• Modélisation du son

    Par Bexkens Maïa, Diego Alemanyscenini, Domezon Quentin, Triantoro Adrianus, 03/12/19

    Faire ressentir ce qui n’est pas visible est le point de départ de notre recherche sur le la réverbération, base de notre projet architectural. Plus précisément, notre but est d’amplifier le phénomène acoustique de la réverbération qui se produit à l’intérieur des parois d’un puits de base rectangulaire servant de sortie d’un abri atomique.

    Notre plate-forme de forme polygonale s’adapte a l’intensité acoustique de la réverbération. Les zones comportant une faible mesure ont été élevées au niveau de la grille d’une part pour amplifier l’intensité sonore, mais aussi pour donner une visualisation de l’hétérogénéité des décibels mesurés autour de celle-ci.

    Par ailleurs nous avons pris le centre de la grille comme point (0:0) pour élaborer notre matrice circulaire. Ipso facto, ce sont les diverses données sonores qui nous prescrivent la forme dumeshdebasetriangulaire etdéfinissentlasurfacedelaplate-forme.Deplus,lacoque sonore composée d’un mesh de triangles équilatéraux, érigée à l’opposé de la plate-forme permet de concentrer la réverbération dans la zone relativement plate de la plate-forme.

    En ce qui concerne l’expérience architecturale, ce dispositif organise méthodiquement les données sensorielles permettant une prise de conscience de ce phénomène invisible à l’œil nu.

    L’irrégularité de l’inclinaison de chaque triangle induit une instabilité physique perturbante qui nous sollicite par conséquent à une recherche constante de stabilité ; la sensation d’inconfort stimule la prise de conscience du phénomène acoustique qui reste à découvrir.

    Finalement, lorsqu’on émet un son en direction du « puits », le phénomène sonore révèle enfin.

    C’est ainsi que ce dispositif de nature acoustique se qualifie comme étant une « loupe » qui permet une prise de conscience graduelle du phénomène in situ.

  • #3 PLANES_synthèse

    Par Bourdon Marie, Curinga Noah, De Coulon Alix, Toupance Sacha, 24/11/19

    Alix de Coulon, Marie Bourdon, Noah Curinga et Sacha Toupance

     

    marie.bourdon@epfl.ch   sacha.toupance@epfl.ch   alix.decoulon@epfl.ch   noah.curinga@epfl.ch


    PLANES – synthèse de projet 

    Alice y1 2019-2020 PLANES studio Maréchal 

     

    La face Nord du Rolex Learning Centerparaît imposante face à notre petite parcelle de terrain, siège de cette nouvelle phase PLANES. Le bâtiment semble reposer sur un socle à la manière d’un temple, puisque son sol est surélevé par rapport au sol naturel. La parcelle en son devant est soumise à une pente, ce qui induit une ascendance lorsqu’on s’approche du RLC. Cette élévation suscite notre intérêt puisqu’elle semble jouer un rôle important dans la discrimination des espaces. En effet, si les vitres tendent à annihiler une séparation claire des deux sphères : intérieur et extérieur, la surélévation du plan du sol a définitivement une force dichotomique.

     

    Nos premières investigations étaient d’ordre topologique. Nous avons procédé à une étude du terrain et une observation métrique de la pente, des irrégularités de la parcelle naturelle. En parallèle, nous avons mesuré le sol du RLC.  

    En calculant ces pentes selon un quadrillage régulier, nous avons crée une matrice au sein de laquelle ancrer notre construction.

     

    Notre projet s’intègre dans cette réflexion sur la séparation intérieur/extérieur. En créant une succession de plateformes qui lèvent à la hauteur du sol du Rolex les inclinaisons irrégulières du sol naturel, nous poussons à l’extrême la tension que nous avons observée en amont. Cela va en s’intensifiant si nous considérons que l’intérieur du Rolex est absent de marches, de plans verticaux : en effet, au sein du bâtiment, le visiteur ne se résous qu’à s’élever selon des pentes douces, sans jamais se trouver face à un obstacle qu’il devrait franchir. Nos plateformes, elles, suivent les courbes du bâtiment et s’élèvent en paliers. Nous inversons ainsi les codes traditionnels des espaces : l’extérieur est orthogonal et l’intérieur organisé selon des courbes d’ascendance organique. 

     


    Image Sun Nov 24 2019 18:01:21 GMT+0100 (CET)Image Sun Nov 24 2019 18:01:21 GMT+0100 (CET)