• week 13, SCAFFOLDING, texte de synthèse

    Par Crisinel Louis, Martin Clara, Margueron Jérôme, 17/12/19

    Durant les deux semaines du workshop SCAFFOLDING, nous avons fait la connaissance de nouveaux enjeux. Le but de ce travail était de rester dans la continuité de la phase précédente PLANES mais d’intégrer cette fois-ci un projet non pas dans un site réel mais dans une protostructure commune posée sur une topographie fictive. Les enjeux étaient donc d’une part d’intégrer un projet dans cette protostructure commune et d’une autre de la rigidifier en vue de sa fragilité. 

     

    Nous avons choisi cet emplacement car il montrait une grande richesse en relief, ce qui nous a particulièrement séduit. Nous y avons vu l’opportunité de développer le projet de la phase précédente de Louis et Jérôme à travers les deux cellules choisies. 

     

    Pour les recherches, nous avons réalisé des maquettes en bois et en carton à l’échelle 1 :40 dans lesquelles nous prolongions les différents plans que la topographie nous offrait. Celles-ci contiennent deux plans verticaux dans la continuité d’un plan, un plan oblique traversant la structure et un plan horizontal. Le choix final de la configuration des plans a été le suivant : deux verticaux, un oblique, un horizontal et un sous le plancher.

     

    Pour ce qui est de la matérialité des différents plans, nous avons choisi de jouer sur l’ambiguïté de ce qui est « structure » et ce qui ne l’est pas. Le plan oblique, par exemple, est attaché au plâtre qui constitue son plan et est réalisé en contre-plaqué. Le plan situé sous le plancher est constitué de baguettes de bois espacées afin de laisser une certaine transparence qui laisse apparaître l’espace en dessous, entre les différents plâtres. Notons que ce dernier s’arrête à 5 mm du sol. Enfin, les deux panneaux verticaux, en contre-plaqué, donnent l’impression d’être suspendus mais rigidifient très fortement la protostructure, en complémentarité avec les deux autres qui agissent tous sur un axe différent.

     

    Le choix des matériaux plus ou moins opaques laissent apparaître un double espace : celui du sous-plancher et celui de la structure s’élevant au-dessus de celui-ci.

     

    Concernant les dessins, l’élévation nous a permis de développer la structure des panneaux verticaux en prenant en compte les dimensions disponibles sur le marché. Quant au plan, il dévoile la structure intérieure du plan oblique.

     

    En conclusion, nous retrouvons certains aspects de PLANES dans notre structure. En effet, la hauteur impressionnante des cadres verticaux par rapport au plancher existait déjà dans la phase précédente. De plus le cadre oblique qui vient casser cette orthogonalité ainsi que les lattes du plan sous le plancher crée aussi un lien avec le plan oblique présent dans PLANES.

  • Week 13: SCAFFOLDING, maquette 1:10

    Par Crisinel Louis, Margueron Jérôme, Martin Clara, 17/12/19



    Image Tue Dec 17 2019 11:21:03 GMT+0100 (CET)


    Vue d'ensemble sur le projet




    Image Tue Dec 17 2019 11:21:03 GMT+0100 (CET)


    points de vue sur les différents espaces formés



  • Week 12: Planes in the protostructure

    Par Crisinel Louis, Margueron Jérôme, Martin Clara, 15/12/19


    Image Tue Dec 17 2019 11:11:57 GMT+0100 (CET)


    maquettes de recherche, échelle 1:25



    Image Sun Dec 15 2019 18:49:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Structure porteuse du plancher



    Image Sun Dec 15 2019 18:49:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Recherche d'accroche pour la continuation de ce plan



    Image Sun Dec 15 2019 18:49:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Espace créé par la mise en place du plan oblique



    Image Sun Dec 15 2019 18:49:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Vue globale du projet avec une partie du plancher manquante



    Image Sun Dec 15 2019 18:49:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Espace sous le plancher délimité par le plan en lattes espacées


  • Maquette d'oral et texte de synthèse

    Par Crisinel Louis, Gerbail Sébastien, Margueron Jérôme, Zeltner Loïc, 03/12/19

    Maquette d’oral

    Introduction :

    • Provenance du projet 
    • Travail de Louis et Jérôme sur « measures »
    • Détachement du détail de l’angle
    • Plans superposés avec un décalage (maquette)

    Recherches :

    • Développement d’une recherche (organisation des plans pour former un espace)
    • Dessins de recherche et maquettes en carton
    • Envie de créer un passage (lien avec les chemins du rolex)
    • But : offrir une ou plusieurs expériences aux personnes traversant la structure
    • Résultat : 1 plan vertical, 1 plan horizontal, un plan oblique, ceci permettant plusieurs expériences à travers le passage 


    Matérialité et dimensions :

    • Dimensions
    • Panneau vertical à 3m (sentiment de hauteur), 
    • Panneau horizontal à 1,5m (voir au-dessus),
    • Panneau oblique (offre les deux et garanti l’ouverture à la sortie du chemin)
    • 1,5x3m garanti le sentiment de passage et reste proche des 4m2
    • Matérialité 
    • Vertical et horizontal ; tissu (besoin de légèreté)
    • Oblique ; lattes (offrir un jeu de lumière, une projection sur les 2 autres cadres) 
    • Détachement du sol ; dalle en béton pour corriger la pente tout en se détachant du projet (rectangles)

    Construction réelle :

    • Concessions suite au manque de bois (200m linéaire= BEACOUP)
    • Redimensionnement du projet a 2,5x1,25m (mêmes proportions)
    • Solutions alternatives pour la construction des cadres ( voir maquettes angles), OSB, Bidime, etc…

    Conclusion :

    • Dimensions du projet pouvant être rediscutée par rapport au site (chemin de 4m de large)
    • Une personne n’empruntera pas forcément le couloir vu la place à côté

    (- la question du lien avec les bâtiments autours aussi)

     


    Synthèse projet :



    PLANES faisant suite à la phase MEASURES, nous avons décidé de nous concentrer sur le travail réalisé par le binôme de Louis et Jérôme afin d’en développer un concept. Nous avons choisi leur détail en plâtre composé d’un rectangle répété et superposé avec un décalage. Nous nous sommes détachés du détail de l’angle qui les intéressait au premier abord. Suite à une remarque de Daniel lors de la critique de MEASURES, nous avons concentré notre intérêt sur ces plans superposés. À l’aide de maquettes en cartons et d’une axonométrie éclatée, nous avons redimensionné, puis manipulé ces plans afin de définir un passage. Les dimensions de ce plan rectangulaire ont été choisies afin d’offrir différentes expériences aux personnes empruntant ce passage, les rectangles se trouvant à la verticale, à l’horizontale ou dans une position oblique.

    La hauteur de ce plan en position horizontale, étant d’un mètre cinquante, permet à une personne adulte de voir au-dessus. Au contraire, en position verticale, le plan s’élève à trois mètres de haut et crée un sentiment totalement différent lorsqu’on lui fait face. Quant au plan oblique, il regroupe ces deux qualités suivant où l’on se situe. Finalement, un quatrième plan a été utilisé afin de l’utiliser comme socle pour ces trois derniers et se détacher du sol qui n’est pas horizontal.

    Le problème de la quantité de bois nous est vite apparu. Il était évident que les 150 mètres linéaires utiles étaient trop grands, nous avons donc dû y remédier. Pour réduire celle-ci, nous avons décidé de réduire les plans à deux mètres et demi par un mètre vingt-cinq lors de la construction à l’échelle 1 :1. Afin de garder les effets recherchés, nous n’avons pas pu les diminuer de manière plus conséquente. Cette décision ne suffisant pas, nous avons alors déplacé les diagonales dans les quatre coins afin de donner une stabilité aux cadres en utilisant un minimum de bois. Finalement, le plancher initialement composé de lattes a été remplacé par des panneaux d’OSB et sa structure porteuse a également subit des modifications.

    L'intégration au site était un aspect crucial de cet exercice. Nous avons trouvé une proposition à cette difficulté au travers de la marche qui, dans son double rôle, permet à la fois d'inviter à la visite et est un moyen d'intégration au lieu, sa hauteur étant déterminée par la pente du terrain. Cette marche est un lien direct entre la structure et l'environnement, entre la structure et l'observateur.
    Après avoir posé notre projet sur le site, nous pourrions nous demander si les dimensions choisies sont correctes où au contraire, aurait-il fallu lui donner les dimensions du chemin où nous l’avons implanté afin que l’intégration au site soit totale.

  • Result of PLANES

    Par Bailey Vanessa, Banctel Liam, Benador Anna, Bourcoud Manon, Bravo Prado Giancarlo, Cherkaoui Rim, Covantes Manuel, Crisinel Louis, Essaoudi Aya, Gerbail Sébastien, Girardet Victor, Margueron Jérôme, Martin Clara, Métral Bastian, Mignon Agathe, Orakwe Linda, Pachoud Aurélien, Saraiva Gaétan, Sayed Hanya, Schluessel Noémie, Sharafeldin Hania, Stepanian Sevane, Zeltner Loïc, 02/12/19


    Image Mon Dec 02 2019 22:03:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Result of the PLANES phase by studio MIGNON