AU VOILE !

Par Ackermann Remo, Freitas Beatriz, 17/12/19


Tout au long de la proto-structure, nous avons plusieurs cellules identiques. Chacune est limité par des plans horizontaux et verticaux que nous pouvons représenter par une boîte. Notre idée de base a été de déterminer plusieurs plans dont le milieu de la cellule serait l’intersection de tous ces plans de cette boite. Nous avons alors utilisé une ficelle ancrée au sol par des points de rattachement, chacun appartenant à une cellule voisine. Cette ficelle représente des câbles qui exercent une force de traction importante sur toute la proto-structure. A partir de cette idée, on a pu mettre en relation les plans qui s’intersectent et la proto-structure. En insérant une baguette flottante, qui représente le milieu et le point de départ de tous les plans, nous avons rigidifier la proto-structure qui en sois, n’était pas très stable. 


Image Wed Dec 18 2019 12:37:03 GMT+0100 (CET)

Remo Ackermann, Croquis démarche conceptuelle, carnet Moleskine, 11 dec 2019, Studio Fauvel - EPFL


Ce plan reprend les horizontales de la cellule, ce qui nous amène à la continuité qui nous avions développé dans la phase « PLANES ». De plus, notre plan n’est non seulement à l’intérieur de la cellule mais aussi à l’extérieur, ce qui nous ramène de nouveau à notre projet dans « PLANES ». Nous avons donc un jeu de vas-et-viens entre intérieur et extérieur, une forme de continuité qui s’imprègne dans tous le plan grâce aux ficelles. 


Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Remo Ackermann, Projet Scarffolding, échelle 1:10, 18 déc 2019, Studio Fauvel - EPFL


La ficelle dessine dans l’espace la direction du plan qui représente aussi une ligne de plusieurs plans. Ceux-ci coupent tous la cellule initiale. Chacun de ces plans a des caractéristiques particulières qui influencent la boite à son propre façon. En ajoutant des plans, de nouveaux espaces se créent et d’autres qui se transforment ou se perdent.



Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Plan, échelle 1:10, 16 déc 2019, Studio Fauvel - EPFL



Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

Remo Ackermann, Elevation, échelle 1:10, 17 dec 2019, Studio Fauvel



Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Remo Ackermann, Axonométrie des noeuds, échelle 1:5, Studio Fauvel - EPFL


Nous nous sommes concentrés sur un seul plan qui nous est spécifique par son ambiguïté. En effet, le plan que nous avons choisit est fait de plâtre armé. Le carton, en échelle 1:1, la construction ne serait pas possible avec du carton. Notre plan est fait de plâtre armé avec une fine couche de 3mm. Le but est donc de déstabiliser la structure avec une matière lourde. 



Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, détail 1er moule du plan, 28cm x 54cm x 3 mm, carton, Studio Fauvel - EPFL




Image Wed Dec 18 2019 11:22:30 GMT+0100 (CET)

Remo Ackermann, moule du 2ème plan, 28cm x 54cm x 3 mm, carton, Studio Fauvel - EPFL


En plâtrant le plan, le grillage s'est avéré trop fort par rapport à la matière du plâtre. Notre maquette s'est alors courbée de façon légère. De plus, notre idée a été de jouer sur la rigidité de la structure. Pour cela, il fallait adapter notre moule à 3mm ou 5mm d'épaisseur ou rigidifier les noeuds. Nous avons choisis de garder les "noeuds de construction" et le "noeuds en huit" comme base et adapter notre maquette en plâtre. Nous avons fait un deuxième moule sans le grillage en fer pour amener moins de poids à la maquette. 


Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Remo Ackermann, 1er plâtre (armé), 28cm x 54cm x 3mm, Studio Fauvel - EPFL




Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Remo Ackermann, détail plâtre armée, 5mm x 5mm x 0,5mm, fil de fer, Studio Fauvel - EPFL


Cependant, nous avons changé d’optique et nous avons retiré la baguette en bois. Car elle n’a ici plus d’importance puisque nous nous intéressons désormais au maintient de la proto-structure et comment nous pouvons jouer sur sa rigidité. Pour cela, nous avons mis en place deux système de noeuds. Le premier est soumis aux baguettes en bois de la proto-structure et au rattachement au sol afin de consolider la structure.


Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Remo Ackermann, adaptation du noeud de construction, ficelle, 18 déc 2019, Studio Fauvel -EPFL


La ficelle joue donc un rôle important car elle doit supporter le pois du plan et soutenir la proto-structure elle-même. Elle détermine aussi notre plan car trois lignes forment le contour de notre triangle qui ressemble à un voile portant sur la proto-structure.


Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

Beatriz Freitas, Remo Ackermann, noeuds en huit, ficelle, 18 déc 2019, Studio Fauvel - EPFL




Image Wed Dec 18 2019 11:29:26 GMT+0100 (CET)

Remo Ackermann, détail du noeuds de construction, ficelle, Studio Fauvel - EPFL

Ce point est devenu le sujet principal de notre projet car grâce à notre système de rattachement au sol et de la liaison de notre proto-structure, les autres cellules voisines se retrouvent consolider entre elles, ce qui était moins le cas auparavant. Notre projet n’a alors pas qu’un but individuel mais il permet aux autres projet de mieux coexister ensemble et avoir un meilleur équilibre entre eux par notre système de ficelle. 


Image Tue Mar 31 2020 15:04:23 GMT+0200 (Mitteleuropäische Sommerzeit)


Finalement notre plan incliné sert comme toiture pour couvrir le sol qui a en soi une structure particulaire. Ce jeu entre le sol et le plan crée des endroits intéressants qu’on pourrait s’imaginer des personnes s’poser dessous. Avec le projet de Basil et Matéo il s’établit même un petit parcours/chemin.