• CHOIX DE L'OBJET D'ETUDE

    Par Hayyane Filali Aymane, Zanota Armand, 21/10/19

    Aussitôt face à la fameuse construction, nous sommes frappés par les lattes de bois qui jallissent de la structure et encrent le tout dans son milieu, tout comme les traits de construction encrent le dessin sur une feuille. Elles appellent également à donner une suite en préparant une base dans l'espace alentour dans lequel elles s'invitent.

    Image Sun Oct 20 2019 23:26:04 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Vue arrière côté scène. Vers l'abre se trouvent les panneaux mobiles.





    Image Sun Oct 20 2019 23:26:04 GMT+0200 (Central European Summer Time)    




    Image Sun Oct 20 2019 23:26:04 GMT+0200 (Central European Summer Time)




    POURQUOI UN HUMAIN ENTIER?

    L’être humain se réfère continuellement à son corps, son interface avec le monde extérieur. 

    Dans notre perception du monde qui nous entoure, c’est en effet notre corps qui est l’élément de référence. C’est à grâce à lui que l’on distingue le petit et le grand, le dur et le mou, le loin et le proche, l'étroit et l'espacé… L’Homme se projette dans le monde extérieur dans cette continuelle comparaison a lui même qui lui permet justement d’y trouver sa place. 

    C’est pour cela que nous avons choisit de mesurer la structure avec notre corps.

    Le corps humain est une mesure engagée qui dépasse tout outil prévu à cet effet. Il occupe l’espace comme aucun autre outil. Notre corps n’est pas constamment immobile. En plus de pouvoir rester droit le temps d’une mesure, il est également capable d’engranger bon nombre d’informations liées au contexte de l’objet mesuré. Les sensations perçues créent des émotions. Cette faculté nous permet de créer des situations nouvelles, qui permettent de déterminer et englober les dimensions d’un espace dans sa totalité. 

    L'humain est à la fois un outil de mesure et une mise en contexte. La construction sera belle et bien crée pour lui, ce qui oblige à concevoir l'espace le mieux adapté à ses besoins, l'espace pouvant le mieux servir, et ainsi en faire une architecture à la mesure de l'homme.









            











  • PREMIERS PAS A EVIAN

    Par Hayyane Filali Aymane, 20/10/19

    Seconde phase d'ALICE: MEASURES. Nous nous rendons à Evian, là où nos confrères de l'année précédente ont réalisé une contruction en bois pouvant acceuillir toutes sortes d'événements culturels, du concert à la projection de films.


    Depuis l'arrêt Mateirons du funiculaire désaffecté, la structure, bien intégrée au paysage, se fait discrète.


    Image Sun Oct 20 2019 23:07:45 GMT+0200 (Central European Summer Time)


    En approchant depuis la route, puis en face:

    Image Sun Oct 20 2019 23:07:45 GMT+0200 (Central European Summer Time) Image Sun Oct 20 2019 23:07:45 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    L'une des six constructions réalisées lors du programme ALICE 2018-2019. Elle acceuille une scène aux panneaux accoustiques règlables et une fontaine.

  • AXONOMETRIE ECLATEE DU MOULE

    Par Hayyane Filali Aymane, 14/10/19


    Image Mon Oct 14 2019 18:17:38 GMT+0200 (Central European Summer Time)Image Mon Oct 14 2019 18:17:38 GMT+0200 (Central European Summer Time)







  • MOULE DE L'ELEMENT EN PLÂTRE - COULAGE VERTICAL

    Par Gremaud Johann, Hayyane Filali Aymane, 13/10/19












    Image Sun Oct 13 2019 21:41:34 GMT+0200 (Central European Summer Time)


    Image Sun Oct 13 2019 21:41:34 GMT+0200 (Central European Summer Time)        Image Sun Oct 13 2019 21:41:34 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Someone said: "Tetris taught me that when you try to fit in, you'll desappear". And that's what happened, the plaster tried to fit the mold, then disappeared. In fact, there was a little leakage, as we like :)



    Image Sun Oct 13 2019 23:24:30 GMT+0200 (Central European Summer Time)Image Sun Oct 13 2019 23:24:30 GMT+0200 (Central European Summer Time)Image Sun Oct 13 2019 23:24:30 GMT+0200 (Central European Summer Time)

    Second essai: serre-joint fait maison, évite efficacement au moule de gonfler sous le poids du plâtre.



  • LETTRE A QUI SOUHAITE BIEN LA LIRE

    Par Hayyane Filali Aymane, 07/10/19

    C’est la fin du virage serré entamé au début de cette saison estivale. Il était temps de prendre un autre chemin, quitte à ce qu’il soit plus sinueux. Peut-être s’agit-il simplement d’un retour sur le droit ? A l’école primaire déjà, lorsque Monsieur Gasser nous avait demandé de présenter un métier, j’avais choisi l’architecture.

    Dès le premier jour dans la chambre commune, je souris, intérieurement, extérieurement et comprends qu’il puisse s’agir de l’endroit que je cherchais. Un endroit où la remise en question est constante, où l’on apprend par la pratique, la critique et la construction de connaissances par les cinq sens. Un endroit aux savoirs cosmopolites, dont des mathématiques, de l’histoire, de la philosophie, de la physique, faisant écho au modèle des lumières, me plongeant dans un pays des plus merveilleux.

    Je suis ALICE.

    Ecublens, le 6 octobre 2019