• WEEK 7 - TEXTE

    Par Bailey Vanessa, Girardet Victor, Saraiva Gaétan, 10/11/19

        Nous sommes partis à Evian pour voir les projets de l’année dernière. Arrivés au site, nous avons tout de suite été attirés par la protostructure à droite de l’écran, celle du studio Cheung. Lorsque nous sommes entrés dans la structure, nous avons découvert l’espace. La série de latte en bois et les différents noeuds semblaient un bon début pour notre projet. Avant d’aller sur place, nous nous sommes intéressés au quadrillage qui avait été placé sur l’ensemble d’Evian. C’est un système composé de modules carrés de 150x150. A partir de cela, nous avons choisi le carré, le cube, comme forme de base. C’est une forme assez simple qui s’est complexifiée au fil de notre travail. Nous avons fait entrer ce cube à l’intérieure de l’espace de la structure, puis nous l’avons adapté pour y faire apparaître notre interstice. Ce n’était donc plus un cube. L’espace que nous avions choisi est marqué par des noeuds complexes et des diagonales. Notre but était surtout de faire apparaître sur ce cube de nombreux détails bien différents sur chaque face et chaque angle.

        Nous avons alors commencé par dessiner des plans et des élévations afin d’avoir une meilleur compréhension de l’espace que nous avions choisi. Ce processus était assez compliqué car nous ne saisissions pas la composition des noeuds. C’est pour cela que nous avons fabriqué une maquette en baguettes de bois à une échelle de 1:10. Cette maquette nous a permis de mieux visualiser le vide à l’intérieur de notre “cube”. Nous avons inclus la structure autour de notre espace afin de mieux comprendre où il se situait et de visualiser notre interstice. Puis, nous avons dessiné une axonométrie des interstices et une axonométrie éclatée du moule pour faciliter sa confection. Ensuite nous nous sommes mis au moule, nous l'avons fabriqué complètement en carton, ce qui était un processus assez complexe. Lorsque nous l'avons finalement démoulé, nous avons pu commencer à mettre en relation notre projet avec celui d’autres groupes voisins. 

        Pour les mesures, nous nous sommes rendus compte assez vite que celle du plan et celle sur place étaient bien différentes. Fallait-il idéaliser ou pousser les mesures au plus juste possible ? Nous avons choisi de se fier à nos mesures. Cela a soulevé un point important, celui de la temporalité. Si les mesures que l’on avait mesurées sur place étaient si différentes, était-il possible que ça soit la structure qui avait changé avec le temps. Et donc si elles avaient changé en l’espace de trois mois, comment évolueraient-elles dans le futur?

        Pour finir, nous avons donc choisi cet interstice, sans élément entièrement inclus à l’intérieur, afin de retrouver seulement les creux à la surface de notre plâtre final. Nous voulions rendre visible seulement ce qui nous intéressait. Dans notre projet, nous avons fait ressortir la complexité dans la simplicité. Le cube est une forme géométrique assez simple mais grâce à la protostructure qui l'entour, cela a crée une certaine complexité.

  • WEEK 7- Axonometrie du platre

    Par Sayed Hanya, 10/11/19


    Image Sun Nov 10 2019 21:08:30 GMT+0100 (Central European Standard Time)




  • Week 8: texte Measures

    Par Crisinel Louis, Margueron Jérôme, 10/11/19

    Les consignes de la phase MEASURES nous ont été données le lundi, veille de notre visite du site d’Evian. Nous avons donc anticipé la chose en nous rendant sur le blog afin de nous familiariser aux projets et choisir un ou deux espaces nous intéressant dans ceux-ci. 

    Arrivé sur place, le mur en latte et ce plafond qui le transperce du projet « Murmures » nous a immédiatement attiré dû aux jeux de lumières s’y développant. Notre choix a alors été de délimiter la zone souhaitée par l’entraxe de la protostructure pour sa largeur et sa hauteur puis, sa longueur par les deux murs se faisant face.

    Notre démarche a été de reproduire cet espace à l’aide des dessins et d’une maquette en bois au 1 :10 afin de pouvoir s’y projeter sans devoir se trouver à Evian.

    Au fur et à mesure de l’avancée de notre production, il nous a paru clair que l’intérêt porté sur la jonction du mur et du plafond était plus fort que le reste, c’est pourquoi nous nous sommes concentrés là-dessus. Nous avons alors coulé un plâtre au 1 :10 de l’espace entier avant de ne faire plus qu’un détail de cette jonction au 1 :4 pour affirmer cette volonté de le représenter pour ensuite jouer avec les ombres que peut créer ce relief plutôt intéressant.

  • WEEK 8 #Résultat final

    Par Cherkaoui Rim, Sharafeldin Hania, 09/11/19

    Nous nous sommes particulièrement intéressées à la partie inférieure à celle de Anna et Aurélien. Nous avons choisi cette partie ci en raison de sa relation avec le sol. Ce dernier, en légère pente change la forme et l’esthétique de la structure de base, la rendant plus intéressante.
     
    En effet, on a decidé de rallonger les morceaux de bois verticalement vers le haut et vers le bas, puisque notre structure n’est pas seule, elle fait partie d’une autre structure elle-même plus grande. De plus, arrêter nos morceaux de bois au niveau de la terre serait faux, car ils sont enfouis sous la terre, et nous ne pouvons pas mesurer cette partie. C’est pour cette raison là qu’on a fait des traitillés.
     
    Ce qui nous a également intéressé est la relation de notre partie à la partie supérieur, cette structure aurait pu être symétrique s’il n’y avait pas eu d’enfouissement des morceaux de bois dans le sol.
     
    Pour le moule, nous avons eu beaucoup d’hesitations: est ce qu’il faut se contenter de représenter le vide de manière précise, c’est-à-dire de se retrouver à la fin avec 5 petits parallèlopipedes, ou, est ce qu’il faut prendre une decision qui est: rajouter quelques centimètres à la largeur et à la longueur du vide auquel on s’interesse pour pouvoir montrer des choses que la premier option ne pourra pas montrer.
     
    En effet, la premiere option est peu interessante, car nous ne pouvons pas voir l’empreinte, les traces que laisse les batons sur nos structures, alors qu’avec cette deuxieme on les voit (pointer du doigts les largeurs des batons, qui ne sont pourtant pas mouler)
     
    Nous avons fait une erreur lorsqu’on coller le carton: en effet on la collé a l’envers, ce qui fait que notre moule est juste, seulement si on le regarde à travers un mirroir. On a donc décidé de le refaire, mais cette fois juste.
     
    On a également pu faire plusieurs dessins: plan coupe élévation de la structure, une perspective de la structure: vu que notre point de vue est très proche de la structure, celle-ci est particulierement applati. On savait donc que pour la deuxième perspective (celle du moule) on devrait éloigner notre point de vue de l’objet qu’on cherche a représenter.
     Nous avons également fait une axonométrie éclatée, technique de dessin qui nous a permis de comprendre mieux la structure à laquelle on s’est intéressée. Cette technique nous a également permi de mieux visualiser la structure lors du dessin de la perspective du moule.




    Image Sat Nov 09 2019 20:30:31 GMT+0100 (CET)





  • Week 7 #Fabrication du moulage + plâtre

    Par Cherkaoui Rim, Sharafeldin Hania, 09/11/19


    Image Sat Nov 09 2019 20:27:05 GMT+0100 (CET)


    Image Sat Nov 09 2019 20:27:05 GMT+0100 (CET)


    Image Sat Nov 09 2019 20:27:05 GMT+0100 (CET)