficelles. 


    Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, Projet Scarffolding, échelle 1:10, 18 déc 2019, Studio Fauvel - EPFL


    La ficelle dessine dans l’espace la direction du plan qui représente aussi une ligne de plusieurs plans. Ceux-ci coupent tous la cellule initiale. Chacun de ces plans a des caractéristiques particulières qui influencent la boite à son propre façon. En ajoutant des plans, de nouveaux espaces se créent et d’autres qui se transforment ou se perdent.



    Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Plan, échelle 1:10, 16 déc 2019, Studio Fauvel - EPFL



    Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, Elevation, échelle 1:10, 17 dec 2019, Studio Fauvel



    Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, Axonométrie des noeuds, échelle 1:5, Studio Fauvel - EPFL


    Nous nous sommes concentrés sur un seul plan qui nous est spécifique par son ambiguïté. En effet, le plan que nous avons choisit est fait de plâtre armé. Le carton, en échelle 1:1, la construction ne serait pas possible avec du carton. Notre plan est fait de plâtre armé avec une fine couche de 3mm. Le but est donc de déstabiliser la structure avec une matière lourde. 



    Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, détail 1er moule du plan, 28cm x 54cm x 3 mm, carton, Studio Fauvel - EPFL




    Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, moule du 2ème plan, 28cm x 54cm x 3 mm, carton, Studio Fauvel - EPFL


    En plâtrant le plan, le grillage s'est avéré trop fort par rapport à la matière du plâtre. Notre maquette s'est alors courbée de façon légère. De plus, notre idée a été de jouer sur la rigidité de la structure. Pour cela, il fallait adapter notre moule à 3mm ou 5mm d'épaisseur ou rigidifier les noeuds. Nous avons choisis de garder les "noeuds de construction" et le "noeuds en huit" comme base et adapter notre maquette en plâtre. Nous avons fait un deuxième moule sans le grillage en fer pour amener moins de poids à la maquette. 


    Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, 1er plâtre (armé), 28cm x 54cm x 3mm, Studio Fauvel - EPFL




    Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, détail plâtre armée, 5mm x 5mm x 0,5mm, fil de fer, Studio Fauvel - EPFL


    Cependant, nous avons changé d’optique et nous avons retiré la baguette en bois. Car elle n’a ici plus d’importance puisque nous nous intéressons désormais au maintient de la proto-structure et comment nous pouvons jouer sur sa rigidité. Pour cela, nous avons mis en place deux système de noeuds. Le premier est soumis aux baguettes en bois de la proto-structure et au rattachement au sol afin de consolider la structure.


    Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, adaptation du noeud de construction, ficelle, 18 déc 2019, Studio Fauvel -EPFL


    La ficelle joue donc un rôle important car elle doit supporter le pois du plan et soutenir la proto-structure elle-même. Elle détermine aussi notre plan car trois lignes forment le contour de notre triangle qui ressemble à un voile portant sur la proto-structure.


    Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, noeuds en huit, ficelle, 18 déc 2019, Studio Fauvel - EPFL




    Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, détail du noeuds de construction, ficelle, Studio Fauvel - EPFL

    Ce point est devenu le sujet principal de notre projet car grâce à notre système de rattachement au sol et de la liaison de notre proto-structure, les autres cellules voisines se retrouvent consolider entre elles, ce qui était moins le cas auparavant. Notre projet n’a alors pas qu’un but individuel mais il permet aux autres projet de mieux coexister ensemble et avoir un meilleur équilibre entre eux par notre système de ficelle. 





  • L'intérieur de l'espace extérieur

    Par Ackermann Remo, Asoanya Jovita, Freitas Beatriz, Gindroz David, 13/11/19

    L'intérieur de l'espace extérieur

    Pour cette troisième phase d'apprentissage, appelée "PLANES", nous avions comme zone l'espace d'herbe situé à l'entrée du Rolex, face Nord. Nous nous sommes rapidement intéressés à la zone formée par une ligne de désir, c'est à dire "un sentier tracé graduellement par érosion à la suite du passage répété de piétons. Le passage « officiel » est alors contourné au profit d'un chemin répondant mieux aux besoins et l'idéal des personnes (ex. raccourci)."

    Le choix était fait, notre construction se situerait à cette endroit. 

    Image Sun Nov 24 2019 17:19:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    image satellite du Rolex, l'endroit à laquelle nous nous sommes intéressés est le chemin en oblique, tracé par le passage des piétons. 

    Notre première pensée était de créer un objet qui "officialiserait" ce chemin et l'intégrerait comme faisant partie de l'espace du Rolex. En approfondissant notre idée, nous visualisions la délation de deux espaces: un externe, l'autre interne par analogie aux espaces du Rolex. Notre construction ferait alors en plus la transition menant au Learning center, et servirait de mise en relation entre le terrain et le Rolex.

    En s'inspirant des notions des phases de projets précédents, nus voulions reprendre le développement d'une façade tout en considérant des éléments structurels du Rolex:

    • Notion d'espace intérieur vs extérieur de l'édifice induit par son système de vitrage. Les vitres sont alors une façade qui sépare l'intérieur de l'extérieur tout en offrant la transparence entre ces 2 espaces.
    • Proportionnalité entre les espacements entre chaque vitre et la hauteur de celles-ci.
    • Articulation structurelle des matériaux permettant la différenciation entre interne-externe.
    Image Sat Nov 30 2019 21:23:03 GMT+0100 (CET)

    Transparence: intérieur vs extérieur

    Le challenge est alors qu'en marchant sur la ligne de désir, les éléments structuraux nous renvoient (consciemment ou pas) à l'intérieur de l'espace du Rolex.

    Dans cette même perpective nous devions trouver un système nous permettant le soutien de la structure-façade mais aussi son maintien en position verticale. La réflexion s'est alors penché vers les l'arc à nous inspiré par la courbure du Learning center.Comme dans la phase CRAFT, nous avons amplifier des facteurs de proportionnalité de la courbe avec un pied implanté dans le sol comme les extrémités du Rolex qui sont en contact avec le sol.

    Image Sat Nov 30 2019 21:21:24 GMT+0100 (CET)

    Vue de l'extérieur du Rolex

    Plus que des éléments structurels, les arches simulent alors une espèce d'entrée dans l'espace du Rolex. La structure dans son entièreté révèle alors le chemin comme faisant partie intégrante de l'espace du Rolex. 

    Image Fri Nov 29 2019 20:04:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Dessin de l'arc, décomposé selon ses deux arcs en élévations. 

    Image Tue Dec 03 2019 11:09:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Inspiration des arcs autour du travail du bois par Philibert de l'Orme

    Image Fri Nov 29 2019 20:04:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Fri Nov 29 2019 20:04:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Monge - Echelle 1:10

    Entre ensuite la question de la pente; en plus de créer un espace, le projet doit s'adapter à l'environnement du Rolex. Pour ce faire, nous avons modélisé la pente par le biais d'un dessin.

    Image Fri Nov 29 2019 20:04:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Axonométrie de la pente, échelle 1:10. 

    Par la suite, la production d'un moule a permis la construction de la structure du sol

    Image Sun Nov 24 2019 17:12:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sun Nov 24 2019 17:12:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Moule vertical du sol

    Image Fri Nov 29 2019 20:21:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Fri Nov 29 2019 20:21:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Moule horizontal du sol

    Dans un premier temps, les éléments de la façade étaient horizontaux et verticaux selon l'axe x et y absolu.

    Image Sun Nov 24 2019 17:12:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sun Nov 24 2019 17:12:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Image Sun Nov 24 2019 17:12:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Première version d'arches avec la pente du sol - résultat du moule vertical - Echelle 1:10

    Mais dans une envie de s'adapter mieux au Rolex, nous avons par la suite adapté l'axe horizontale à la courbure de la pente, à l'image du Rolex, donc le toit suit la courbure de l'arc. 

    Image Sat Nov 30 2019 12:35:46 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    2 versions différentes d'arches + pente - Echelle 1:10


    Image Fri Nov 29 2019 20:21:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sat Nov 30 2019 12:35:46 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Fri Nov 29 2019 20:21:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Image Fri Nov 29 2019 20:21:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    La question de l'arc dans notre projet devenant centrale, nous nous sommes demandé comment optimiser cette arc, pour qu'il reprenne toujours son rôle structurel dans le projet, mais qu'en plus de cela, il puisse s'adapter au terrain, afin de reproduire au mieux un arc "naturel". Ainsi il garde ses trois couches caractéristiques qui lui permettent de garder en solidité, mais nous avons décidé de les articuler afin que l'axe puisse se transformer et ainsi s'adapter aux besoins du terrain. Evidemment ce travail de recherche pose ses limites, car l'arc étant trop articulé, il ne formerait plus un arc. Le but de ce mock-up était de tester cette technique sur des arcs et voir les possibles implémentation sur notre projet. Le pied qui reprend un principe de glissement marche par exemple très bien.


    Image Tue Dec 03 2019 11:09:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    Image Sat Nov 30 2019 13:54:09 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)Image Sat Nov 30 2019 13:54:09 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)




















  • Mesures à Evian

    Par Ackermann Remo, Freitas Beatriz, 27/10/19

    Premiers passages à Evian... Il faut s'emparer de nos mètres et tout autre moyen de mesure car chaque centimètre est important. Ces constructions ont été faites par les élèves de 1ère, l'année passé. Aujourd'hui, c'est à nous d'aller sur le terrain. 

    Le but est d'étudier cette structure et de comprendre comment elle a été construite. Nous avons une trame assignée par binôme (la 11ème dans notre cas). Celle-ci fait partie d'un muret construit en brique par les étudiants. 



    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    11ème trame, 15 octobre 2019, construction en bois, Evian


    Le détail que nous avons choisi ne montre pas une relation essentiel entre les différents éléments de la structure. Cependant, celle-ci nous permet de montrer et mettre en relation le "avant-après", c'est-à-dire; qu'adviendra-t-il de cet espace après le démontage de la structure en bois? 

    Notre corps est immergé dans un espace et devient, à force,  « une relation entre la sensation humaine et la vérité de la mesure ».



    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Détail choisi, 15 octobre 2019, angle bois et muret en brique, Evian


    Notre angle fait le lien avec toutes les autres arrêtes en bois. Il est donc un éléments important afin de comprendre la construction complète. Il ne reste plus qu'à chercher les informations nécessaires.

    Mesurons... et mesurons encore...



    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Détail, 15 octobre 2019, angle bois et muret en brique, Evian


    L'étape des croquis est primordiale car elle nécessite beaucoup de précision afin de comprendre chaque détail et chaque recoins de notre trame. Il faut être capable de décomposer toutes les arrêtes en bois et s'imaginer comment les parties s'assemblent et s'accordent entre elles.



    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Beatriz Freitas, Plan croquis, 17 octobre 2019, Studio Fauvel - EPFL


    Les différentes coupes nous permettent de nous intéresser à un endroit précis de la trame; l'interstice avec le muret. 



    Image Sun Oct 27 2019 18:53:02 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, différents croquis, 18 octobre 2019, Studio Fauvel - EPFL


    Ces plans nous permet de nous familiariser avec notre trame. Ces dessins de précision sont une "manière de représenter un espace et une somme d'indications visant à la réalisation future de cet espace."


    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, Elévation Nord et Plan, Studio Fauvel - EPFL


    L'élévation ouest est un moyen de montrer notre détail et de comprendre en différents points de vues.

    La coupe horizontale a été faite à la hauteur du muret 46 cm, ce qui nous a permis de mettre en relation la construction en bois et le muret.



    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)


    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Elevation Ouest et Coupe horizontale, Studio Fauvel - EPFL


    La meilleure façon de comprendre comment une structure a été faite, est de reproduire, de façon la plus réaliste possible, une maquette. Notre moule est principalement le muret et nous avons représenté chaque briques.


    L’idée est de représenter notre détail. Nous avons donc représenter juste une partie du muret, celui qui est en relation avec l’angle choisi. 



    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, déplié du moule, Studio Fauvel - EPFL



    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Beatriz Freitas, Remo Achermann, moule, 23 octobre 2019, carton, Studio Fauvel - EPFL


    Détail du moule.


    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Remo Ackermann, détail du moule, 24 octobre, carton, Studio Fauvel - EPFL



    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, moule fini, 25 octobre 2019, carton, Fauvel Studio - EPFL


    L'axonométrie éclatée est une façon de comprendre comment nous pourrions démonter la structure. Les différentes parties en bois s'assemblent alors de cette façon. Un espace est créé entre les arrêtes.



    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Axonométrie éclatée du détail, Studio Fauvel -EPFL


    C'est l'heure de mettre la main à la pâte et de matérialiser nos idées, toujours avec l'aide de nos camarades pour nous assister si besoin. 


    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Utilisation du plâtre pour mouler le muret dans la « House of Common» - EPFL


    Moulage terminé, il ne reste plus qu'à laisser sécher pour le résultat final.


    Image Sat Oct 26 2019 22:56:36 GMT+0200 (CEST)

    Beatriz Freitas et Remo Ackermann, moulage, 25 octobre 2019, carton et plâtre, Studio Fauvel - EPFL


    Pour montrer la relation avant-après démontage. Nous avons construit deux maquettes:

    - une en plâtre à partir du moule ci-dessus qui représente notre muret à échelle 1:4

    - une en maquette en bois qui représente un poteau de bois à échelle 1:4 (diamètre 8mm x 15mm)


    Nous pouvons retirer le poteau librement du moulage pour montrer l’espace que prend le muret.


    Image Mon Nov 04 2019 19:59:49 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Beatriz Freitas, Remo Ackermann, assemblage des maquettes, plâtre et baquettes en bois, Studio Fauvel - EPFL



    Notre travail est relié à celui d'un autre groupe qui étudie aussi un autre muret. Cette perspective montre l'espace introduit par ces deux muret. Le fait de ne pas avoir représenter la structure en bois nous permet de faire ce lien avec l'espace qui est créer. Les deux murs sont en relation constante avec le terrain.



    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)


    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Remo Ackermann, Perspective des deux murets, Studio Fauvel - EPFL





    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)


    Image Sat Nov 09 2019 21:20:22 GMT+0100 (CET)

    Beatriz Freitas, Axonométrie éclatée de la trame, Studio Fauvel - EPFL


    En conséquence de notre travail final, nous avons observé que la structure de bois prenait énormément de place par rapport au muret. Nous avons alors essayer de s'imaginer à quoi ce muret servira après le démontage de la structure en bois à Evian. D'après nos hypothèses, après le démontage, le muret s'emparera de l'espace et pourra enfin exister pour lui-même. Il aura alors différentes fonctions pour chacun des passagers à Evian et il sera enfin mis en valeur avec son propre espace. Sa valeur prendra enfin sens.

    Pour vérifier tout cela, on vous laisse visiter le site pour vous-même car celui-ci a été démonté récemment.

  • MEASURES_Croquis

    Par Ackermann Remo, 27/10/19

    De faire plusieurs croquis d'abord va simplifer l'effort pour les dessins.

    Pour moi personellement j'ai besoin de deux croquis différent. La première façon des croquis sont des croquis qui m'aident à comprendre la structure et les dimensions (Croquis Moule; Croquis Général). Après dans un deuxième pas je fais des croquis qui sont plutôt la pour faciliter le dessin.(Croquis Plan; Croquis Elevation Sud) 


    Croquis_mouleImage Sun Oct 27 2019 14:25:37 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)Croquis_planCroquis_Elevation



    Croquis Moule                           Croquis Général                  Croquis Plan                        Croquis Elevation Sud