Construire le mouvement

Par Perron Clément, 24/03/20

Premiers pas



                  Image Sun Mar 29 2020 22:58:03 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Sun Mar 29 2020 22:58:03 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Sun Mar 29 2020 22:58:03 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                                                                                      Détails d'éléments du site



En arrivant sur le site ma première réflexion fut de relever les différents mouvements présents. Tout d'abord le Rhône, son écoulement linéaire donne un mouvement constant. Ce mouvement peut être déstabilisant ou apaisant mais cette régularité le place comme un repère fixe dans le site. Ensuite, les différents chemins d'accès dirigent les passants selon leurs tracés dans l'espace créant ainsi d'autres mouvements cette fois d'origine humaine. Plus particulièrement le chemin qui borde la protostructure et surplombe la rive du fait de son orientation s'oppose au mouvement de l'eau. Lorsque que l'on accède au site par cette voie on remonte l'écoulement de l'eau créant une ambiguïté spatiale amplifiée par la différence de hauteur entre les deux courants.


                                Image Sun Mar 29 2020 22:58:03 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Sun Mar 29 2020 22:58:03 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Vue du site depuis l'un des chemins d'accès



Le chemin que l'on ne peut pratiquer que dans deux sens s'ouvre sur le plateau où les mouvements sont plus libres. Pour finalement se réduire au mouvement unidirectionnel de Rhône. 

La protostructure s'inscrit comme un élément joignant ces deux courants opposés et deux hauteurs. Du chemin au Rhône en traversant le petit plateau, j'ai installé mon projet en bordure du chemin dans la pente pour permettre au passant d'expérimenter ce changement d'environnement dans une zone peu praticable. L'autre raison de ce choix est mon envie de faire ressentir aux passants l'attraction provoquée par l'écoulement du Rhône. La pente offre la possibilité d'installer une plancher incliné. Celui-ci, du fait de la gravité, nous attire physiquement vers son point le plus bas, tout comme le Rhône. En arrangeant les lignes directrices du projets vers ce point de chute, cette attraction se verra amplifiée.




Recherche



Image Mon Mar 30 2020 00:24:35 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


Les premières lignes directrices étant posées, c'est le début du questionnement : comment transmettre cette sensation de mouvement dans mon projet? Comme cité plus haut, l'utilisation d'une pente comme plancher pour ce rôle précis m'a semblé efficace. Mais encore faut-il choisir l'inclinaison et l'orientation de cette pente. Concernant l'orientation, je me suis laissé deux choix : dans le sens d'écoulement de l'eau ou le sens inverse. La deuxième alternative m'a paru plus intéressante, en effet, l'inclinaison s'oppose au mouvement de l'eau, renforçant le sentiment de mouvement contraire. J'ai effectué quelques tests à l'aide de maquettes pour trouver une inclinaison convenable. Transmettre la sensation de mouvement sans être impraticable. 



        Image Mon Mar 30 2020 00:24:35 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Mar 30 2020 00:24:35 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




Confrontation

Pour pousser la recherche plus loin, je me suis éloigné du projet pour développer mes idées avec des nouvelles thématiques. C'est toujours une phase importante et intéressante du projet car elle me permet de prendre du recul sur ce que je conçois. Trois images du dossier de référence ROOMS m'ont particulièrement interpellées.



            Image Mon Mar 30 2020 00:24:35 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Mar 30 2020 00:24:35 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


Dans les deux images à gauche, des plateformes sont reliées par des escaliers. Ces derniers servent de connexion entre des spatialités différentes. Cette caractéristique peut être comparée au site où la pente du terrain relie le chemin au plateau en contrebas. Pour le projet, j'ai eu l'idée de reprendre cette liaison entre deux plans par une pente. 

La qualité géométrique de l'image de gauche m'a amené à produire un plan de lignes constructrices proportionnelles et symétriques. 


Image Mon Mar 30 2020 03:43:05 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




Image Mon Mar 30 2020 03:43:05 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Cliff House / Mackay-Lyons Sweetapple Architects


Cette maison offre la possibilité d'explorer une spatialité nouvelle. Elle utilise la petite falaise pour emporter son visiteur au-dessus du paysage lui procurant une nouvelle vision du lieu. De plus, elle donne l'impression de flotter, ce qui accentue son abstraction et lui donne un point de vue omniscient. Toutes ces qualités renforcent l'intimité intérieure, ce qui est très intéressant à utiliser pour ce projet. Le fait de surplomber une étendue induit une prise de recul et un moment de réflexion interne. L'implantation sur le site et l'environnement alentour de cette maison étant très proches du projet au bord du Rhône, cette dernière m'a beaucoup aidé à comprendre les enjeux présents et à les développer.



Mains à la pâte

J'ai construit une première maquette afin de pouvoir toucher et véritablement entrer dans le projet. 


    Image Mon Mar 30 2020 03:43:05 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)          Image Mon Mar 30 2020 03:43:05 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)         Image Mon Mar 30 2020 03:43:05 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


Le but était de se rendre compte des possibles erreurs de perception et cela a bien fonctionné car cette maquette m'a permis d'améliorer de nombreux éléments du projet comme la pente, les dimensions générales ou encore la matérialité des parois. 

L'évolution du projet a continué malgré les restrictions et les premiers test sur des programmes de modélisation 3D ont relevé d'autres points à changer. Ce ne fut pas facile de faire le changement mais l'utilisation d'un nouveau médium est venu compléter l'accomplissement du projet.

Image Mon Mar 30 2020 04:49:27 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Débuts sur Sketchup

Puis Rhino,

Image Mon Mar 30 2020 07:35:15 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Le projet borde le chemin pour ensuite s'étendre dans la pente. Les promeneurs peuvent traverser le projet pour arriver sur celui de Phil qui les conduira en bas de la pente. La combinaison des deux projets permet de couper dans la pente.




Aboutissements

Image Mon Mar 30 2020 05:22:10 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Plan, élévations et perspective


Synthèse    -    L'origine de ce projet est de mettre en relation les mouvements présents sur le site tels que l'écoulement du Rhône et le déplacement des promeneurs avec une construction qui essaye de les répliquer. La pièce n'est plus un lieu immobile mais traversé par ces courants. Le tout crée un ensemble dynamique qui joue sur les notions d'intérieur et extérieur. Finalement, ce projet essaye de proposer une exploration des espaces et des liens qui les unissent.



Image Mon Mar 30 2020 05:55:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Le plancher du projet reprend le sol du site : deux hauteurs horizontales reliées par une pente. 


Le premier plan est celui qui accueille, l'accès est simple avec une largeur de 1 [m]. Lorsqu'on s'y engage, sa largeur se réduit au fur et à mesure jusqu'au moment où il n'est plus possible d'avancer et il faut changer de plan. Ce moment n'est pas fixe, il dépend de chacun et propose donc une expérience individuelle.

Le côté supérieur du second plan mesure environ 3.5 [m] et le bas 1.5 [m]. Les possibilités de chemins se réduisent et l'on se retrouve sur une surface moins grande. Cela permet de faire converger tous les mouvements vers un espace réduit et ainsi renforcer le sentiment d'écoulement.  Ce plan est incliné d'environ 13°, une pente douce qui permet de se mouvoir aisément ou même de rester sur place. C'est un espace de transition tout comme une espace statique car, s'il est plus simple de le traverser du fait de son inclinaison il reste assez étendu pour s'y arrêter et expérimenter un espace de transition.

Finalement on arrive sur le dernier plan, le plus bas du projet. L'accès depuis le sol y est compliqué mais possible depuis un côté, ce qui rend le projet traversable. Il était important que le projet n'ait pas d'impasse pour garder cette notion de mouvement présente sur le site et ainsi mieux s'y intégrer. Ce plancher surplombe la fin de la pente et offre une vue dégagée sur le Rhône et la protostructure. On peut s’asseoir sur le rebord et avoir les pieds qui pendent comme si l'on était assis sur le muret au bord de l'eau. Cette plateforme reprend l'idée de la "Cliff House" exprimée au-dessus. Par le fait de surplomber le reste du site, le sentiment d'intimité est accentué. Se déroule alors un jeu entre ce sentiment d'intimité souvent lié à des espaces encadrés et l'ouverture totale de cette plateforme. Cet espace ouvert garde l'intimité intérieur au projet.

Image Mon Mar 30 2020 05:55:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


Vue depuis le bas de la pente


Le projet est encadré de trois parois dont deux constituées de planches inclinées (similaires à un store) qui donnent lieu à un espace intime intérieur tout en gardant contact avec l'extérieur. La vision est partiellement troublée mais les bruits et le vent restent présents. Les lignes parallèles des parois contribuent à attirer l’œil vers l'espace ouvert en contrebas.


    Image Mon Mar 30 2020 05:55:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Mar 30 2020 12:13:45 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Mar 30 2020 05:55:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



  Ce jeu d’ambiguïté interne/externe se retrouve aussi dans les différents points de vues possibles dans le projet. Sur le seuil du premier plan, on se retrouve entouré de parois donc dans un espace intérieur mais l’œil est attiré par la pente et les lignes convergentes sur la partie ouverte du projet. A l'opposé, depuis le plan inférieur, l'espace y est totalement ouvert et on trouve en amont un espace contraint. Chacune de ces vision donne lieu à des angles morts, on ne voit l'entièreté du projet que depuis l'intérieur. Chaque point d'entrée cache l'autre.


                            Image Mon Mar 30 2020 05:55:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)        Image Mon Mar 30 2020 05:55:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


A gauche vue depuis partie inférieur, à droit partie supérieur


Une toiture qui s'élève à 2 [m] du plancher vient renforcer l'intériorité du projet. Pour garder une lumière correcte à l'intérieur malgré le feuillage des arbres environnants, la face supérieur est semi-fermée ou semi-ouverte, prenant la forme d'une feuille ou d'une flèche pointant vers le Rhône. La séparation indique deux espaces intérieurs abstraits : l'un à droite de l'ombre de la poutre du toit liant directement les deux plans et l'autre profitant du coin à gauche.


Image Mon Mar 30 2020 06:48:23 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

Les poteaux structurels constituent un système similaire à des pilotis facilement ajustables pour mieux s'adapter au terrain. Les planchers sont surélevés et laissent flotter les plans et les parois au dessus du sol. Le projet est suspendu en l'air, au-dessus d'un espace normalement pas praticable.


Connections

Une petite ouverture dans l'angle droit permet de passer dans le projet de Phil. Un petit système de marches discret est utilisé. 


            Image Mon Mar 30 2020 07:56:34 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Mon Mar 30 2020 07:56:34 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

A gauche vue de l'intérieur, à droite vue de l'extérieur