• Rencontre visuelle et parcours guidé

    Par Dujardin Solange, Kuenzi Elisa, 18/12/19

    Notre première idée s'inspire de la piscine de mer à Matosinhos d'Alvaro Siza. Une promenade dans un labyrinthe, débouchant sur une vue de mer. Le promeneur est guidé en traversant une série d'espaces créés par des plans horizontaux et verticaux. Lorsque le visiteur débouche sur la mer, une sensation de surprise se crée. 

    Notre projet se base sur cette création. Une ascension guidée à travers les projets. Arrivé en haut, le promeneur débouchera sur une plate-forme afin d'avoir une rencontre visuelle avec tous les autres projets. Il nous faut alors dialoguer avec nos collègues pour positionner au mieux notre projet dans le quadrillage de cette protostructure.



    Image Wed Dec 18 2019 12:43:46 GMT+0100 (CET)                                                        Image Wed Dec 18 2019 12:43:46 GMT+0100 (CET)            


  • Evolution du projet et autocritique

    Par Dujardin Solange, Kuenzi Elisa, 17/12/19

    L’idée et la forme de notre projet ont évolué au cours de la semaine. Il a été intéressant de le modifier pour essayer de le rendre plus cohérent et de s'adapter aux contraintes existantes.


    Nous avions dès le début en tête de mettre en avant le mouvement d’ascension guidée. Au départ, nous avions l’idée de réaliser des marches de plus en plus petites, tournant autour d’une des baguettes verticales de la proto-structure. Le but était de créer une impression d’oppression qui disparaissait à la fin de l’ascension. Nous avions placé un grand plan horizontal d’où il était possible d’observer l’ensemble des projets. La vue très étendue sur l'ensemble des projets procurait alors un sentiment de surprise.


    Puis nous avons fait évolué le projet, car nous avons pris conscience que notre construction ressemblait à un escalier et qu’il fallait d’avantage travailler avec des plans. De plus l’impression d’oppression n’invitait pas les personnes à monter. Nous avons donc décidé d’utiliser des plans placés à l’oblique, les uns au-dessus des autres pour suggérer cette idée d’ascension. Ceux-ci étaient maintenues par une baguette verticale rajoutée au milieu de la proto-structure autour de laquelle ils tournaient. Nous avons aussi essayé d'intégrer d'avantage notre structure au lieu, en reprenant la pente des trois plâtres inclinés, près de la baguette pour incliner nos plans. 

         

    Nous avons réalisé que la baguette n’était en fait qu’un outil pour positionner nos plans de telle façon qu’on puisse y grimper. Elle nous a en effet été utile pour positionner les trois plans ronds, notamment pour agencer les plans les uns par rapport aux autres. Cette étape passée, il devenait alors plus intéressant de travailler avec un plan central qui pouvait remplacer la tige.

    Nous avons aussi adapté notre construction à l’échelle 1:10 en augmentant la taille des plans, en calculant les pentes et en prenant en compte les hauteurs de marches standards. Nous avons réfléchi à faire en sorte qu'on puisse se tenir sous les marches debout, qu'on puisse accéder d'un plan à l'autre facilement, en levant les pieds.

    L’autre défi était de trouver une façon de stabiliser notre structure tout en stabilisant la proto-structure. Nous avons ainsi pensé à suspendre nos plans avec du fil, puis de les stabiliser grâce à la tige centrale puis essayé un système d’encoches. Cette dernière solution s’est révélée d’avantage efficace que les autres. 


     CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_109.jpg          CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_107.jpg          CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_108.jpg
                                   
  • Idée générale du projet

    Par Dujardin Solange, Kuenzi Elisa, 13/12/19

    Notre construction est composée d’un plan vertical sur lequel sont placés trois plans ronds, en carton blancs. Ces plans sont encastrés grâce à leurs entailles dans la protostructure, ce qui permet de les stabiliser. La pente des plans est la même que celle des trois plâtres du sol. 

    A l’échelle 1 :10 notre construction ressemble à un élément organique qui croît avec le temps. Il prend racine au niveau du sol, composé d’éléments en plâtre resserrés entre eux et formant une cavité protectrice. La protostructure quant à elle sert de support, de tuteur qui l’aide à monter. Un mouvement d’ascension est ainsi suggéré

    A l’échelle 1 :1, les différents plans obliques peuvent être grimpés. 


     CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_105.jpg                         CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_201.jpg


        

    Au début de la promenade les plans sont particulièrement inclinés, le champ de vision extérieur est alors plutôt restreint. Celui-ci s’agrandit lorsque les plans perdent progressivement cette inclinaison. Le troisième plan, le plus haut, est placé quasiment à l’horizontale. Ceci permet d’avoir une vision globale et étendue de l’ensemble des autres projets.

    Le plan central épouse la forme d'un des plâtres dont nous avons calculé la pente. Il permet de maintenir les disques tout en les inclinant. IL est à certains endroits coupé afin de ne pas bloquer le passage. Il devient une cloison au niveau du second plan. On peut s'imaginer que d'un côté des personnes s'assoient ou s'allongent alors que de l'autre des enfants se glissent dans le petit espace créé et s'y cachent. La création de ces petits coins se crée donc en coupant verticalement les plans horizontaux. Ces derniers sont plus ou moins grands et s'adaptent à l'échelle des différentes personnes. 

    La ligne directive est la même que celle de notre projet de planes. L’idée est de montrer, d’indiquer un point de vue aboutissant à une « rencontre visuelle » surprenante et inattendue. Nous y avons ajouté l’idée d’ascension progressive et guidée.


     CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_203.jpg                                                  CF_SCAFFOLDING_dujardinsolange-kuenzielisa_104.jpg


  • Kit de montage

    Par Bozon Ninon, Dujardin Solange, Kuenzi Elisa, Nguyen Huynh Maud, 03/12/19

    __________________________________________________________________________________________________________________

    Lors de la phase précédente nous avons travaillé sur l'idée du démontage et de l'éphémère des strucutures sur le site d'Evian.

    Nous avons exploité cet axe de réflexion en créant un kit de montage de notre structure qui la rende transportable, ainsi qu'adaptable à une multitude de terrains. 

    __________________________________________________________________________________________________________________

    ________ _ 3 parois à jonctions mécaniques __ les tissus sont cousus puis enfilés sur deux lattes____________________________________


                                                            Image Tue Dec 03 2019 20:11:35 GMT+0100 (CET)


    ________ _ 3 lattes de 1m40__________________________________________________________________________________________

    ______________________  __liaisons entre les parois___les parois deviennent des plans verticaux__________________________________

    _______ _ 3 lattes de 3m15___________________________________________________________________________________________


    ________ _4E__pièces clefs maintenant lattes de liaisons et parois aux quatres sommets___jonctions sèches__________________________

    ________ _4C__pièces clefs maintenant lattes de liaisons et parois aux quatres appuis au sol__jonctions sèches________________________


     Image Tue Dec 03 2019 20:11:35 GMT+0100 (CET)                                                                              Image Tue Dec 03 2019 20:11:35 GMT+0100 (CET)                    

    ________ _ 3 planches de détails seront scannées vendredi__________________________________________________________________

    __________________________________________________________________________________________________________________

  • La rencontre, ombres et Transparences

    Par Bozon Ninon, Dujardin Solange, Kuenzi Elisa, Nguyen Huynh Maud, 27/11/19

    La rencontre de nuit.

    Le site de l’EPFL change.

    Les usagers rentrent tard ; la fatigue 

    Les usagers sortent pour s’amuser ; l’aléllégresse

    l’euphorie de la nuit tardive est leur point commun.

    Les lampadaires créent des faisceaux de lumières. 

    Un jeux d’ombre chinoise, un cache-cache entres les toiles.

    Un sentiment d’espièglerie. 


     Image Wed Nov 27 2019 17:59:47 GMT+0100 (CET)        Image Wed Nov 27 2019 17:59:47 GMT+0100 (CET)         Image Wed Nov 27 2019 17:59:47 GMT+0100 (CET)

                                                                 


                                                              Image Sun Dec 01 2019 12:00:26 GMT+0100 (CET)

                                               Christophe Luci, Mains, 2015, fusain pastel sur papier, 150x150cm