Lettre à mon frère

Par Pachoud Auguste Mozart, 07/10/19

    Salut Timo, je t’écris un peu pour te décrire mon nouveau quotidien. Maintenant je me rends mieux compte de ce qui m’attends : le rythme effréné, la précision qu’on attends de moi et aussi cette vie en studio. On s’intéresse beaucoup à la construction pour l’instant, mais bientôt chacun devra se livrer à la réflexion, heureusement on n’est jamais seul et tout monde est prêt à s’entre-aider. Hier soir j’ai terminé mon dessin, en fin de compte dessiner c’est comme construire, c’est pas un travail physique mais plutôt mental : il faut savoir se fier à ses sensations.

A bientôt

Auguste Pachoud