• maquettes planes

    Par Cherkaoui Rim, Covantes Manuel, Essaoudi Aya, 03/12/19

    Image Tue Dec 03 2019 09:44:10 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 03 2019 09:44:10 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 03 2019 09:44:10 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 03 2019 09:44:10 GMT+0100 (CET)

    Image Tue Dec 03 2019 09:44:10 GMT+0100 (CET)




  • Result of PLANES

    Par Bailey Vanessa, Banctel Liam, Benador Anna, Bourcoud Manon, Bravo Prado Giancarlo, Cherkaoui Rim, Covantes Manuel, Crisinel Louis, Essaoudi Aya, Gerbail Sébastien, Girardet Victor, Margueron Jérôme, Martin Clara, Métral Bastian, Smith Thibault, Orakwe Linda, Pachoud Aurélien, Saraiva Gaétan, Sayed Hanya, Schluessel Noémie, Sharafeldin Hania, Stepanian Sevane, Zeltner Loïc, 02/12/19


    Image Mon Dec 02 2019 22:03:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Result of the PLANES phase by studio MIGNON

  • synthese planes

    Par Covantes Manuel, Cherkaoui Rim, Essaoudi Aya, 02/12/19


    Inspirés par les travaux de Richard Serra, nous nous sommes intéressés de plus près à ses sculptures à larges échelles et surtout à son idée de considérer l’espace comme son matéria

    Ainsi, nous avons pour but principal durant la phase PLANES d’interpeller le spectateur sur la relation qu’entretient l’objet avec l’espace qui l’entoure. A la manière de Serra, nous avons décidé de jouer avec les formes et de créer une illusion de structure qui converge vers un point de vue precis , ce qui nous a permis d'orienter le regard de l'usager vers un un élément (dans notre cas un arbre) . De plus, cette simple manipulation des plans nous donnait l’occasion de pouvoir transmettre un sentiment de profondeur et de densité en jouant sur les espacements entre les pièces de bois.

    De plus nous nous sommes également inspiré de la House with one wall , située à Zurich, œuvre de
    l’architecte Christian Kerez. Cette maison dont le  seul mur porteur est plié nous a dirigé vers la réalisation d’une structure dont les murs le sont également.

    La structure à une hauteur de 2m et elle ne dépassent pas une surface de 4m2, de manière à ce que tout le monde puisse profiter de la vue que notre corridor propose. En effet la hauteur de 2m permet même aux plus grands de profiter de la vue. Cependant, le corridor ne représente pas un passage. Il ne possède qu’une seule entrée qui fait également office de sortie. De cette manière, l’usager est entrainé vers un chemin précis. La forme de l'ouverture permet de dégager un minimum de vue tout en étant orientée vers un point précis : on ne voit pas ce qu’il y’a autour de cet élément.

    Enfin le choix de son emplacement sur le site n’a pas été laissé au hasard : Son entrée est alignée
    avec celle du Rolex, car nous voulions que notre corridor soit directement accessible aux personnes sortant de la bibliothèque afin qu’ils puissent y pénétrer pour s’accorder une vue.



    Image Tue Dec 03 2019 10:11:47 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 10:11:47 GMT+0100 (CET)

    house with one wall, Christian Kerez (g:maquette, d:plan 2ème étage)


    Image Tue Dec 03 2019 10:11:47 GMT+0100 (CET)

    sculpture de Richard Serra








  • WEEK 11 - MAQUETTE D'ORAL

    Par Bailey Vanessa, Girardet Victor, Martin Clara, Saraiva Gaétan, 01/12/19

    Intro

    - D’où on est parti?

      -> phase measures : le cube.

      -> plan déconstruit de ce cube -> changer la vision du cube d’une autre manière      que Measures -> maquette de recherche + référence Sol Lewitt (image)

      -> implication de la phase planes dans ce cube (horizontal et vertical deviennent      oblique) 

      -> choix de groupe final du projet (catalogue + maquette)

    Projet

    - Chercher à aérer et épurer notre projet 

    - Faire apparaitre les notions d’extérieures et d’intérieure (point dans l’espace)

    - Tétraèdre : sommet inversé du cube (plan coupé)

    - Apparition de plans, création d’intérieure et d’extérieure dans le « cube » décomposé

    - Pas de face pleine : - interaction avec l’extérieure, invitation à explorer (regard + corps)  

                           - les différents plans sont suggérer par les arrêtes (maquette)

    - Grâce aux arrêtes et à la structure

    Construction

    - Noeuds : logique, importance, emboîtement, angles, construction (dessin + maquette)

    - Logique des arrêtes, intérieur et extérieur (maquette)

    - Coffrage et confection de la cale (dessin + photo)

    - Montage en plusieurs parties (photo)

    Concept 

    - Même si le cube n’est plus là on le retrouve en plan et élévation (carré) -> d’apparence on pense au cube alors qu’il y a que des triangles 

    - Rapport au site : rapport structure rolex (emplacement + courbe vs droite)

    - Elimination de l'espace donné pour le mettre dans un espace euclidien

    - La structure est faite pour encadrer les gens par les plans qu’elle suggère 

    - Existe t-il réellement un intérieur ou extérieur, entre un espace délimité, ambiguïté (les deux en même temps)

    - La dalle pose la question de la nécessité du rapport au terrain du site? pouvons-nous pas éliminer les difficultés posé par l’environnement par différents procédés architecturaux?


  • WEEK 11 - TEXTE DE SYNTHESE

    Par Bailey Vanessa, Girardet Victor, Martin Clara, Saraiva Gaétan, 01/12/19

    Pour cette nouvelle phase « Planes », nous avons voulu utiliser comme base le projet final de la phase Measures, à savoir un cube. Nous avons donc commencé par faire des recherches autour de ce dernier, regardé les différentes déformations possibles en conservant à chaque fois les faces. Nous voulions ensuite, introduire cette idée dans la phase Planes, et nous voulions approfondir la première idée que nous avons eu du cube, l’idée du déplacement des faces nous semblait trop logique.

    Nous nous sommes alors posés une question : « Comment faire rencontrer les deux plans horizontaux et verticaux du cube ? » la réponse étant le plan oblique. En effet, ce plan coupe notre cube, le déformant et ne laissant plus qu’une forme : le triangle. Ceci est donc la première implication dans la phase Planes.

    Nous avons donc fabriqué une maquette en carton mais en conservant les faces. Puis, nous nous sommes rendus compte qu’en les supprimant, nous conservions les différentes rencontres de plans ainsi que les formes qui le compose. Nous avons constitué des arrêtes à l’aide de deux baguettes mises ensemble. L’espace est maintenant suggéré et non plus directement visiblement délimité.

    Afin de conserver l’équilibre de notre structure sur la pente, nous avons élaboré une dalle en béton, qui a pour but d’adapter l’espace imposé en conservant le cube dans l’espace cartésien, son plan horizontal.