• Investigations du groupe liaisons

    Par Kuenzi Elisa, Mokaddem Khalil, Pleines Felix, Suter Axelle, Takatch Valentina, Wasserfallen Benedict, 08/04/20

    Durant la phase précédente "ROOMS", des projets individuels ont été élaborés. Pour cette nouvelle phase "HOUSES" nous allons faire un projet de studio. Nous avons donc chacun choisi et relevé les points clés de nos projets que nous voulions garder pour ce nouveau projet. Ces derniers peuvent être constructifs, conceptuels, axés sur le terrain, sur les matériaux ou encore sur l'accès. De plus nous avons observé qu'une grande partie de nos projets personnels étaient axés sur le cheminement. Ce cheminement est le point de départ de notre projet commun.

    Le studio a été divisé en trois groupes afin de se répartir le travail et être plus efficaces. Chaque groupe est divisé en sous groupes. Chaque sous groupe travaille en commun avec les autres sous groupes des autres groupes. De cette manière une certaine homogénéité se crée. / Groupes: entrée, parcours et liaisons & Sous groupes: transversal et structurel

    Nous faisons partie du groupe liaisons. Nous sommes donc chargés de lier notre projet à ceux de nos voisins, à la protostructure et au site. Ces liaisons doivent impérativement offrir une cohérence entre tous les projets. Que ce soit d'un point de vue constructif ou conceptuel il est important qu'une certaine osmose se crée.

    Sur la planche de recherches ci-dessous nous avons donc tiré de nos projets précédents ce que nous trouvions le plus intéressant et le plus utile pour notre groupe.


    Image Wed Apr 08 2020 22:32:08 GMT+0200 (CEST)


    Pour compléter les différents mots-clés de la planche, ci-dessous de quoi vous éclairer : 

    En haut à gauche, deux axonométries vous expliquent que nous souhaitons garder une certaine efficacité sur le chantier en préfabriquant plusieurs parties du projet. De cette manière, en arrivant sur le chantier il nous suffit d'assembler les différents éléments et cela permet d'aller beaucoup plus vite. Il faut néanmoins prendre en compte le poids de ces derniers afin que toute personne puisse les transporter sans trop d'efforts.

    En bas à gauche, un zoom sur une manière d'assembler, qui peut être utilisé pour les matières textiles notamment. Dans ce cadre, la notion de tissage est une notion qui nous semble intéressante. Le mot tisser peut être traité de deux manières différentes. Tisser peut être admis au sens propre, comme l'action de tisser. Mais l'on peut aussi appréhender ce mot dans un autre sens, comme "tisser des liens". Allier ces deux significations pourrait être quelque chose à creuser. L'idée de l'économie de moyens, que nous exploitons depuis le début de l'année avec notre studio, reste un sujet clé dans notre travail. 

    En haut au milieu, un dessin qui nous explique à quel point il est important de garder une certaine cohérence et homogénéité entre les projets. Ce dernier nous fait également comprendre qu'il souhaite garder une liaison directe avec le Rhône. Enfin l'utilisation de la construction en amont est également intéressante à exploiter.

    En bas au milieu, une série d'axonométries qui nous parle de liaisons. Une première avec la protostructure et un élément réglable, ce dernier permettant de garder un lien entre la protostructure et le projet tout en offrant une flexibilité quant au positionnement du projet dans cette dernière. Une deuxième liaison se crée en renforçant la protostructure avec le projet. Enfin la dernière liaison est faite d'un système d'accroche. En effet, en s'accrochant au muret, le projet crée une liaison avec ce dernier. Le système proposé ici permet non seulement une accroche mais également un moyen d'accéder au Rhône à partir du muret. Un lien se crée entre le projet, le muret et l'eau.

    En haut à droite, à nouveau une volonté de préfabrication mais cette fois adaptable à une variété de situations différentes. De plus, une forte envie de guider les usagers vers certains endroits du site particulièrement intéressants.

    En bas à droite, une reprise de l'assemblage de la protostructure afin de rigidifier le projet tout en faisant attention de rester dans une optique d'économie de moyens.

  • Post commun fin de phase ROOMS

    Par Ackermann Remo, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Gindroz David, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Mokaddem Khalil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Wasserfallen Benedict, 29/03/20

    Lors de cette phase, nous nous sommes intéressés au site de "la Mangrove", une berge sur le bord du Rhône, dans la commune de Genève. Ce site se caractérise par un havre de nature, au milieu de la vivante ville de Genève. Nous avons travaillés sur une rive accompagnée d'un mur pour éviter les inondations. Il y'a également une plateforme en béton avec un escalier. Le site est recouvert d'arbres dont la plupart sont des platanes. Il nous faut donc travailler avec respect pour ces derniers. Nous avons du également prendre en compte que l'accessibilité pour amener nos projets est quelque peu restreinte. 


    Image Mon Mar 30 2020 00:54:34 GMT+0200 (CEST)                   Image Mon Mar 30 2020 00:54:34 GMT+0200 (CEST)



    Image Sun Mar 29 2020 23:04:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)                     Image Sun Mar 29 2020 23:04:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Pour ce projet, nous avons travaillé avec le studio Maréchal autour de la même proto-structure (quadrillage en 3 dimensions, qui sert autant de support à nos projets que de lignes directrices pour nous repérer). Cette dernière étant relativement petite nous avons rapidement étés amené à dialoguer et à trouver des points d'ententes. Dans chaque projet, l'idée d'articulation et de dialogue avec les autres se retrouve centrale.

    Notre réflexion s'est basée sur la théorie des quatre éléments d'architecture de Semper, à savoir le sol, la couverture, le foyer et le toit et également sur le Codex d'Alice de la phase ROOMS. Comment définir un intérieur? Un extérieur?Comment créer une sensation d'intériorité ? Qu'est-ce qu'une ROOM?

    Enfin nous avons dû nous pencher sur des détails de construction. Pour certains il a fallu relever le défi d'être en porte-à-faux, pour d'autres celui d'être en hauteur. Il a fallu également prendre un certain recul et faire au mieux pour que les projets s'aident les uns les autres structurellement parlant. Certaines personnes ont également décidé de créer un projet préfabricable mais dans l'ensemble nous avons tous fait attention à la quantité de bois et des autres matériaux utilisés. 

    Vous trouverez ci-dessous les dessins communs au studio Fauvel et au studio Marechal. Nous vous conseillons de télécharger les documents via le lien afin d'observer notre travail avec une qualité meilleure.

    https://wetransfer.com/downloads/21972dce6ad83f74004291ea71a5da9e20200330061420/ddfd33abfdb20caeca923a466ede01ce20200330061420/784066


                            Plan commun 1:33


          Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)






                         Elévation transversale 1 1:33

                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)


                     

                       Elévation transversale 2 1:33
                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)


                         Coupe 1 1:33


                        Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)



                        Coupe 2 1:33  

                               Image Mon Mar 30 2020 08:24:33 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




     

                          Coupe 3 1:33


                   



        Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)



                       Coupe 4 1:33


                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST) 



                      Coupe 5 1:33


                      Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)




  • ROOMS, critique

    Par Suter Axelle, 21/03/20

    Le lien ci-dessous permet d'accéder à tous les documents sous forme PDF, pour plus de lisibilité :

    https://drive.google.com/file/d/1Ahj8XepNoNmxRXMn-DBs8i-twDFCKQWR/view?usp=sharing


    Après avoir réfléchi aux difficultés et problèmes qui apparaissaient dans les premières propositions, un projet éclot.

    La structure se compose de deux ensembles. Après une trajectoire propre à chacune d'elles, les deux parties se rejoignent, formant un tissage. Le cheminement de chacune des parties est déterminé soigneusement, en prenant en compte site, protostructure et autres projets.



    Image Tue Mar 31 2020 08:41:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Tue Mar 31 2020 08:41:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Monge, échelle 1:33 


    La partie inférieure de la structure avait été réalisée en maquette, à l'atelier.

    Image Sat Mar 21 2020 23:47:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Sat Mar 21 2020 23:19:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                       Trame 4                                                                                   Trame 6


    Image Sat Mar 21 2020 23:19:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Relation au site - relation au corps 

    La structure prend tout son sens lorsqu’elle est mise en relation avec le site. Avec ses formes souples, elle exprime assez bien cette idée de légèreté que l’on retrouve dans l’eau. De plus, elle dirige le regard vers l’autre rive et, dans sa trajectoire pour y parvenir, ce dernier rencontre l’eau du Rhône. Le projet parvient ainsi, assez sobrement, à exprimer cette relation à l'eau. 

    Un parallèle entre la Jonction – les eaux de l'Arve et du Rhône qui se mélangent – et la structure se met en place. La Jonction intervient comme une inspiration dans ce projet. En effet, la composition reprend vraiment l'idée de brassage, de mélange. Les deux cours d'eau, le Rhône et l'Arve, se confondent. Tout comme le font les deux ensembles de fil de la structure.

    Image Mon Mar 30 2020 07:12:21 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Eaux de l'Arve et du Rhône à La Jonction

    Un espace est vécu par notre propre expérience corporelle. C'est pourquoi le projet est pensé à l'échelle humaine. Cela engendre un rapport direct avec le corps.


    Les éléments de Gottfried Semper

    Le projet s'est aussi développé à partir de l'idée des quatre éléments de l’architecture – que sont le foyer, la toiture, l’enveloppe et le sol. Ces éléments peuvent chacun être associés à un certain type de mise en œuvre. 

    Parmi eux, l'enveloppe me paraissait particulièrement intéressante. En rapport direct avec tout ce qui l'entoure, elle permet de révéler des espaces. À partir de la notion d’enveloppe se crée aussi celle d'une intériorité. En effet, les éléments de l'architecture contribuent à la création de cette intériorité. Le mouvement à travers la structure ne peut que nous conforter sur ce point.


    Logique constructive

    Une réflexion se fait, à propos du matériau à utiliser. Finalement la slackline semble être une solution idéale. À la fois assez modelable, de par sa souplesse, la slackline est aussi un matériaux solide.


    Image Mon Mar 30 2020 11:36:35 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Aussi, pour mieux se rendre compte des quantités de matériaux nécessaires, la longueur totale – de bois et de slackline – ainsi que le poids sont calculés.

    Image Mon Mar 30 2020 10:13:49 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Le système constructif mis en place tend à être le plus économe possible. Il utilise très peu de bois et reste néanmoins efficace. En réalité, 2 types de systèmes sont mis en place. Le premier assemblage permet de bloquer les slacklines, au début et à la fin de leur trajectoire. Entre deux, il existe un dispositif d'entailles qui va permettre de diriger et de stabiliser les slacklines.

    Image Mon Mar 30 2020 06:59:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    axonométries de détails constructifs, échelle 1:10



    Un dialogue entre projets

    Le projet fonctionne évidemment en relation avec les autres. Une interaction se crée entre tous les projets.

    Image Sun Mar 29 2020 20:53:06 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    perspective, échelle 1:33

    Image Mon Mar 30 2020 13:40:44 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Mar 30 2020 13:40:44 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    séquence perspectives - relations, échelle 1:33


    - en haut à gauche : La partie inférieure de la structure est étroitement liée au projet de Nanda. Débutant par une sorte de plateforme abritée par ses escaliers, elle se termine par un second plateau se situant au même niveau que le haut de l'escalier. Les deux structures créent 

    - en haut à droite : La partie supérieure de la structure amènent le regard vers le projet de Maud, la partie supérieure des deux projets étant située au même niveau. Ensemble, les deux structures offrent une trajectoire pour le regard , ils amènent vers le Rhône.

    - en bas à gauche : Le projet de Benedict forme une sorte de chemin au dessous de ma structure. Les deux projets proposent ensemble une sorte de balade. 

    - en bas à droite : Comme une enveloppe qui à un moment se transforme en toiture, le projet abrite en quelque sorte le projet de David.


     Image Sat Mar 21 2020 23:19:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Sat Mar 21 2020 23:47:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sat Mar 21 2020 23:47:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

       représentation des liens entre projet, maquette 1:10

  • ROOMS, processus

    Par Suter Axelle, 02/03/20

    Démarche commune 

    La phase ROOMS débute. Une protostructure, semblable pour tous les studios, se met en place. 

    L'idée est de créer une room. Cependant, ce terme est ambigu et difficilement traductible en français. Deux acceptations différentes sont possibles : in building et space. Mais dans ces ensembles,  le mot peut encore être associé à beaucoup de traductions. Un travail doit alors se faire, sur la signification à donner à ce terme dans le cadre de cette phase ROOMS, peut-être n'y a-t-il pas de bonne ou mauvaise traduction ?


    Découverte du site – La Mangrove

    Une première visite se fait. Afin de mieux comprendre l'espace, on décide de tous se placer aux bords des cellules de la future protostructure. Cela crée une sorte de grille imaginaire, qui permet directement de se projeter.

    Image Mon Mar 16 2020 09:20:17 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Mon Mar 16 2020 09:20:17 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Le site est magnifique,un petit espace hors du temps. En complet décalage avec l'immense ville dans laquelle il se trouve, il constitue un espace agréable à vivre. À quelques pas de là, la Jonction, où se mélangent les eaux du Rhône et de l'Arve.

    Image Fri Mar 20 2020 12:12:44 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Sat Mar 21 2020 21:18:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                        La Jonction, par beau temps                                                 La Jonction, par mauvais temps


    Réflexion

    Les quatre éléments de l’architecture – que sont le foyer, la toiture, l’enveloppe et le sol - sont primordiaux. Chacun d'eux peut être associé à un certain type de mise en œuvre.

    L'enveloppe est un élément particulièrement intéressant. En rapport direct avec tout ce qui l'entoure, elle permet de révéler des espaces. À partir de la notion d’enveloppe se crée aussi celle d'une intériorité. En effet, les éléments de l'architecture contribuent à la création de cette intériorité. Le mouvement à travers la structure ne peut que nous conforter sur ce point.

    Création d'une petite protostructure au 1:33, afin d'expérimenter, de tester.

    Image Sun Mar 08 2020 22:26:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Sun Mar 08 2020 22:26:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition

    De ces dernières considérations éclot une première esquisse de projet.

    Image Sun Mar 08 2020 22:26:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sun Mar 08 2020 22:26:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                          Monge du projet , échelle 1:33                               Axonométrie d'un détail constructif, échelle 1:10


    Image Sat Mar 21 2020 22:41:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Sun Mar 08 2020 22:26:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) Image Sat Mar 21 2020 22:41:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Maquette - esquisse de projet - échelle 1:33   


    Détails constructifs

    Penser en taille réelle est le moyen qui permet de mettre en place un système constructif cohérent. L'assemblage doit être à la fois efficace, économe et esthétique. Après plusieurs tests constructifs, un système d'attache est déterminé. Un test au 1:1 est réalisé afin de contrôler la solidité du système.

    Image Fri Mar 20 2020 12:32:13 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    noeud de la protostructure, échelle 1:1

    Un autre dispositif est mis en place, c'est un système d'entailles. Ce dernier va permettre, à la fois, de maintenir et de donner un rendu beaucoup plus esthétique, le bout de bois et les slacklines se retrouvant sur une seule et même ligne.


    Image Sat Mar 21 2020 22:54:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    bouts de bois entaillés, échelle 1:10


    Scénario

    Mangrove, été 2020

    Une jeune femme se balade. Un peu plus loin, ses deux enfants s'amusent. C'est un beau dimanche du mois d'août, il fait chaud, il fait beau. 

    Balade en forêt banale, et découverte spéciale. La petite famille arrive au bord du Rhône, sur un site bâti. Une immense structure en bois se dresse à travers les arbres. Assez régulière en soi, elle contient tout un tas de petites constructions. L'une d'entre elles retient tout de suite l'attention de la mère. Souple, légère et ondulée, elle correspond bien à l'esprit de tranquillité des balades en famille. Elle s'assoit, juste à côté de la structure, heureuse. 

    Les enfants continuent de sautiller, de rire et de courir. Dans leurs petites têtes se crée un immense imaginaire. 



  • Discours sur la démarche

    Par Ackermann Remo, Asoanya Jovita, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Fauvel Camille, Freitas Beatriz, Gindroz David, Hoti Arta, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Maturo Laura, Mokaddem Khalil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Ugnivenko Doris, Wasserfallen Benedict, Weissbaum Zoé, 18/12/19

    Le but du workshop étant de prolonger la réflexion de la phase précédente, à savoir PLANES, nos premières spéculations tournent autour de notre ancien projet.

    Chaque binôme reprend l’essence de son projet afin d’en élaborer un nouveau.

    Nous continuons de travailler avec des plans. La révélation de différents espaces sur des plans horizontaux, verticaux ou encore obliques est le point-clé de chacune des trames du studio. Chaque plan créé révèle deux espaces, l’un au dessus et l’autre en dessous. Un jeu est ainsi créé, engendrant une réelle dynamique. On peut imaginer un parcours à travers les différents projets où l’on découvrirait plusieurs espaces, plans et niveaux distincts. Plusieurs éléments de différents projets peuvent entrer en contact avec les plans des autres projets et ainsi permettre un échange humain entre ces différents niveaux. Le dialogue entre nos projets se crée alors via un parcours pédestre.

    Un des points clés des projets s’est orienté sur la sensation que peuvent nous procurer les différents espaces. En effet se placer en dessus ou à l’inverse au dessous du même plan nous fait ressentir l’espace d’une manière différente. La taille, l’inclinaison et la hauteur des différents plans procurent différents ressentis.

    Ainsi, nous avons été attentifs à l’utilisation potentielle de nos projets par un être, l’idée étant  d’offrir des sensations nouvelles aux usagers. Les projets ont donc été pensés à l’échelle 1:10.

    Chaque cellule est unique et diffère des autres grâce à la topographie fictive. Le point de départ de chaque projet a donc été d’étudier le rapport au sol. Certains reportent la topographie en orientations de plan et certains jouent avec la création d’espaces au sol.

    De plus, il existe une alternance entre les projets de notre studio ; certains s’encrent directement au sol et stabilisent la protostructure. Alors que d’autres sont suspendus et utilisent la protostrcure comme élément de soutien. Sachant que la protostructure peut se porter elle-même en deçà d’une certaine limite. C’est grâce aux projets de consolidations que les projets suspendus peuvent exister. Les projets interagissent entre eux, et s’entraident.

    Cela crée une unité, qui permet de considérer l’ensemble des projets comme un projet global.