• Dans le platane

    Par Prod'Hom Arthur, 26/02/20



    " Like all walls it was ambiguous, two-faced. What was inside it and what was outside it depended upon which side of it you where on. [...] It enclosed the universe, leaving [the place] outside, free."


    The Dispossessed, Ursula K. Le Guin



    *


    Retour aux studios, départ pour une visite des sites sur lesquels les deux prochaines phases se dérouleront.



    Image Wed Feb 26 2020 17:14:22 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Je marche depuis le centre-ville de Genève, me laissant porter par le courant. Le Rhône et l'Arve se rejoignent et fuient vers l'ouest. 



    Image Wed Feb 26 2020 17:14:22 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    La Mangrove, un lieu singulier à quelques pas des blocs de béton. Dépaysant, aux pieds des platanes, les pieds dans l’eau.



    Image Wed Feb 26 2020 17:14:22 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Lien entre les deux rives, un pont ferroviaire. De hautes barrières dissuadent quiconque de fuir ce monde, happé par le cours d’eau.



    Image Wed Feb 26 2020 17:14:22 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Le parking du théâtre du Galpon, un autre lieu atypique, celui-ci n’accueille pas foule. Une voiture française y est parquée, son propriétaire paraît être le seul à profiter de ce lieu méconnu.



    Image Wed Feb 26 2020 17:14:22 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Je décide d’opter pour la mangrove, lieu où l'on oublie la ville – bien qu’on soit toujours dedans – que ce soit pour promener son chien, se rassembler ou se perdre dans ses idées. Une place de repli.




    Image Sun Mar 15 2020 19:14:38 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Dans cette même optique, je souhaite créer un lieu dans un lieu. Pousser l’introversion plus loin. Passer du positionnement au pied du platane jusque dans ses bras, suspendu entre les arbres. Un parallélépipède fermé à l’exception d’une ouverture laissant passer un fin rayon de lumière et le chant du Rhône. Si souhaité, il est toujours possible de jeter un oeil à l’extérieur, le fleuve, l’autre rive, le ciel et les branches.



    *


    – IN DEPTH –


    Orienté à l'ouest, face au Rhône, dos au vent, l'abri se greffe – et ceci sans le toucher – au seul arbre inscrit dans la protostructure. La géométrie est définie par les environs, abandonnant l'orthogonalité du quadrillage au profit d'une certaine indépendance.



    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    La protostructure permet de se détacher du sol et de s'adosser au platane. Une des lignes de ce quadrillage perce le dedans, cette présence rappelle la réalité structurelle  ainsi sa présence et son orientation. 



    Image Sat Mar 14 2020 10:29:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    La structure forme la carapace de l'espace, utile à la fois comme squelette et comme accès. Elle constitue la limite entre le dedans et le dehors. Sa complexité permet la sobriété de son contenu, le laissant extérieur à l'univers.



    Image Mon Mar 02 2020 08:56:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Mon Mar 02 2020 08:56:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Mon Mar 02 2020 08:56:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Seul lien entre le dedans et le dehors, l'ouverture – seul moyen de communication entre ces deux espaces – se devait d'être maitrisée. De nombreux essais ont permis de développer une ouverture offrant la relation souhaitée entre un côté et l'autre de la peau de l'espace. L’ouverture se transforme en fissure; empêchant au visiteur tout lien visuel passif avec le dehors. Une fuite de lumière est tout de même possible et 



    Image Mon Mar 02 2020 13:10:34 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Mon Mar 02 2020 08:56:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Mon Mar 02 2020 08:56:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Suite au voeu de créer un lieu dans une imbrication de lieux, l’accès se fait via un périple. A la manière du film Stalker de Tarkovski, le pèlerinage participe à la perception du lieu de destination. Il en fait même partie intégrante.

    Le visiteur doit se trouver à Genève, entrer dans la forêt qui borde le Rhône, atterrir à la mangrove, entrer dans la protostructure et arpenter certains couloirs et plateformes composants différents projets voisins. Tout ceci pour déboucher sur une échelle permettant de parcourir la structure. Un loquet doit être actionné – engageant une dernière fois l’action du spectateur – afin d’entrer dans cette parenthèse spatiale.




    Image Tue Mar 24 2020 14:57:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Tue Mar 24 2020 15:14:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Sat Mar 14 2020 14:25:33 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Wed Mar 25 2020 22:53:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Wed Mar 25 2020 22:53:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)






    Une pièce à première vue des plus classiques, un sol, quatre murs et un toit. Les angles du toit s’affaissent, forme familière rappelant le toit à deux pans. Cette chute est amortie par une courbe –prolongement du sol – légèrement molle et faite de liège. Un nid, une cavité dont on ne devine pas la nature depuis le dehors. 



    Image Sat Mar 14 2020 13:59:18 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sat Mar 14 2020 14:25:33 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    *


    – SYNTHESE –


    Dans un emboitement d’intériorité, au sein même du platane, boudoir, lieu de repli, l’espace développé cherche l’introversion. Coupé visuellement de ce qui ne fait pas partie de l’espace, seule une fraction du platane et un rayon du soleil parviennent à pénétrer le lieu.


    La structure, comme le squelette, forme l’ossature et permet l’accès au nid. 
    Les parois, comme la peau, offrent le sentiment d’habiter l’arbre, entre l’écorce et le bois. 


    Coupé de ce qui l’entoure, le lieu tente de retourner le concept d’intérieur - extérieur.
    Coupé du reste du monde, l’espace acquière une certaine plénitude.




    Image Tue Mar 24 2020 14:57:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Sat Mar 14 2020 14:25:33 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Mon Mar 30 2020 21:06:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Mar 30 2020 21:06:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




    Image Mon Mar 30 2020 21:06:54 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    *


    – STORYBOARD –

    Image Mon Mar 02 2020 11:05:38 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    *


    – REFERENCES –


    Image Fri Mar 13 2020 17:19:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sun Mar 15 2020 00:31:43 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) 

    Images extraites du film Nostalghia (1983) de Tarkovski.


    Imbrication d'intériorité. Poupée russe.

    ____


    Image Fri Mar 13 2020 17:19:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Teatrino scientifico de Franco Purini et Laura Thermes.

    La structure permet la sobriété de son contenu et forme le seuil de l'espace. 



    ____



    Image Fri Mar 13 2020 17:19:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Melle de De Vylder Vinck Taillieu

    L'action assez radicale de fissurer l'espace crée un lien intime entre le dedans et le dehors



    *


    Image Sat Mar 14 2020 14:43:00 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
  • Ambiguité claustrale

    Par Hon Maxime, Mathez Vincent, Prod'Hom Arthur, Zahaf Maël, 18/12/19




    "L'espace efface le bruit."

    Victor Hugo


    *


    —    WEEK 1    —

    apocalypse; cohésion; éclosion


    Tous les artefacts en plâtre des phases précédentes sont réunis et répartis sur un cheminement de tables. Développement théorique du concept de protostructure. Assemblage et implantation d'une protostructure dans la topographie fictionnelle. 



    Image Wed Dec 18 2019 11:33:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Nous partons de la consigne donnée: repenser et modifier notre structure de PLANES en vue d’une intégration au sein de la protostructure. Nous décidons de repartir de trois plans; deux verticaux et un oblique.

    Il était claire que la topographie – se rapprochant d'un paysage de ville en ruine – prendrait une place importante dans le projet. Nous tenterons d'établir un dialogue, créant un lien fort entre le projet et le terrain sur lequel il s'inscrit. 

    Nous remarquons rapidement qu’un « chemin naturel » menant à une alcôve dans un gros bloc est délimité par deux éléments topographiques. Les plans verticaux suivent ces géométrie, cassant de la sorte le parallélisme présent dans notre projet précédent.




    —    WEEK 2    —

    précision; adaptation; finition


    Notre section de protostructure étant plutôt instable – certains des pieds n’atteignants pas le sol – nous décidons de créer des fondations monolithiques, reprenant une géométrie de la topographie. Ceux-ci sont surmontés d’une plaque en bois reprenant la géométrie de la protostructure. De cette manière, cette dernière et la topographie se rejoignent et coexistent. 



    Image Wed Dec 18 2019 22:52:53 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Chaque plan s’accommode de deux fentes, induites par les lambourdes horizontales de la protostructure. Les plans viennent se greffé à cette matrice tridimensionnelle, ne la modifiant pas. Suivant la géométrie présente, un plan est en lien direct avec le sol et s'y appuie, tandis que l'autre – suivant l'arrête d'un artefact de plâtre en suspension – en est détaché. 

    La matérialité s'est imposée; le plâtre, opaque et lourd, en contraste avec l’aspect diaphane du papier calque.

    Le plan oblique est définit par le grand bloc contenant l'alcôve. Sa matérialité agit comme un rappel de notre structure de la phase précédente, étant constitué de baguettes espacées orientées selon le sens de la pente. Il est fait en bois, matériau commun aux deux plans verticaux. De plus, il participe à la rigidification de la protostructure. 

    Le mouvement induit par cet espace est transversal à la protostructure, malgré les fentes qui permettent toujours un dialogue timide avec la protostructure dans sa longueur. Ce rapport est déjà très fort dans le projet nous surplombant.

    Le résultat est un espace ambigu, ni intérieur, ni extérieur, de la même manière que l’alcôve et la protostructure. 




    Image Wed Dec 18 2019 22:52:53 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Wed Dec 18 2019 22:52:53 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Wed Dec 18 2019 22:52:53 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



  • SYNTHÈSE [PLANES]

    Par Hon Maxime, Mathez Vincent, Prod'Hom Arthur, Zahaf Maël, 08/12/19

    SYNTHÈSE

    HON Maxime / MATHEZ Vincent / PROD’HOM Arthur / ZAHAF Maël

    Les éléments donnés sont simples, deux plans verticaux et parallèles, traversés par un troisième plan oblique d’une pente de 20%. Dès le départ, nous sommes partis dans l’optique d’offrir une expérience à l’observateur, l’idée que ce dernier traverse le couloir formé par les deux plans verticaux s’est donc rapidement imposée. 

    Le couloir est délibérément étroit (60cm), afin de donner un sentiment d’ouverture vers le ciel, sentiment renforcé par la pente montante. Pour donner un sens au voyage dans le couloir, l’espace s’agrandit au bout de la structure, et accueille le spectateur. C’est à cet effet qu’une tranche de chaque plan vertical se replie sur elle même, la cime devenant racine. En rejoignant le sol, le plan ainsi plié participe à la stabilité de l’édifice. 

    Les plans de notre structure sont matérialisé par des lambourdes espacées, ce qui permet de ne pas les considérer comme des surfaces opaques, mais comme des éléments dont la transparence varie selon le point de vue. En effet, un utilisateur regardant devant lui dans le couloir ne percevra pas l’extérieur, tandis qu’un observateur externe verra l’intérieur de la structure. 

    L’espacement des lambourdes leur donne une dualité particulière, chacune appartenant à deux plans perpendiculaires, matérialisant le « decor » et les             « plans ». Ces derniers renforcent l’impression de profondeur par leur multiplicité.



    Image Sun Dec 08 2019 23:11:19 GMT+0100 (CET)




  • [PLANES]

    Par Hon Maxime, Mathez Vincent, Prod'Hom Arthur, Zahaf Maël, 03/12/19


    ---


    On ne sait jamais ce que le ciel veut ou ne veut pas,

    et il n'en sait peut-être rien lui-même.


    Jacques le Fataliste et son maître / Denis Diderot


    ---


    WEEK #1


                                   koua-dri-nô-m’; développement; intersection



    Le PLAN, sol, plateau, mur, limite, toit, surface, dessein, scène et decor, profondeur?

    Choix de quatre intersections de plans tirées des artefacts en plâtre de measures. Dessin des moments, création de maquettes.

    Première décision importante, celle de construire à l’aide de baguettes espacées, pour jouer avec la transparence et mettre en évidence les croisements des plans.




    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    beach chair - roof





    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    tunnel - 20%





    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    symbiosis




    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    plan, élévations, axonométrie 





    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    plan, élévations, axonométrie




    ---



    WEEK #2


    arpentage; keshômen; vis


    Sélection de la maquette sur laquelle le reste du projet se basera(c.f. la quatrième image du blog) Choix d’un emplacement. Nous recherchons du dégagement.  

    Défi supplémentaire, construction sans vis. Réflexion sur les détails constructifs, étude de faisabilité en 1:1. Prise de conscience des difficultés que le terrain et l’échelle impliquent. Construction d’une maquette au dixième de notre structure finale. Dessin de cette dernière.




    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    1:10 - 1:1




    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    1:10 / Work in progress





    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    1:10 / Backstage




    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)


    plan et élévations / 1:10 - axonométrie 30º/60º / 1:10




    ---



    WEEK #3



    bois; sciure; structure


    Construction de la structure finale. Une inquiétude plane, va-t-elle résister aux différentes contraintes?

    Les deux plans verticaux sont assemblés au SG, et amenés en une pièce sur le terrain. Les éléments de renfort et le plancher seront posés ensuite. Dessin du système constructif.


    Image Tue Dec 03 2019 09:27:16 GMT+0100 (CET)

    chablon




    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    work - rest





    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    goupille - manhattan






    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    rough terrain - system - endless


    rough terrain - system





    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    late night





    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    ellipse



    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    mvmt




    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    1:1



    La joie de voir s'élever une construction console l'architecte d'ignorer le sort qu'on lui réserve.

    Eugène Cloutier / Croisière





    Image Tue Dec 03 2019 10:52:27 GMT+0100 (CET)


    axonométrie 30º/60º



    MUTATIS MUTANDIS


























  • AQUA MOVERE

    Par Prod'Hom Arthur, Zahaf Maël, 20/10/19



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _101



    De nos jours, il est possible de mesurer une structure extrêmement précisément avec très peu de moyens. On peut s’essayer à capturer le réel, le plein et le vide, l’immobile. Il n’en est pas de même pour le mouvement. Celui-ci, dans cette optique, est difficilement quantifiable donc difficilement représentable . 

    Comment mesurer l’utilisation qu’un individu fait d’un espace à travers le temps? 

    Le mouvement est une trace dans le vide; du plein qui laisse place au vide. Ne serait-ce pas là que se situe le réel; dans le mouvement? 

    Dans ce travail nous tenterons d’approcher la limite de la mesure en représentant la trace de l’eau dans ce qu’on appelle une fontaine. 



    WEEK 1 

    Lundi, la journée est consacrée aux reviews pour la phase CRAFT. Tous les représentants ALICE arpentent les studios dans le but d’observer nos réalisations. C'est l'occasion d'aller jeter un oeil sur le travail de nos voisins. Malgré le fait que nos consignes soient identiques, il était intéressant de distinguer la singularité de chacun des travaux. Après un mois on peut déjà remarquer la patte, l'empreinte personnelle dans nos dessins ou nos moules.

    Nous partons le mardi matin à Evian. Rendez-vous: 7:30 sur les quais d'Ouchy. On traverse le lac, alors que le soleil n'entame que le début de sa traversée du ciel. L’objectif, prendre des mesures d’une structure en bois réalisée par les premières années de la volée précédente. 



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _102




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _103




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _100




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _104       MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _105



    Armés de nos mètres, K-way et carnets, nous prenons note de toutes les mesures nécessaire à notre projet sous une pluie incessante. Chaque studio s'affaire au relevé d'une partie de la structure. Nous nous attaquerons à la fontaine. Chaque binôme s’occupe d’une partie précise de celle-ci. 



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _106




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _107




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _107



    De retour aux ateliers, Mattia nous donne les directives pour la semaine. Nous devons dessiner notre partie de la structure : plan, deux élévations, axonométrie ainsi qu’une axonométrie représentant le vide laissé. Tout ceci à partir de nos croquis mouillés du matin même.

    Nous nous questionnons alors sur la représentation du vide. Comment montrer l'invisible, l'inexistant ? En imaginant le négatif, nous. arriverons à matérialiser l'immatériel. Nous déciderons de le représenter avec une coupe sur un angle du parallélépipède créé afin d'en montrer plus sur l’intérieur de ce vide.



    Image Sun Nov 03 2019 17:11:41 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _202




    WEEK 2 

    Sixième semaine de cours, les dessins s’améliorent, le programme se densifie. On commence par une discussion autour de la mesure dans la House of Commons avec Sébastien. Sacrifier le réel pour la mesure, abandonner l’expérience personnelle. Ces mots nous ont touchés et amènent plusieurs questions.

    Nous restons tard ce lundi soir, il pleut toujours.        L’eau!         Nous remarquons que nous n’avons pas pris les mesures de l’eau. Celle-ci et la fontaine ne faisaient pourtant qu’un. Le mouvement échappe à la mesure, il se fraie un chemin à travers le vide sans laisser de trace. Ne serait-il pas tout de même possible de capturer ce mouvement, matérialiser son passage?

    Nous esquissons une ébauche de concept et imaginons deux pièces de plâtre. Un pour le vide de la structure, l’autre pour le vide laissé par la passage de l’eau.

    Nous en parlons avec Mattia le mardi matin. Il approuve la direction que nous nous apprêtons à emprunter. Il nous réoriente cependant sur un point; nous devrions plutôt présenter un unique élément et non deux. Après réflexion, il s’est avéré que cette idée nous permettra d’approfondir notre concept. 

    Dans les jours qui suivent, nous décidons de considérer le vide – de notre section – du sol en pente au bord des plaques de béton constituant la fontaine. Nous pensons intéressant de couper la partie supérieure de cette pièce. Ceci nous permet d’expliciter le vide laissé par la structure, ainsi que  de rendre compte de l’inclinaison des deux éléments de béton. Nous nous voyons obligés de créer cette pièce en deux fois, le moule aurait été trop complexe à réaliser. Cette contrainte a tout de même permis la mise en valeur de la pièce supérieure et de sa complexité. Cette pièce exprime la pente, la largeur, l’épaisseur et la manière dont les plaques de béton sont tenues. Tout ceci fidèle à nos mesures. 

    Au sommet, nous tenterons de représenter la trace du passage de l’eau le long de son lit de béton. Ce choix nous a fait transpirer. Nous décidons d’utiliser la propriété visqueuse du plâtre afin de laisser une empreinte sur une reproduction miniature de la surface des dalles. Cette méthode empirique devrait nous permettre de simuler le passage de l’eau. De la même manière qu’en physique, il est de plus en plus courant de faire recours à des simulations afin d’obtenir des mesures, la quantité de facteurs à prendre en compte étant gigantesque. De ce fait nous devrions rendre compte de l’emprise qu’a l’eau sur la fontaine.




    Image Sun Nov 03 2019 17:23:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _108         MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _109




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _110



    Nous avons donc créé 3 moules; un pour l’eau et deux pour la fontaine. Nous arrivons à couler ces deux derniers le vendredi et nous entamons les premiers tests du moulage de l’eau. Les résultats sont loin d'être satisfaisants... Nous réessayerons la semaine suivante.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _111




    WEEK 3

    Dernière semaine avant le rendu final de la phase MEASURES. La semaine débute sur une présentation du projet de chaque binôme. Chacun s’est approprié les consignes, résultant en une variété de pièces de plâtre trouées et coupées. Mattia et Benoît exposent leurs premiers ressentis face à nos débuts de projet. Nous réalisons la difficulté d'expliciter concept. 

    Mattia demande un nouveau dessin : une axonométrie éclatée du moule – des moules dans notre cas – montrant la stratégie de démontage de ce dernierNous nous répartissons alors les tâches, Arthur s’occupera des changements qui doivent être faits sur la maquette et Maël dessinera les deux moule que nous décidons de superposer. Le dessin de moule de la partie supérieure du vide étant plus complexe, nous estimons qu'il devrait prendre plus d’importance par rapport à le représentation du moule inférieur. Les traits seront donc plus prononcés.




    Image Sun Nov 03 2019 18:06:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Les tests du moulage de la trace de l’eau se poursuivent, un deuxième, troisième,... sixième essai. Nous observons une amélioration et nous trouvons un moyen d’obtenir un résultat intéressant. Superposer des couches de plâtre en faisant varier leur texture paraît être la meilleure méthode.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _112



    Après quelques essais supplémentaires, nous démoulons une pièce exprimant la trace recherchée. Avec soin, nous coupons la pièce au format de notre section. Malgré quelques imprévus nous parvenons à suspendre, au moyen de fils de coton, la trace de l’eau effleurant le vide des dalles.

    Afin de reprendre la pente du terrain ainsi que de suspendre l’eau, nous choisissons une structure en baguettes de bois. Celle-ci, fine et minimaliste, devrait répondre à ces exigences.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _113     MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _114



    Le résultat correspond à nos attentes, l’assemblage minutieux laisse apparaitre un objet à l’apparence légère, matérialisant le mouvement de l’eau.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _115