• Storyboard

    Par Villafranca Alima Inès, 04/03/20


    Image Wed Mar 04 2020 01:53:54 GMT+0100 (CET)




  • ÉTUDES PRÉALABLES

    Par Combes Baptiste Virgile, Nkiambi Jonas Pacific, Ruiz Medina Maria, Schulhof Phileas Robin Johannes, Villafranca Alima Inès, 22/02/20

    Étude de l'ensoleillement des sites

    Une première caractéristique importante d'un lieu destiné à être aménagé est son exposition au soleil.

    En effet, le niveau d'ensoleillement va jouer un rôle important dans la fréquentation d'un lieu au bord du Rhône.

    Grâce aux coordonnées GPS des différents sites, il nous a été possible de créer des cartes avec des diagrammes solaires pour chacun des potentiels lieux de construction. 


    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_101

    Le site de l'embarcadère se trouvant sur une rive sud du Rhône, on peut s'attendre à ce que le soleil soit 

    bien souvent caché par les arbres à cet endroit.




    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_102

    Comme l'embarcadère, le théâtre du Galpon se trouve sur une rive sud du fleuve, surplombé d'une colline cou-

    verte d'arbres. Les caractéristiques d'ensoleillement de ces deux sites seront donc certainement similaires.



    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_103

    La Mangrove se trouve dans un cas différent: se trouvant sur une rive Nord du Rhône, elle sera sans doute bien plus exposée au soleil que les deux premiers sites. En revanche, étant couverte de grands platanes, elle sera probablement abritée du soleil par les feuilles de ceux-ci du printemps à l'automne.




    Étude de la Mangrove

    Attirés par ses qualités d'ensoleillement, ses imposants platanes, ou par la forte fréquentation observée, notre choix du lieu sur lequel nous voulions intervenir s'est vite porté sur la Mangrove.

    Il s'agissait donc d'obtenir plus de données sur ce site.

    Une première observation marquante a été la quantité de promeneurs venant sur la Mangrove avec des chiens. Une discussion avec une habituée du lieu a révélé que cette fréquentation était encore accentuée en été par des habitants de la ville cherchant un peu de nature, de calme, ou voulant profiter d'un pic-nic en famille.

    Les traces de cette surfréquentation sont immanquables: sol tassé par les pas des visiteurs, sans herbe ni buissons ni arbustes, trous carbonisés dans le sol laissés par des feux de camps, branches cassées sur le bas des troncs,...

    Un second élément qui nous a paru  important était la présence de grands platanes qui allaient sans aucun doute conditionner la construction sur ce site. Un relevé de la position et de la circonférence de ces arbres s'est donc imposé.


    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_104

    Team work: Triangulation des arbres sur le site et mesure de leur circonférence.



    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_201

    Plan de Situation des arbres de la Mangrove, 1:100.

  • Liaison

    Par Combes Baptiste Virgile, Villafranca Alima Inès, 18/12/19



    Afin de coordonner les projets au sein de la protostructure, il était important de travailler sur l’interdépendance des différents plans dans l’espace. Pour ce faire, différents points d’appuis ont été définis sur la protostructure, lesquels déterminent la forme de la construction. Celle-ci est composée de deux plans qui s’intersectent et portent un plan vertical en s’encrant sur la protostructure afin de transmettre les efforts induits par la charge entre les modules. La structure se présente alors comme un lien servant à l’interaction entre les deux édifices qui l’entourent.



    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)



    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)

                                                   

    Détails d'assemblage bois/plâtre


    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)  


            Jonction des deux plans


    Image Wed Dec 18 2019 19:32:46 GMT+0100 (CET)Image Wed Dec 18 2019 19:32:46 GMT+0100 (CET)

    Interdépendance des plans



    L’interaction des deux plans crée un espace, aussi défini par la topographie. Celle-ci est l’élément premier, sur lequel s’appuie la construction. Si on la compare à une scène, la structure venant s’installer au-dessus peut être considéré comme un dispositif scénique, un décor. Ainsi ces deux éléments définissent un espace « habitable » (ALICE – CODEX III, Planes, p. 41) et interagissent : le décor vient conditionner la scène en déterminant son espace : « Le décor est donc aussi ce qui permet à l’architecture d’être quelque part » (ALICE – CODEX III, Planes, p. 47)




    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)


    Vue d'ensemble de la cellule



  • Topographie fictive

    Par Combes Baptiste Virgile, Villafranca Alima Inès, 18/12/19

    La disposition aléatoire des blocs de plâtre, sans schéma répétitif ni logique, crée des relations accidentelles entre les différents éléments qui forment une topographie fictive. Cependant, l’influence de l’homme est tout de même ressentie dans celle-ci. En effet, la répartition est très dense à certains endroits, plus sporadique à d’autres. De plus, les éléments en plâtre conservent les empreintes de leur utilisation passée, et leur forme cubique contraste avec l’irrationalité de la globalité de la topographie.



    Image Wed Dec 18 2019 13:37:47 GMT+0100 (CET)



    De ce fait, le « site » est de manière générale assez plat, ouvert et lumineux, à l’exception d’une zone plus dense, qui peut s’apparenter à des falaises ou un canyon à cause de la géométrie cubique des éléments en plâtre. Ceux-ci créent des pentes abruptes et des couloirs très étroits et sombres, et la matière à la fois rigide et fragile et la couleur rappelle la roche calcaire des falaises.

     

     

    Image Wed Dec 18 2019 13:37:47 GMT+0100 (CET)






  • L’ordre dans le désordre

    Par Bérard Emma Ghislaine Marie, Probst Léonard Matteo, Tournelle Chloé, Villafranca Alima Inès, 08/12/19


    En vue de l’implantation de la structure dans le milieu attribué, la pente devait être prise en considération. Sur cette base fut élaborée une succession de plans verticaux représentés par des cadres en bois. Leurs limites s’intersectent afin de former un tout en équilibre statique, spécifique à la pente du terrain. 

    Cependant, ces mêmes limites définissent divers plans obliques éparpillés dans l’espace. Ainsi, l’unicité de chaque pièce par les différents angles crée un ensemble dissymétrique, qui trouble le champ de vision de l’observateur et lui procure la sensation de déséquilibre. 

    La structure apparait alors comme un paradoxe, dans lequel se réunissent mouvement et statique, équilibre et désordre.


    Démarche

    Ce projet a été conçu avec une approche scientifique. Chaque cadre de bois ayant la même longueur, c'est-à-dire la même masse, le centre de masse de chaque cadre pouvait être trouvé facilement en reliant les diagonale, ainsi en le projetant sur un plan horizontal au sol, les distances à droite entre les projections des centres et l'axe central de la structure équivalait aux distances à gauche pour que le tout soit en équilibre statique.


    Dessins


    Image Tue Dec 10 2019 21:18:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 10 2019 21:18:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 10 2019 21:18:16 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Dec 10 2019 21:18:16 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Dec 10 2019 21:18:16 GMT+0100 (CET)





    Maquette 1:10



      Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)  Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)  Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)






    Structure 1:1



    Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)






    Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)  Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)  Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)  Image Sun Dec 08 2019 21:59:40 GMT+0100 (CET)