HOUSES: GROUPE 5

Par Rey Loïc, 04/05/20

 ET PAR DIKAROS KONSTANTINOS, HON MAXIME, MATHEZ VINCENT, PHILIPONA MAXIME, PROD'HOM ARTHUR, SALVADÉ LUCE

---



"Une secrète issue Laisse entrer le rayon et le jour du midi; On ne peut du dehors découvrir l'interstice"

Lamartine, Joc II, 83



---


WEEK #1



interstice; parasite; recherche



Pour cette phase, nous basons notre projet sur le concept d’interstice, tiré lui-même du projet de Vincent pour ROOMS.

Dès les premières discussions, il nous semble évident que notre projet doit s’intercaler entre d’autres, en tirant avantage des différents volumes existants à la manière d’un parasite. Cependant, trouver un emplacement n’est pas chose aisée, les projets alentours étant variables en ce début de phase.

Nous faisons néanmoins quelques recherches sur les possibilités d’interaction avec d’autres projets.



utilisation d'autres projets comme toit



compléter l'existant - la paroi comme échelle



exemple de "parasitage" d'une paroi existante



structure existante (rouge) - lignes de passage (vert)



---



REFERENCES




le corps - la lumière




---



WEEK #2



sol; emplacement; câble


A l'issue de la première semaine, nous décidons de nous concentrer sur l'élaboration de différentes propositions d'éléments horizontaux (sol/plafond), avec l'idée qu'ils soient adaptables à différentes configurations.

Nous avons deux idées d'emplacement. À la suite de la mid-review, seule la rouge sera retenue.





---



Première proposition

Ici, le plancher est modulaire par essence. Articulé, il devient paroi, toit... Les murs se forment, se déforment...



premières esquisses





schémas constructifs




le plancher




assemblage




configuration multi-niveaux




configuration en losange



---


Deuxième proposition

Ici l'accent est mis sur la légèreté et la réutilisation des chutes de bois. Ces dernières sont assemblées en plaques, ensuite fixées sur un câble en acier. Tel une toile d'araignée, la structure flotte, et les plaques créent des jeux de lumières.



premières esquisses




détails constructifs




différentes formes


---



Troisième proposition

Un plafond aux formes organiques, reproduisant la morphologie humaine ou le terrain alentours


---



WEEK #3


paroi; tuile; terre


Entre une rampe de gradins et la pente, l’emplacement définitif de notre projet est bien un interstice, jusque là inutilisé. Mais outre l’aspect spatial que ce mot transmet, il existe aussi un interstice dans la matérialité du lieu. Au dessus, le construit, le bois sortant d’une scierie, la protostructure. Un organisme évolutif, mais artificiel. Au dessous, la terre, la vie, la nature. Le biotope. Comment relier ces deux aspects? En façonnant de la main de l’Homme l’essence du lieu, la terre. Au travers d’un raffinement, elle devient hybride. Evoluant avec le temps, elle vit, mais reste solide. La dualité naturel/construit prend forme.



texture d'une tuile en terre cuite



Des précédentes idées, nous retenons le plancher en bois, mais celui-ci devrait réutiliser les chutes. Les parois de notre projet commence à prendre la forme d'un claustra, fait de tuiles en terre, celle dernière étant prélevé sur le site. Différents versions de ces parois sont élaborées.


version avec tuiles autoportantes




version avec tuiles pivotantes




version avec tuiles en S enroulées sur un câble vertical




version avec tuiles en L reposant sur un quadrillage de câbles




perspective de la paroi dans son contexte



---


WEEK #4


final; poteaux; forme


---


Personne ne comprend personne. Tout est hasard, interstices, mais tout se combine parfaitement.

Fernando Pessoa


---


Cette semaine, la forme définitive des tuiles est décidée. Après différents tests, il apparaît que nos tuiles, en terre crue ou cuite, sont trop fragiles pour en porter d'autres. Elles sont uniquement autoportantes. C'est donc la paroi "en L" que nous décidons de conserver.



dimensions des tuiles, moule et élévations de la paroi



rendu de la paroi




plan du plancher et des poteaux de soutien du projet 1



élévation vue de la gauche




coupe longitudinale, vue de la droite




coupes transversales




plan à 1,5 mètre du sol - plan au niveau du chemin




plan à 6 mètres du sol




perpectives du projet



Image Mon May 04 2020 11:35:34 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

collage - depuis le chemin



Image Mon May 04 2020 11:35:34 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

collage - vue de la pente depuis l'intérieur


---



EXPERIMENTATION



Pour nos tests, nous nous sommes concentrés sur deux méthodes: la terre crue et la terre cuite.

Si la première permet une mise en oeuvre plus simple, le séchage est long et laborieux, et le résultat reste fragile. La terre cuite présente l’inconvénient de devoir disposer d’un feu, voir idéalement d’un four. Mais le résultat est plus résistant, et les tuiles plus fines.

Notre expérimentation se base sur l’extraction de l’argile de la terre. Une terre agricole se compose par exemple d’environ 20% d’argile. Il est séparé par décantation. Pour les tests, la terre du site a été prélevée en trois endroits: entre le muret et la rive, proche de l’arbre et sur la pente. Comme le site souffrait d’un mois de sécheresse, l’excavation est difficile. En parallèle, la même expérience avec de la terre venant de jardins privés est menée. Il faut creuser la terre sur une certaine profondeur (plus de 30cm) pour accéder aux couches permettant l'extraction d'argile.



l'excavation




différentes textures




décantation façon "laboratoire"




décantation façon "réaliste"



Les tuiles en terre crue


Si la terre crue présente ses avantages (raffinement simplifié, pas de cuisson), son utilisation pour des tuiles semble peu viable. Notre expérimentation montre qu'il est difficile d'obtenir une surface précise et compacte.



les moules




les tuiles une fois séchées



Les tuiles en terre cuite


La terre cuite nous a permis d'obtenir des tuiles bien plus fines, et plus résistantes. Elles restent malgré tout cassantes, un problème auquel il faudra remédier par l'adjonction d'une "armature" au mélange, comme par exemple de la paille. La cuisson est faite dans les braises d'un feu de bois, elle est donc envisageable sur site.



argile une fois extrait... ...et malaxé




processus de mise en forme des tuiles




séchage pré-cuisson




tuiles une fois cuites




les fissures



Une fois ces expérimentations faites uniquement à partir de terre et d'argile naturels, nous avons cherché à éviter le phénomène de fissures créé pendant la cuisson. De ce fait, nous avons inséré divers adjuvants dans l'argile.



papier journal avec colle d'amidon




échantillons créés