• Post commun fin de phase ROOMS

    Par Ackermann Remo, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Gindroz David, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Mokaddem Khalil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Wasserfallen Benedict, 29/03/20

    Lors de cette phase, nous nous sommes intéressés au site de "la Mangrove", une berge sur le bord du Rhône, dans la commune de Genève. Ce site se caractérise par un havre de nature, au milieu de la vivante ville de Genève. Nous avons travaillés sur une rive accompagnée d'un mur pour éviter les inondations. Il y'a également une plateforme en béton avec un escalier. Le site est recouvert d'arbres dont la plupart sont des platanes. Il nous faut donc travailler avec respect pour ces derniers. Nous avons du également prendre en compte que l'accessibilité pour amener nos projets est quelque peu restreinte. 


    Image Mon Mar 30 2020 00:54:34 GMT+0200 (CEST)                   Image Mon Mar 30 2020 00:54:34 GMT+0200 (CEST)



    Image Sun Mar 29 2020 23:04:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)                     Image Sun Mar 29 2020 23:04:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Pour ce projet, nous avons travaillé avec le studio Maréchal autour de la même proto-structure (quadrillage en 3 dimensions, qui sert autant de support à nos projets que de lignes directrices pour nous repérer). Cette dernière étant relativement petite nous avons rapidement étés amené à dialoguer et à trouver des points d'ententes. Dans chaque projet, l'idée d'articulation et de dialogue avec les autres se retrouve centrale.

    Notre réflexion s'est basée sur la théorie des quatre éléments d'architecture de Semper, à savoir le sol, la couverture, le foyer et le toit et également sur le Codex d'Alice de la phase ROOMS. Comment définir un intérieur? Un extérieur?Comment créer une sensation d'intériorité ? Qu'est-ce qu'une ROOM?

    Enfin nous avons dû nous pencher sur des détails de construction. Pour certains il a fallu relever le défi d'être en porte-à-faux, pour d'autres celui d'être en hauteur. Il a fallu également prendre un certain recul et faire au mieux pour que les projets s'aident les uns les autres structurellement parlant. Certaines personnes ont également décidé de créer un projet préfabricable mais dans l'ensemble nous avons tous fait attention à la quantité de bois et des autres matériaux utilisés. 

    Vous trouverez ci-dessous les dessins communs au studio Fauvel et au studio Marechal. Nous vous conseillons de télécharger les documents via le lien afin d'observer notre travail avec une qualité meilleure.

    https://wetransfer.com/downloads/21972dce6ad83f74004291ea71a5da9e20200330061420/ddfd33abfdb20caeca923a466ede01ce20200330061420/784066


                            Plan commun 1:33


          Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)






                         Elévation transversale 1 1:33

                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)


                     

                       Elévation transversale 2 1:33
                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)


                         Coupe 1 1:33


                        Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)



                        Coupe 2 1:33  

                               Image Mon Mar 30 2020 08:24:33 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




     

                          Coupe 3 1:33


                   



        Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)



                       Coupe 4 1:33


                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST) 



                      Coupe 5 1:33


                      Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)




  • ROOMS CRITIQUE

    Par Hoxhaj Fjolla, 29/03/20



    Le lien ci-dessous permet de voir toutes les images de ce post sous forme de PDF:

    https://drive.google.com/open?id=178t2fPRMtKoKrkTSVl2Xa9G4QUEEkJw-


           Image Sun Mar 29 2020 18:23:32 GMT+0200 (CEST)



    Concept

    En arrivant sur le site de la Mangrove, nous sommes tout de suite obnubilé par le paysage. Ce que je veux faire avec mon projet, c'est créer un lieu où on oublie la vue et on se concentre sur d'autre sensations telles que les bruits, le vent ou tout simplement un lieu où on peut se reposer, réfléchir, soit un moment avec soi-même. Ainsi pour développer mon idée, je me base sur un des éléments de Semper qui est : l'enveloppe.

    Pour cela, je me suis rappeler une chose que tout enfant fait: un certain jeu lorsque le linge est tendu dehors. Cela en devient un jeu d'enfant mais aussi un endroit caché, où l'on ne voit plus rien autour de nous, un endroit qui apaise. C'est de tout ces élément que m'est venue alors l'idée de créer mon projet à l'aide de toile.

    Emplacement et structure

                        Image Mon Mar 30 2020 10:14:57 GMT+0200 (CEST)

    Pour mon projet, je me place dans les toutes premières cellules de la protostructure car ce sont celles que l'on rencontre en premier lorsqu'on emprunte le chemin qui nous amène sur le site. Cela crée une certaine continuité du chemin puisqu'à la suite de mon projet, il y a d'autres projets qui sont aussi une sorte de continuité.

    On peut le voir avec le projet de Basile qui lui vient se lier à l'une des ouverture de mon projet.

    Pour construire mon projet, j'ai décidé de faire deux niveaux différents de toiles l'un qui crée le contour de mon projet et l'autre plus haut, créant ainsi une sorte de cocon au centre. Ce deuxième niveau permet ainsi d'interpeller encore plus les personnes venant sur le site car ces toiles se remarquent de loin. Le projet comprend plusieurs ouvertures ainsi les personnes venant d'autres projet peuvent aussi y accéder.

    Image Sun Mar 29 2020 18:45:30 GMT+0200 (CEST) Image Sun Mar 29 2020 18:45:30 GMT+0200 (CEST)    Image Sun Mar 29 2020 17:17:16 GMT+0200 (CEST)Image Mon Mar 30 2020 12:30:15 GMT+0200 (CEST) 

    Pour les détails constructifs, je me suis inspiré des pinces utilisées couramment pour en créer de sorte à ça qu'elles se "clipsent" sur la protostructure et un système de rail pour suspendre la toile à l'aide aussi de tige métallique. 

    Je coupe la protostructure de sorte à ce que le passage ne soit pas obstrué par des poutres et je la renforce afin que le poids de structure puisse tenir sur la protostructure.
                                

    Image Mon Mar 30 2020 07:36:41 GMT+0200 (CEST)Image Sun Mar 29 2020 17:17:16 GMT+0200 (CEST)Image Sun Mar 29 2020 17:53:42 GMT+0200 (CEST)                Image Sun Mar 29 2020 17:53:42 GMT+0200 (CEST)






    Le lien qui se fait aussi avec les autres projets est que l'une des toiles d'un autre projet me permet de l'utiliser aussi comme toiles pour mon projet et ainsi crée un lien entre nos deux projet de par les deux ouvertures qui se joignent mais aussi par une séparation commune.
    Image Sun Mar 29 2020 17:53:42 GMT+0200 (CEST)


    Image Sun Mar 29 2020 17:53:42 GMT+0200 (CEST)Image Mon Mar 30 2020 08:11:30 GMT+0200 (CEST)













  • Sans vue mais 100 sensations

    Par Hoxhaj Fjolla, 01/03/20


    1er pas, un homme me bouscule, il s’excuse. 

    2ème pas, une jeune femme passe devant moi en courant.

    3ème pas, une voiture passe à vive allure.

    4ème pas, l’annonce dit : « le train en direction de Martigny est supprimé », j’entends des klaxons.

    5ème pas, il n’y a que des bâtiments tout autour de moi.

     

    6ème pas … 6ème pas ? Je suis perdu. Tout tourne autour de moi, tout a une direction autour de moi … sauf moi.

     

    7ème pas hésitant, un arrêt de bus.

     

    8ème pas, je monte dans le bus.

    9ème pas, je descend du bus.

     

    10ème  pas, une forêt est devant moi.

     

    11ème pas, je suis un chemin.

    12ème pas, je suis perdu ?

    13ème pas, une vue magnifique.

    14ème pas, une structure en bois.

    15ème pas, des voiles.

     

    16ème pas, je vois blanc,  j’entends … j’entends l’eau, les feuilles, les oiseaux, le grincement de la structure en bois, je sens le vent, je m’assois, je ferme les yeux, je pense.

     

  • Forget seeing until you remember feelings

    Par Hoxhaj Fjolla, 01/03/20






    Premier pas

    Après quelques minutes de marche, nous nous retrouvons sur un site magnifique avec une vue sur le Rhône. L'endroit est si calme, comme loin de tout, il n'y a que nous et la nature. C'est une sensation assez bizarre si l'on tient compte que quelques minutes auparavant nous nous étions comme au milieu d'un chaos: une ville qui vit à vive allure, des personnes stressées qui vous bousculent, d'autres qui râlent à cause des retards de train et vous au milieu comme si vous étiez invisible, tout bouge très vite à vous en donner le tourni. Puis, ce site où tout est calme.

          ROOMS_CF_hoxhajfjolla_101

                                                                            Vue depuis le site


     Intentions spatiales


    Pour pouvoir commencer notre réflexion, on nous a tout d'abord présenté l'interprétation des 4 éléments de Gottfried Semper:

    Le Foyer > élément central > matériaux coulés, moulés                                                              
    La Toiture > élément protecteur > matériaux assemblés, connectés, tendus
    L’Enveloppe > élément de limite verticale > matériaux tissés, interdépendants, fixés
    Le Sol > élément de contact avec le sol > matériaux posés, creusés, ancrés        


    Sur la base de ces 4 éléments et nos intentions de projet, une première idée est née: 

    Le but est de créer un espace intime, calme mais aussi de jouer avec les sens, dans mon cas, faire oublier la vue et se concentrer sur l'ouïe et ce à l'aide du troisième élément de Gottfried Semper: l'Enveloppe.

    1ère idée: continuité d'un chemin qui est enveloppé de toiles créant cette notion d'intimité mais aussi la perte de la vue dans le sens où l'on n'est plus obnubilé par la vue mais on fait plus attention aux bruits autour de nous, tel que le Rhône, les feuilles des arbres,... Un peu comme lorsque nous étions enfant, que le linge était tendu dehors et que nous commencions à jouer, à se créer un parcours.


          Image Sun Mar 01 2020 09:45:22 GMT+0100 (CET)


                                                                        Premier croquis, premier essai


    Pour ressentir encore plus cette intimité, pour créer un calme où l'on peut juste penser, se reposer, laisser nos pensées divaguer, le "chemin" du croquis est devenue plus une sorte d'élément central qu'un parcours.

    Le projet est en deux phases: l'une où l'on rentre dans un élément avec une enveloppe très haute comme lorsqu'on rentre dans un bâtiment, donc c'est un espace commun puis l'autre phase est lorsqu'on rentre dans un élément dont la hauteur de l'enveloppe est plus basse que celle qui la précède donnant l'impression de rentrer dans une sorte de cocon, d'endroit intime.



    Recherche de matériaux

    Pour faire une enveloppe, plusieurs éléments viennent en tête: Panneaux (bois), toiles (tissus) et bâche.

    Pour pouvoir choisir, j'ai fait une liste concernant chaque matériau:

    Panneaux: rigide - pas transparent - lourd - résistant - fixe                               

    Toiles:   léger - semi-transparent - perméable à l'eau - mobile    

    Bâches: léger - opaque - perméable d'un côté mobile - plus rigide que les toiles

                       

    Mon choix s'est porté sur les toiles car les 2 autres matériaux ne permettaient pas de garder une notion de mouvement et l'un ne laissait pas passer la lumière et l'autre n'est pas un matériau dont la texture permet d'avoir cette sensation de légèreté malgré son poids.


    Logique constructive

    Afin d'avoir des toiles suspendues et accrochées à la protostructure, je me suis inspirée de tout ce que l'on peut voir avec les systèmes utilisés pour les rideaux:

      Image Sun Mar 01 2020 09:45:22 GMT+0100 (CET)Image Sun Mar 01 2020 09:45:22 GMT+0100 (CET)

    Croquis sur différent types de systèmes d'accrochages


    Le système de pincement est celui que j'ai choisi car il permet de bien bloquer le tissu et d'éviter qu'il ne se déchire si l'on pratique des trous dans celui-ci. Cependant, il faut aussi trouver un moyen de s'accrocher à la protostructure. Un moyen de se "cliper" dessus semble être le meilleur moyen pour une partie de la protostructure, un autre moyen serait à l'aide d'un trou, le tout en faisant passer une corde à l'intérieur de ceux-ci mais c'est finalement un système d'accrochages partout avec parfois un ajout de poutres permettant la réalisation de ce système, mais suite à ces différents systèmes et aux coupes faites dans la protostructure, il faudra renforcer la protostructure :


             Image Sun Mar 15 2020 12:04:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)    Image Sun Mar 15 2020 12:48:14 GMT+0100 (CET)

                   détail pour la suspension de la toile                        réflexion sur le détail d'accrochage




    Image Sun Mar 15 2020 12:48:14 GMT+0100 (CET)

                                                                        1er essai maquette 



    Image Sat Mar 21 2020 08:00:26 GMT+0100 (CET)Image Sat Mar 21 2020 08:00:26 GMT+0100 (CET)

    2ème essai, dessin

    Image Sun Mar 15 2020 12:48:14 GMT+0100 (CET)

                                                                                2ème essai, maquette


                Image Sun Mar 15 2020 12:59:17 GMT+0100 (CET)Image Sun Mar 15 2020 12:59:17 GMT+0100 (CET)Image Sun Mar 15 2020 12:59:17 GMT+0100 (CET)Image Sun Mar 15 2020 12:59:17 GMT+0100 (CET)

                                                                                  Parcours

     Image Sun Mar 15 2020 14:24:41 GMT+0100 (CET) Image Sun Mar 15 2020 14:24:41 GMT+0100 (CET)Image Sun Mar 15 2020 14:24:41 GMT+0100 (CET) Image Sun Mar 15 2020 14:24:41 GMT+0100 (CET)

     3ème essai, maquette

     Image Sat Mar 21 2020 08:39:30 GMT+0100 (CET)

      3ème essai, dessin         







               

                    










  • Discours sur la démarche

    Par Ackermann Remo, Asoanya Jovita, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Fauvel Camille, Freitas Beatriz, Gindroz David, Hoti Arta, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Maturo Laura, Mokaddem Khalil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Ugnivenko Doris, Wasserfallen Benedict, Weissbaum Zoé, 18/12/19

    Le but du workshop étant de prolonger la réflexion de la phase précédente, à savoir PLANES, nos premières spéculations tournent autour de notre ancien projet.

    Chaque binôme reprend l’essence de son projet afin d’en élaborer un nouveau.

    Nous continuons de travailler avec des plans. La révélation de différents espaces sur des plans horizontaux, verticaux ou encore obliques est le point-clé de chacune des trames du studio. Chaque plan créé révèle deux espaces, l’un au dessus et l’autre en dessous. Un jeu est ainsi créé, engendrant une réelle dynamique. On peut imaginer un parcours à travers les différents projets où l’on découvrirait plusieurs espaces, plans et niveaux distincts. Plusieurs éléments de différents projets peuvent entrer en contact avec les plans des autres projets et ainsi permettre un échange humain entre ces différents niveaux. Le dialogue entre nos projets se crée alors via un parcours pédestre.

    Un des points clés des projets s’est orienté sur la sensation que peuvent nous procurer les différents espaces. En effet se placer en dessus ou à l’inverse au dessous du même plan nous fait ressentir l’espace d’une manière différente. La taille, l’inclinaison et la hauteur des différents plans procurent différents ressentis.

    Ainsi, nous avons été attentifs à l’utilisation potentielle de nos projets par un être, l’idée étant  d’offrir des sensations nouvelles aux usagers. Les projets ont donc été pensés à l’échelle 1:10.

    Chaque cellule est unique et diffère des autres grâce à la topographie fictive. Le point de départ de chaque projet a donc été d’étudier le rapport au sol. Certains reportent la topographie en orientations de plan et certains jouent avec la création d’espaces au sol.

    De plus, il existe une alternance entre les projets de notre studio ; certains s’encrent directement au sol et stabilisent la protostructure. Alors que d’autres sont suspendus et utilisent la protostrcure comme élément de soutien. Sachant que la protostructure peut se porter elle-même en deçà d’une certaine limite. C’est grâce aux projets de consolidations que les projets suspendus peuvent exister. Les projets interagissent entre eux, et s’entraident.

    Cela crée une unité, qui permet de considérer l’ensemble des projets comme un projet global.