• Jardin Onirique

    Par Bérard Emma Ghislaine Marie, 20/05/20


    Image Wed May 20 2020 18:54:31 GMT+0200 (CEST)


    Montage constitué de photographies, de dessins et de verdure juxtaposés, illustrant l'ambiance du project.


    Image Wed May 20 2020 18:54:31 GMT+0200 (CEST)
















  • Dessins du Projet

    Par Marteau Gaspard Emile Franck, 20/05/20

    Image Sun May 24 2020 20:16:47 GMT+0200 (CEST)   

    Axonométrie générale de "Pampinus" avec les différents accès aux projets adjacents

       Image Mon May 25 2020 17:36:39 GMT+0200 (CEST)

    Référence avec dessins d'arbres persans 

    Image Wed May 20 2020 09:21:58 GMT+0200 (CEST)

    Points de vue différents en axonométries

    Image Wed May 20 2020 09:21:58 GMT+0200 (CEST)

    Planche de détails et d'assemblage de l'escalier

  • Montage pour une vignette de storyboard

    Par Schulhof Phileas Robin Johannes, 17/05/20

    Image Sun May 17 2020 17:54:06 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    réalisation du montage, suspendu sous une table



    Image Sun May 17 2020 17:54:06 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Photo finale

  • HOUSES - groupe jardin intérieur

    Par Combes Baptiste Virgile, Marteau Gaspard Emile Franck, Waliczek Maja, Wanzenried Calvin, 27/04/20

    Image Fri May 01 2020 15:11:54 GMT+0200 (Mitteleuropäische Sommerzeit)


    Jardins intérieurs/jardins extérieurs, nature contenue/nature contenante : 

    A travers les références de plusieurs types de jardins de toutes les époques, nous avons réalisé une classification suivant deux critères. Celle-ci sépare d’abord les jardin clos des jardins ouverts sur l’extérieur et non-confinés, puis elle distingue ensuite les jardins ordonnés des jardins plus « naturels », c’est à dire ceux qui n’ont pas de structure apparente.


    Après ce travail de recherches, nous avons décidé de prendre en considération les aspects suivants pour notre projet de HOUSES :

    La lumière : Souvent, les jardins fermés sont placés au centre de leur environnement construit. Ils permettent notamment de laisser pénétrer la lumière au coeur du bâtiment. C’est le cas des jardins romains, grecques, et de certains projets contemporains. En effet, dès le premier siècle avant J.-C., les villas de plaisance développent des péristyles plantés, sur lesquels s'ouvre un grand salon. Le jardin est alors destiné à servir de cadre à la vie quotidienne. En Grèce antique, les maisons privées ne sont donc pas entourées de jardins comme nos maisons contemporaines mais elles s’orientent vers l'intérieur qui en est la principale source de lumière.

    Le parcours : Dans les jardins très anciens et médiévaux, le chemin est souvent planifié et cadré, et l’emplacement des plantes y est très contrôlé. Par ailleurs, les projets contemporains présentent une forme de parcours plus organique et plus libre, même si certains d’entre eux ont aussi des structures plus rectilignes. Ces derniers visent à contrôler la disposition et l’évolution des plantes. A l’opposé, certains artistes ont peint un paradis sans aucun chemin pour exprimer le jardin le plus primaire. De plus, Gilles Clément parle d’un jardin en mouvement qui respecte les plantes et il ajuste ses chemin au fil des années pour s’adapter à leurs déplacements. La notion de parcours est très présente à l’antiquité avec le péristyle. C’est une galerie de colonnes faisant le tour intérieur ou extérieur d'un bâtiment, en dehors de son mur d'enceinte. Les Grecs en édifiaient autour de leurs temples et les Romains ont ensuite repris ce type d'architecture pour leurs constructions religieuses, leurs bâtiments officiels, et les habitations de type domus.


    Ce travail a permis de poser des questions essentielles pour former la suite de notre projet :

    • Quel est le rôle de la cour dans le jardin pour ce qui est de la lumière ?
    • Quel système de parcours voulons-nous mettre en œuvre dans notre projet ?
    • A quel point les plantes sont-elles libres d’évoluer dans le jardin ?
    • Comment le projet réagit-il à son environnement ?

    Pour la phase de HOUSES nous avons déjà répondu à la question de la lumière en ouvrant davantage la cour et en déplaçant la coursive supérieure. 

    Le système de parcours n’est quant à lui pas entièrement défini pour le jardin intérieur.