Conclusion de la phase measures

Par Kuenzi Elisa, Takatch Valentina, 09/11/19

Comment étudier un projet ? Instinctivement, nous répondrions qu’il faudrait d’abord le mesurer. Mais qu’est-ce que la mesure nous apporte à la compréhension du projet ? La mesure ramène à la standardisation. C’est l’idée de codification. D’après Platon la mesure se pratique dans la sphère de l’immuable et permet de tirer l’âme humaine vers la réalité. Or le projet que nous avons étudié à Evian est éphémère. Comment la mesure pourrait-elle donc s’appliquer dans un tel contexte ? Le ressenti d’un espace étant très individuel, il s’agit de trouver un moyen de le traduire dans une forme compréhensible pour tous. La traduction se rapporte au langage et permet de passer d’une langue à une autre. Le ressenti peut être donc assimilé à une langue ou plus justement à un dialecte étant une notion très personnelle et donc très localisée. La seule langue étant totalement universelle est celle des mathématiques. Elle possède un alphabet composé de caractères qui lui sont propres et sa grammaire est très stricte et rigoureuse. Seules les unités, sortes de clés convertissant des notions abstraites, peuvent varier d’une région du monde à une autre. L’unité métrique est la clé de conversion qui s’applique notamment à la Suisse et la France. Cette dernière permet de passer de la notion abstraite de l’expérience spatiale individuelle à une distance traduite en chiffres. 

Notre interstice est la matérialisation de l’interaction entre le sol, la protostructure et le projet. Il est formé notamment par un décalage entre le projet et la protostructure créé par une cale qui offre ainsi une distinction nette entre l’élément portant et l’élément porté.



Image Sat Nov 09 2019 14:45:26 GMT+0100 (CET)         Image Sat Nov 09 2019 14:45:26 GMT+0100 (CET)        Image Sat Nov 09 2019 14:45:26 GMT+0100 (CET)         Image Sat Nov 09 2019 14:45:26 GMT+0100 (CET)


De gauche à droite : Plan et élévation générale de la protostructure avec projet 1:10 ;Monge de la protostructure et du projet à l'endroit du détail 1:10 ;Axonométrie éclatée du détail 1:2, format vignettes; Axonométrie détail 1:2



Un futur possible pour la structure:


Nous sommes en 2021, il ne reste plus de traces de la structure en bois à Evian. Démontée, elle est réutilisée par les nouveaux élèves d’architecture. Ils essaient tant bien que mal de la mesurer pour découper des pièces utiles à leur nouveau projet ne sachant trop comment, car embêtés par les trous laissés par les vis, cicatrices et seuls témoins de la vie antérieure de ce bois en tant que projet architectural. Si Platon considère que la mesure ne s’applique qu’à l’immuable, la réutilisation de l’éphémère ne s’inscrit-elle pas également dans une forme d’éternité? L’éphémère mérite alors également d’être mesuré.