• PLANES_synthèse

    Par Bussy Léane, Couelle Jeanne, Fleischer Adrien, Von Flüe Oriane, 24/11/19

    TISSAGE EN DUEL

    Image Tue Nov 26 2019 23:42:44 GMT+0100 (CET)


    Par l’intersection de deux plans un espace s’ouvre. Libre alors à toute chose, telle notre regard, ou une idée, de s’y (dé)placer.

    Notre espace, ouvert par un tissu de plans, englobe à la fois verticalité, horizontalité et courbure. Les courbes de ce projet sont chacune inspirées d’incurvations déjà existantes, en corrélation directe avec le Rolex Learning Center ainsi qu'un élément de la phase MEASURES.


    Le plan vertical, portant le rôle de membrane, est la colonne vertébrale portant l'entièreté de l'ossature, les différents plans horizontaux s'y entremêlant, filtrant la lumière. En la contemplant dans sa totalité, la structure peut rappeler une sorte de tissu, chaque lambourde et chaque planche se comportant à l'image de fils, chacun étant partie intégrante de tout tissage. En effet, toute longueur en bois a une place minutieusement réfléchie, apportant équilibre et contraste au projet.

    Quant à ce qui est de l'horizontalité, la succession de plans à hauteurs différentes du sol fait résonance avec l'unique escalier extérieur du Rolex Learning Center, une marche correspondant à un plan horizontal. La répétition de l’élément horizontal sur différents plans permet alors de créer une sensation d’ascension, tout en laissant deviner une sorte de point culminant (trois des plans horizontaux coupant l'ascension), attiré par les rayons lumineux.


    Une multitude de contrastes se créant au travers du projet, l'idée de dualité (du latin dualis, "caractère ou état de ce qui est double en soi ; coexistence de deux éléments de nature différente", Petit Robert 2015) s'est rapidement révélé comme étant fil conducteur de celui-ci.


    En addition de l'opposition plutôt évidente entre les plans verticaux et horizontaux, opposition de plus accentuée par la taille des lambourdes (la largeur des planches horizontales représentant le double des verticales), leur disposition entremêlée rappelle celle d'un tissu, constitué d'un "assemblage régulier de fils ou de fibres, disposés en deux séries croisées à angle droit" (définition tirée du Larousse). Cet entrelacement permet d'ailleurs d'alterner vide et plein où la lumière est à son tour libre de jouer avec les  ombres (cf. image ci-dessus).

    Puis, d'un point de vue purement géométrique, une disparité importante se forme entre les droites et les courbes caractérisant la structure. Cette différence ne fait qu'accentuer le jeu d'ombre et de lumière découlant du réseau de plans. 

    L'effet de miroir mettant en relation les plans horizontaux, alors placés à différentes hauteurs, et un même plan, lui aussi horizontal, situé cette fois-ci au pied de la structure et reflétant les planches supérieures comme leur ombre au sol, contribue également à cette idée de duel, de dédoublement.

    Un autre aspect du projet dépeignant une dualité est la membrane, séparant deux espaces. L'un est courbes, en offrant une infinité de différentes en fonction du point de vue. L'autre est strict, droit (en omettant l'incurvation des plans horizontaux), s'arrêtant net à même distance de la membrane, la succession de plans horizontaux constituant le "plafond" de cet espace comme flottant dans les airs (apportant par ailleurs un côté très aéré à cet élément de la structure). Ce point est en partie illustré par le modèle en plâtre, réalisé en trois parties distinctes, séparant la membrane et les deux côtés.


    Image Thu Nov 28 2019 11:12:48 GMT+0100 (CET)

    Modèle en plâtre réalisé en trois parties, la membrane épaisse de 3mm appuyant l'idée de dualité, plein du projet


    La taille de la structure pouvant varier de façon proportionnelle, offrant une abondance d'alternatives, son dimensionnement à taille réelle a été déterminé de façon à être en relation directe avec le corps humain. Vu d'une part comme un espace de repos, invitant quiconque à s'y installer l'espace d'un moment, laissant balader le regard sur le Rolex Learning Center, il n'est alors point nécessaire que les plans horizontaux supérieurs présentent une hauteur très importante. Cependant, de l'autre côté de la membrane verticale, une sorte de parcours guidé par les courbes (définissant autant des contraintes en largeur qu'en hauteur) est rendu possible que par des hauteurs convenables à un déplacement plus ou moins agréable du corps. Ainsi conditionné par les diverses dimensions verticales, le corps doit se courber, puis se relever, jouant avec la structure environnante, retraçant ses courbures.


    PLAN DE PRÉSENTATION ORALE


    Nous allons appuyer notre présentation orale sur un parcours à travers nos différentes modèles en bois, afin de souligner le processus général du projet et de laisser apparaître diverses dualités l'habitant. Plus précisément, sera évoquée l'évolution entre l'émergence des premières idées, leur développement jusqu'à la réalisation à taille réelle en passant par quelques alternatives. Ce parcours s'arrêtera notamment sur les dessins présentés, le modèle en plâtre, des échantillons de jointures ainsi que quelques outils nous ayant aidé durant le processus de création.


    Image Wed Nov 27 2019 11:14:11 GMT+0100 (CET)
  • Lettre épistolaire_texte 1

    Par Von Flüe Oriane, 24/11/19

    Mercredi 2 octobre 2019


    Chère Léane, 


    Comme tu as sans doute dû le remarquer, je n’ai pas passé beaucoup de temps chez nous ces derniers temps et j’en suis profondément désolée. Tu comprends, mes études débutant, je fais face à une phase d’adaptation considérable. Ce qui change beaucoup du gymnase, c’est surtout le côté pratique en fait. L’organisation du travail est différente ; je ne peux plus travailler exclusivement depuis la maison par exemple. 


    Mais tu verrais, ça te plairait. On construit plein de choses : des dessins, une maquette avec des baguettes en bois et même une autre en plâtre ! Dépeint comme ça, on pourrait presque croire que les projets sont disparates. A contrario, le fil rouge est le Panthéon. Tu sais, le monument historique situé à Rome. En fait, les architectes de l’époque l’ont conçu avec un sol légèrement bombé. Notre rôle était donc de souligner cette inclinaison en l’exagérant. Néanmoins, comme tu peux t’en douter, le sol d’un bâtiment est généralement de surface importante. C’est pourquoi nous avons travaillé uniquement sur deux fragments par binôme. C’est donc seulement après l’assemblage de toutes les maquettes (en premier lieu en bois, puis en plâtre) que l’entier du projet prend sens. 


    Je t’expliquerai plus en détails une fois à la maison, mais te voilà une petit idée de ce qu’il se passe de mon côté actuellement. 

    À tout bientôt, 


    Orianne

  • TISSAGE EN DUEL

    Par Bussy Léane, Couelle Jeanne, Fleischer Adrien, Von Flüe Oriane, 24/11/19




    Par l’intersection de deux plans un espace s’ouvre. Libre alors à toute chose, telle notre regard, ou une idée, de s’y (dé)placer.


    Image Sat Nov 30 2019 15:49:48 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Modèle en bois en taille 1:10 en correspondance directe avec un élément du Rolex, l'escalier coupé par une courbe


    Notre espace, ouvert par un tissage de plans, englobe à la fois verticalité, horizontalité et courbure. Les courbes de ce projet sont chacune inspirée d’incurvations déjà existantes, en corrélation directe avec le Rolex Learning Center ainsi qu'un élément de la phase MEASURES.


    Influences du projet en images :

           Image Sat Nov 30 2019 14:11:17 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sat Nov 30 2019 15:44:40 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Plans horizontaux : le Rolex Learning Center & son escalier extérieur


    Image Sat Nov 30 2019 14:24:51 GMT+0100 (CET)

    Plan vertical : l'interstice mesuré lors de la phase MEASURES
    Sketch, courbure d'un fragment du projet précédent, Adrien Fleischer


    Le plan vertical, assurant le rôle de membrane, est la colonne vertébrale soutenant l'entière ossature. Les différents plans horizontaux s'y entremêlent, filtrant la lumière. En la contemplant dans sa totalité, la structure peut rappeler une sorte de tissu. Chaque lambourde et chaque planche se comportent bel et bien à l'image de fils, chacune étant une partie intégrante du tissage. En effet, tout élément a une place spécifique, apportant équilibre et contraste au projet.

    Image Sat Nov 30 2019 14:40:52 GMT+0100 (CET)

    Dessin technique, axonométrie version finale, échelle 1:5, Adrien Fleischer


    Quant à ce qui est de l'horizontalité, la succession de plans à hauteurs différentes du sol fait résonance avec l'unique escalier extérieur du Rolex Learning Center. La répétition de l’élément horizontal sur différents plans, à l'image des marches, permet alors de créer une sensation d’ascension, tout en laissant deviner une sorte de point culminant.


    Procédure en atelier - construction conceptuelle du projet

    Image Sat Nov 30 2019 15:11:33 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Entrons à l'intérieur du projet...


    Une multitude de contrastes se créant au travers du projet, l'idée de dualité (du latin dualis, "caractère ou état de ce qui est double en soi ; coexistence de deux éléments de nature différente", Petit Robert 2015) s'est rapidement révélé comme étant fil conducteur de celui-ci.


    L'opposition plutôt évidente entre les plans verticaux et horizontaux est tout d'abord accentuée par la taille des lambourdes, la largeur des planches horizontales étant le double des verticales. Leur disposition entremêlée rappelle celle d'un tissu, constitué d'un "assemblage régulier de fils ou de fibres, disposés en deux séries croisées à angle droit" (définition tirée du Larousse). Cet entrelacement permet d'ailleurs d'alterner vide et plein où la lumière est à son tour libre de jouer avec les  ombres.

    Image Sat Nov 30 2019 14:40:52 GMT+0100 (CET)

    Dessin technique, perspective & détail d'une marche, échelle 1:10, Jeanne Couelle


    Image Sat Nov 30 2019 16:21:37 GMT+0100 (CET)

    Jeu d'ombre et de lumière, modèle en bois à l'échelle 1:10


    Puis, d'un point de vue purement géométrique, une disparité importante se forme entre les droites et les courbes caractérisant la structure. Cette différence ne fait qu'accentuer le jeu d'ombre et de lumière découlant du réseau de plans. 

    Image Sat Nov 30 2019 14:25:47 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Image Sat Nov 30 2019 14:40:52 GMT+0100 (CET)

    Mise en relation avec l'incurvation du projet

    Dessin technique, Perspective de la première version & détail de la courbure, échelle 1:10, Léane Bussy


    L'effet de miroir mettant en relation les plans horizontaux, alors placés à différentes hauteurs, et un même plan, lui aussi horizontal, situé cette fois-ci au pied de la structure et reflétant les planches supérieures comme leur ombre au sol, contribue également à cette idée de duel, de dédoublement.

    Image Sat Nov 30 2019 15:20:25 GMT+0100 (CET)

    Dessin technique, évolution du projet à travers deux Monge, échelle 1:10, Orianne von Flüe


    Un autre aspect du projet dépeignant une dualité est la membrane, séparant deux espaces. L'un est courbes, en offrant une infinité de différentes en fonction du point de vue. L'autre est strict, droit (en omettant l'incurvation des plans horizontaux), s'arrêtant net à même distance de la membrane, la succession de plans horizontaux constituant le "plafond" de cet espace comme flottant dans les airs (apportant par ailleurs un côté très aéré à cet élément structurel). Ce point est en partie illustré par le modèle en plâtre, réalisé en trois parties distinctes, séparant la membrane et les deux côtés.


    Image Sat Nov 30 2019 14:17:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Modèle en plâtre réalisé en trois parties, la membrane épaisse de 3mm appuyant l'idée de dualité, plein du projet en échelle 1:10


    Image Sat Nov 30 2019 16:24:38 GMT+0100 (CET)

    Procédure de moulage du modèle en plâtre


    « Répète ton élément » 


    Image Sat Nov 30 2019 14:17:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Modèle en plâtre, les trois parties s'écartant de plus en plus, créant un certain jeu d'ombre


    La taille de la structure peut varier de façon proportionnelle, offrant une abondance d'alternatives. Son dimensionnement à taille réelle a été déterminé de façon à être en relation directe avec le corps humain. La structure est vu d'une part comme un espace de repos, invitant quiconque à s'y installer l'espace d'un moment et laisser balader son regard sur le Rolex Learning Center. Il n'est alors pas nécessaire que les plans horizontaux supérieurs présentent une hauteur très importante. Cependant, de l'autre côté de la membrane verticale, un parcours guidé par les courbes (définissant autant des contraintes en largeur qu'en hauteur) est rendu possible par des hauteurs convenables à un déplacement plus ou moins agréable du corps. Ainsi conditionné par les diverses dimensions verticales, le corps doit se courber, puis se relever, jouant avec la structure environnante, retraçant ses courbures.


    Procédure en atelier - construction physique du projet

    Image Sat Nov 30 2019 14:40:52 GMT+0100 (CET)Dessin technique, axonométrie éclatée de la version finale, échelle 1:10, Léane Bussy


    Préférant se concentrer sur la qualité de la construction plutôt que la quantité, il a été décidé de présenter à taille réelle un fragment du projet entier uniquement.

    Image Wed Nov 27 2019 11:59:18 GMT+0100 (CET)

    Détail construit à taille réelle : partie non hachurée


    Image Sat Nov 30 2019 15:36:27 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    En plein processus de construction à échelle 1:1, bois


    de nouvelles sensations : l'usure du bois, la perceuse traçant son chemin, de la sciure virevoltant, les planches s'entrelaçant, une structure se tissant progressivement 


    Procédure en extérieur - implantation du projet dans le paysage



    Image Wed Dec 04 2019 13:55:06 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    L'oeuvre de Richard Serra, The Matter of Time, se profile comme étant, à nos yeux, étroitement liée à notre projet, notamment par la courbure de ses trois plans verticaux mais aussi par les deux espaces créés entre ceux-ci.

    Image Mon Nov 25 2019 21:05:33 GMT+0100 (CET)

    Richard Serra, The Matter of Time, Guggenheim Bilbao Museoa, 1994-2005


    Et si courbe & droite étaient en fait bien plus que duelles l'une de l'autre ?

  • Foundations, the roots of any project

    Par Perrin Raphaël, Von Flüe Oriane, 28/10/19

    Image Mon Oct 28 2019 19:33:38 GMT+0100 (CET)

    Tip of the iceberg

    https://www.theatlantic.com/health/archive/2013/06/healthy-soil-microbes-healthy-people/276710/


    D'un amas de pierres peuvent surgir soit des fondations, soit des ruines.” (Valeriu Butulescu, Aphorismes)


    MEASURES, Evian, October 2019

    Following the track of our colleagues who accomplished the 2018/2019 Becoming Leman project, our task was to work on the project foundations, at the same time the most prominent element of any structure but also the one we tend to forget about. Considering our case for instance, the foundations were indeed the unique part not referenced beforehand. The first stage was thus to dig up one foundation per pair in order to study it. The obviousness emerging after a few instants of digging with a shovel was that, the base being suddenly overdrawn, the structure was moving, losing its initial stability. 


    Instability of the structure once the foundation dug up, Evian



    MEASURES, process on site (Evian)


    "My feet are spreading the topsoil around and my hands are gathering leaves until the intensity of the rain decreases."

                                                                                                   Image Tue Oct 29 2019 19:11:49 GMT+0100 (CET)     

    ubiquity of humidity, runoff of rain, course of the water, measuring meticulously every single curvature, mixing of water, soil & plaster, watching ones-selves backs by shielding the moulding, discovering the final result in the sunlight 



    MEASURES, process in studio

    "S’emparer de la «donnée complexe, confuse, parfois même insaisissable» pour la «projeter» (un terme qui appartient au vocabulaire architectural) dans la sphère de la réalité abstraite qui n’est plus, certes, le monde des idées platoniciennes, mais celui, «grapho-numérique» de la grille. Une telle opération ne se contente pas de déplacer l’objet concret, elle le transfigure : Au terme de l’opération, nous obtenons plus que l’équivalent de la chose : son image allégée, débarrassée des accidents et susceptible d’une évaluation.

    ALICE Codex Measures, p.10


    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)Technical drawing, Monge and a serie of coupes of the plaster model brought back from Evian, Orianne von Flüe


    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)Technical drawing, axonometry of the first plaster, Raphaël Perrin


    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)

    Technical drawing, Monge and cut perspective of the entire void & axonometry of the void within the initial structure, Orianne von Flüe


    Image Tue Oct 29 2019 19:38:20 GMT+0100 (CET)Fusion of architecture & nature
    Plaster model moulded on site (L)
    Fusion vase, Ferréol Babin, stone & aluminium, http://leibal.com/products/fusion-vase-3/?utm_medium=Social&utm (R)


    Image Sat Nov 02 2019 21:16:20 GMT+0100 (CET) Mould of the entire interstice, Raphaël Perrin & Orianne von Flüe


    Image Sat Nov 02 2019 21:16:20 GMT+0100 (CET)Moulding of that same interstice, Raphaël Perrin & Orianne von Flüe


    Time lapse of the hybrid mould construction, material : clay, Raphaël Perrin & Orianne von Flüe


    Image Sat Nov 02 2019 20:05:08 GMT+0100 (CET)Hybrid mould, in motion, cracking, material : clay, Raphaël Perrin & Orianne von Flüe
    Rift
    Michael Heizer, 1968, Land art, https://nfafcblog.tumblr.com/post/76161087069/michael-heizer-rift-the-transformative-powers-of (M)


    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)

    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)

    First plaster mould of the void, Raphaël Perrin & Orianne von Flüe


    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)
    Image Fri Nov 08 2019 18:52:39 GMT+0100 (CET)

    Hybrid plaster mould of the void, Raphaël Perrin & Orianne von Flüe



    MEASURES, a recycling strategy


    Leftover of our pathway in Evian : a large quantity of wooden sticks and a bunch of unstructured holes, once the foundations dug up. 

    Hence, a consistent scenario of destruction would be to recycle the wooden sticks as we usually use trees for : making paper or wood chips. Bearing in mind we still need to fill the holes of the digging, making wood chips out of the sticks seems to remain the best recycling option, thereby creating a clean and neat site.

    Image Mon Oct 28 2019 19:39:28 GMT+0100 (CET)Metamorphosis of the wooden sticks

    http://www.leboiseux.fr/2016/06/les-petits-trous-1.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_pinterest&utm_campaign=_ob_sharebar

    https://www.gettyimages.fr/photos/copeaux-de-bois?excludenudity=false&license=rf&family=creative&phrase=copeaux%20de%20bois&sort=best

    http://throughthelensdarkly.com/trips/excursions/20071006/index.html


    To what extend could weather conditions interfere, even obstruct measures?

  • CRAFTS_le sol du Panthéon_plâtrer

    Par Bonnet Iciar, Bussy Léane, Couelle Jeanne, de Huu Audrey, Deshayes Charlotte, Divonre Lisa, Dürig Alexander, Fleischer Adrien, Hajoubi Youssra, Hausel Anna, Lam Kenneth, Ozhiganova Anna, Paidoussis Léa, Perrin Raphaël, Sills Sophie, Von Flüe Oriane, 05/10/19

    Plâtrant pour la première fois, nous avons décidé de travailler tous ensemble pour être plus efficace. Nous avons formé organiquement trois groupes pour chacun des processus requis: préparation du plâtre et mélange de la matière, écoulement et homogénéisation de la forme. 


    Image Sat Oct 05 2019 13:58:31 GMT+0200 (CEST)

    Préparation du plâtre et mélange


    Image Sat Oct 05 2019 13:58:31 GMT+0200 (CEST)

    Coulée du plâtre dans les moules


    Image Sat Oct 05 2019 13:58:31 GMT+0200 (CEST)

    Lissage de la surface à la règle


    Déroulement du processus en entier