• SYNTHESE PLANES-MOUVEMENT

    Par Frey Manon, Schulhof Phileas Robin Johannes, Tarnovskaya Alisa, Turrian Mathilde Laure, 24/11/19

    24.11.19                                                                                  Mathilde Turrian, Manon Frey, Alisa Tarnovskaya, Phileas Schulhof

    mathilde.turrian@epfl.ch, manon.frey@epfl.ch, alisatarnovkaya@epfl.ch, phileas.schulhof@epfl.ch


    Description

           Dans la structure finale, les positions successives de la jambe sont modélisées par trois planches, imbriquées les unes dans les autres grâce à des joints sans visse ni clou. Celles-ci sont accrochées à une planche horizontale qui fait office de structure porteuse.

    Pour éviter la chute latérale de la construction, les jambes sont séparées en deux plans parallèles. Ainsi, il faut tourner autour de la structure jusqu'à arriver en un point à partir duquel la fluidité du mouvement devient visible. Le mouvement est initié par une succession de formes.


    Explications

        La structure s’inspire de l’analyse de décomposition photographique du mouvement de Marey. Cette expérience scientifique a pour objectif de comprendre et d’analyser le mécanisme du mode de déplacement de l’Homme. Elle divise le mouvement en différents plans.

    En les alignant sur un plan neutre, on remarque que l’ensemble crée une impression le mouvement et aide à le comprendre. Ainsi, la structure constitue une représentation des étapes d’un pas d’un individu.


    Il est question ici d’étudier le rapport entre plan et mouvement. Pour illustrer le propos, le Praxinoscope de Reynaud est un élément intéressant. En effet il illustre bien la succession de plans qui créent l’illusion d’un mouvement dans le reflet du miroir. Ce phénomène est en réalité le fruit d’une interprétation du cerveau des images animées en mouvement. Le cerveau crée une animation. Max Wertheimer, nommera ce phénomène Bêta.


    Oral


    PLANES_RL_turrianmathilde-tarnovskayaalisa-freymanon-schulhofphileas_101




  • MEASURES-DRAWINGS

    Par Frey Manon, Turrian Mathilde Laure, 08/11/19


                   Image Fri Nov 08 2019 13:45:54 GMT+0100 (CET)



                   Image Fri Nov 08 2019 13:45:54 GMT+0100 (CET)




  • MEASURES-LAST SHOT

    Par Frey Manon, Turrian Mathilde Laure, 06/11/19



                                  MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_122


                                  MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_121


                                  MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_120


                                  MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_119


                                  MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_118


                                  MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_116


                                MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_115


                                Image Fri Nov 08 2019 10:06:41 GMT+0100 (CET)


                                MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_113


                 

                                MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_112


                                MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_111


                                MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_110


                                MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_109




  • MEASURES-TEXT

    Par Frey Manon, Turrian Mathilde Laure, 03/11/19

    Pour cette phase measures, il était intéressant d'étudier cette modeste structure. Elle peut sembler simple en apparence, mais elle est en réalité intéressante sous plusieurs aspects.

    Premièrement, dans son rapport avec le sol. Elle est en effet placée en haut d'une pente abrupte et posée sous un arbre, sur une racine. Elle a été construite de manière à pouvoir s'adapter et évoluer avec cette racine. Les pieds sont mobiles et sont tous d'une taille différente. Sa petite taille vient aussi du fait qu'elle soit en rapport avec l'écran en face, et que ces éléments complémentaires utilisent la pente pour exister, ils ont sont dépendants. La projection à partir de cette structure est possible grâce à cette pente. De plus l'inclinaison du sol permet à tous les spectateurs de voir la projection sans forcément ajouter d'infrastructures spéciales pour les accueillir. Il existe donc une concrète dépendance de la structure au sol et à la racine. Sans ce terrain spécifique et sans cette racine, cette structure n'est plus d'aucune utilité et n'a plus lieu d'être.

    Sa taille crée un contraste avec le vaste espace dégagé devant elle. C'est ici que l'analyse du site prend tout son sens. On ne peut peut parler de la structure sans la pente sur laquelle est est disposée. L'utilisation du plan horizontal de la structure a permis de mettre en place un arpentage. La structure est donc devenue un instrument de mesures et aide à lire la pente.

    Les prises de mesures se sont faites tous les 20 centimètres. Il y a donc un jeu d'échelle dans la mesure où cette petite structure a permis de mesurer un territoire conséquent. Sorte de macro topographie mesurée avec une microstructure. Le moule est créé sur la base de courbes de niveaux et en le regardant en ne se rend plus vraiment compte des proportions.

  • MEASURES-PROCESS

    Par Frey Manon, Turrian Mathilde Laure, 03/11/19



                                        MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_107


                                        MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_106


                                        MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_105


                                         MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_103                                                                     


                                         MEASURES_RL_turrianmathilde-freymanon_101