TIRER DES PLANS

Par Courtin Lise, Lassus Ambre, Mustapha Zineb, Schwitzguébel Gabrielle, 17/11/19

PLANES


"(...) l'architecture peut aussi être perçue comme l'art du projet avant d'être celui de la construction."


Avoir un plan: avoir une idée précise de ce que l'on veut faire.

Projet élaboré comportant une suite ordonnée d'opération, en  vue de réaliser une action ou une séries d'action

Dispositions, organisation de ses parties considérées, après coup (abrégé, résumé) ou élaboré avant la composition.


L’intérêt de notre projet ou plutôt notre plan, devrais-je dire, au début de cette phase PLANES portera sur les disparités de la surface du terrain choisi (plis, ondulations, courbes et surtout sa pente) dans le but de créer: un plan ou plutôt une surface plane qui épouserait parfaitement ce terrain. 


En effet, en lisant attentivement les definitions du terme plan dans le codex, nous pouvons de suite observer de quelle manière le plan et le terrain sont intimement liés mais aussi et surtout comme ils se contredisent:


1. Se dit de toute surface qui n'offre ni plis, ni courbes, ni rides, ni ondulations.

2. Surface plane. celle sur laquelle une ligne droite peut s'appliquer complètement dans toutes les directions

3. Idée de réduction à une surface plane 


Ainsi nous trouvions d'autant plus intéressant de se pencher minutieusement sur ce terrain et de relever toutes ses particularités afin de créer notre surface plane ou notre plan d'horizontal "parfait". La complexité principal de cette nouvelle phase résidera dans notre capacité à "aplanir" ce terrain qui regorge de petites disparités.


"S'il n'y avait pas de terrain, les bâtiments pourraient être construits à l'identique en nombre indéfini d'exemplaires comme une partition de musique peut être exécutée un nombre indéfini de fois. La resistance du terrain à l'aplanissement limite la reproductibilité de l'architecture. " (p.27)


Cette citation du CODEX évoque la notion de terrain et la complexité à l’aplanir  ainsi que l'idée de répétition qui elle aussi va jouer un rôle dans notre projet

En effet, cette nouvelle phase est d'autant plus compliquée car il ne s'agit pas de créer un projet à partir d'une page blanche mais de garder en tête le travail effectué dans


- Rythme  

- Répétition

- Subjectivité 


Ainsi, nous avons dû penser à la manière dont nous allions faire parler ces mots dans notre structure, et à la suite de questionnements et d'expérimentations, notre dévolu s'est porté sur une structure composée de plusieurs poutres avec un espacement et une longueur prédéfinis en fonction du site et de notre emplacement sur celui-ci. Cette structure nous permettrait de recréer l'horizontalité "parfaite" sur notre site en pente avec un module qui se répète mais aussi de suivre les lignes de perspective présente autour de notre emplacement. Aussi, nous envisageons de couper nos poutres de manière à créer un chemin au travers de cette structure afin de pouvoir évoluer à l'intérieur de celle-ci et rappeler les traces des chemins coupés visibles sur le site. Ce faisant, nous permettrons une confrontation à ce nouveau plan, en laissant libre d'évoluer au travers.